Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Il faut nettoyer notre forêt

Les élus demandent à l'État de réaffecter les crédits de replantation, non consommés, au nettoyage des bois.

 

 L'aide au nettoyage pour l'année 2011 est déjà consommée, alors que l'aide à la replantation est peu demandée.  Photo Nicolas le lièvre
L'aide au nettoyage pour l'année 2011 est déjà consommée, alors que l'aide à la replantation est peu demandée. Photo Nicolas le lièvre

Parmi les questions ayant fait débat hier matin à l'assemblée départementale, lors de la DM1 (décision modificative n° 1) du budget, l'état de la forêt. Un point précis réalisé par Xavier Fortinon (Mimizan, PS) indique que si les sylviculteurs ont largement déclaré à l'État leurs surfaces à nettoyer, il en reste encore beaucoup à réaliser. Mais comme d'habitude, les crédits ne suivent pas, puisque l'enveloppe 2011 est déjà consommée depuis le mois de février.

Par contre, et cela n'étonne personne vu la faiblesse du prix de vente du bois, le dépôt des dossiers pour replanter ne fait pas partie des priorités : sur les 29 000 hectares déclarés, seulement 2 500 ont été replantés. De plus, l'enveloppe 2011 qui pourrait financer 12 500 hectares n'est pas encore consommée, et c'est normal puisque les coupes des parcelles sinistrées ne sont pas encore vendues. Il faut quand même compter 1 500 euros l'hectare (sans parler du nettoyage) pour replanter une parcelle de pin maritime.

 

Premiers arrêtés limitant l'irrigation

Arrété sur l'irrigation

Devant la chaleur actuelle qui diminue rapidement les débits dans les cours d'eau, le préfet des Landes a pris ...   Lire, voir la suiteen savoir plus ...

 

Emmanuelli pas empereur

Les élus demandent donc, puisque cette enveloppe d'aide au reboisement n'est pas consommée, l'autorisation d'utiliser le reliquat 2011 pour le nettoyage, une tâche qu'il faudra bien effectuer de toute façon. Guy Destenave indique même que c'est l'occasion ou jamais de réfléchir à l'espèce que l'on doit replanter, qui selon lui ne doit pas être systématiquement du pin.

Pour sa part, le président Emmanuelli se demande, si les petits propriétaires ne veulent pas replanter, comment prendre la décision à leur place, pour éviter que cela reste à l'état de jachère, voire suscite l'appétit de nouveaux maïsiculteurs ou promoteurs du photovoltaïque. Sauf à faire comme Napoléon III en 1857, obligeant les communes à planter sinon leurs parcelles seraient vendues, la démocratie actuelle que nous vivons ne possède pas l'outil adéquat. Pour le moment, Henri Emmanuelli ne se sentant pas (encore ?) une âme d'empereur, le dossier en reste là.

Pour la lutte contre la chenille processionnaire, l'assemblée a voté un crédit maximum de 130 000 euros pour participer au traitement phytosanitaire, à condition que l'État remplisse sa part, qui est de 60 %.

Vers un laboratoire régional

Autre inquiétude des élus, l'avenir du laboratoire départemental. Sur un budget de fonctionnement d'un peu moins de 5 millions d'euros, le déficit atteint quasiment le million. Grâce à un report d'excédent du budget d'investissement, qui est positif, l'ardoise à régler par subvention reste de près de 700 000 euros. La faute aux laboratoires privés, qui sont de taille européenne et font concurrence à tous les appels d'offres. Dans les autres départements d'Aquitaine, soit c'est la même chose, soit le labo a fermé, soit il est quasiment en veille. Le président estime qu'à l'avenir, il faudra passer à un laboratoire régional, mais cela pose la question de l'emploi. Le labo landais fait quand même travailler 50 salariés titulaires et une vingtaine de CDD (contrats à durée déterminée).

Travaux de voirie en évolution

Pour améliorer la liaison entre l'autoroute A63 et la RD 817 (dans le Seignanx), le Conseil général a voté une enveloppe supplémentaire de 860 000 euros, afin que l'ouvrage soit mis en service au cours du deuxième semestre 2012. Par contre, puisque les travaux de la bretelle de raccordement de l'autoroute A 65 à Aire-sur-l'Adour et au Gers ont pris du retard, la mise en service initialement prévue en 2012 étant différée à 2013, le versement prévu en octobre prochain, de 500 000 euros, est différé. Pour les panneaux touristiques devant indiquer les spécificités landaises aux personnes qui empruntent l'autoroute A 65, la collectivité territoriale apporte 20 000 euros.

Enfin, sur ce thème de la voirie, l'assemblée a voté une enveloppe de 265 000 euros pour aménager l'accès à la zone d'activités Lubet-Loustaou à Saint-Pierre-du-Mont, c'est-à-dire le grand projet commercial du Grand Moun porté par le centre Leclerc. L'échéancier des versements étant le suivant : 40 000 euros cette année, 225 000 l'an prochain.

acca et A65, A63 rd817
Extrait du Journal le Sud Ouest28 juin 2011 06h00 | Par Jean-Louis Hugon

Actualité  :

Il faut nettoyer notre forêt

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Aliénor s'associe aux chasseursA´LIÉNOR s´associe aux chasseurs

Communiqué de presse A65 Aliénor

La société concessionnaire de l’autoroute de Gascogne a confié à la Fédération Régionale des Chasseurs d’Aquitaine et aux Fédérations Départementales des Chasseurs de Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques, le suivi des ouvrages de franchissement réalisés pour la grande faune sauvage.

Cette convention signée en juin 2011, pour une durée de 5 ans, a pour objectif d’évaluer la fonctionnalité des ouvrages de rétablissement des corridors de déplacement de la faune sauvage de part et d’autre de l’A65.

Elle prévoit notamment :

- Le suivi de la fréquentation par relevés directs des traces sur les ouvrages Grande Faune,

- Le suivi photographique de la fréquentation des viaducs à l’aide d’appareils photos disposés sous les viaducs afin de compléter le suivi visuel sur le terrain.

Des relevés complémentaires et des restitutions spécifiques sont également prévus pour les petits carnivores semi-aquatiques terrestres tels que le vison d’Europe et d’Amérique, la loutre et le hérisson.

La convention inclut également le ratissage des pièges à traces, l’examen de l’état des clôtures, des grillages et des revêtements.

Le coût total des prestations, qui s’élève à près de 90 000€ HT, sera intégralement porté par A’LIÉNOR.

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 09.07.2011

Saint- Justin -  Il faut nettoyer notre forêt