Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle à Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du Béarn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

Réductions de vitesse

Réductions de tarif

RN10 Péage pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 à Péage

Un pont sur la rocade

C'était avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard à l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit à Compostelle

Enquête A65

A65 Ouverture le 14

Saint Justin et l'A65 : Bourriot-Bergonce, Roquefort,
Bostens et les « anti » A65 dans l'après-guerre

Tandis que s'achèvent les gros travaux de terrassement, l'autoroute de Gascogne, l'A 65, devient réalité concrète, au milieu des pins, au milieu de la vie des Landais (Part IV)

 

Photo des travaux de l'A65, Nicolas Le Lièvre Journal le Sud Ouest
(photo Nicolas Le Lièvre)


Bourriot-Bergonce

« Ne restez pas là », prévient une mamie dans une voiture verte. « Pourquoi ? » « Vous ne voyez pas ? C'est les travaux de l'autoroute »...

 

 

Photo Nicolas le lièvre
(photo Nicolas Le Lièvre)

 

Bostens

Que dire ? Aïe... Bostens a mal à la forêt, mal aux Neuf Fontaines, mal à ses souvenirs. Bien sûr, il y a des ponts pour la faune, un ouvrage qui passe au-dessus du cours d'eau sans le toucher. Mais rien ne sera plus comme avant : vierge.

 

BOSTENS. La commune qui a symbolisé la résistance contre l'A65 oscille entre résignation, amertume et colère Partager

Dans la génèse de l'Autoroute de Gascogne, Bostens restera « le territoire identifié de la rébellion ». La phrase sort de la bouche du président d'A'liénor, Olivier de Guinaumont. Stéphane Paillaugue : « On a tout fait, on n'a rien oublié. On dort tranquille la nuit ». (photo n. le lièvre )Mais aussi, et surtout, du coeur des « anti ». Tous seuls ou au sein d'associations et du collectif, ils se sont battus comme des lions. Ont résisté, proposé des alternatives à l'autoroute, multiplié l'information, les actions, les dossiers, les comptages, les relevés sur le terrain, les recours en justice, les visites au ministère, et les saynètes de protestation jusqu'en haut de la tour Pey-Berland à Bordeaux. Ils ont replanté une centaine d'arbres le dimanche matin, organisé des festivals et des courses de tracto-brouette, participé à la parade climatique à Paris... Ils n'ont pas gagné. Désormais, l'autoroute passe sous leur nez. Au milieu de leur vie. Tous les jours.

Parmi eux, il y a les philosophes. Comme le maire de Bostens, Jean-Yves Paronnaud. « Aujourd'hui, c'est comme ça. Au stade où on en est, on peut râler, repenser à comment c'était avant, ça ne sert plus à rien de regarder en arrière. C'est fait », explique-t-il, accoudé au pont surplombant le chantier. « On a tout fait pour que les choses ne se passent pas de cette façon-là. On s'est battu longtemps, trop longtemps. Moi, je sais que je peux continuer à me regarder dans le miroir : j'ai fait ce que je devais faire. Est-ce que j'aurais pu faire plus ? Peut-être, mais j'étais l'un des rares élus », poursuit le maire, pragmatique. « Bostens restera Bostens. Avec une verrue. »

Malgré cela, tous les Bostensois sont restés. Aucun n'a déménagé. Et même, les particuliers continuent à construire des maisons dans la commune. « J'ai des appels dans tous les sens pour un terrain, situé à 400 mètres de l'autoroute », ajoute le maire. Lui-même habite à deux pas. « On ne voit rien, c'est sûr et on ne verra rien. Reste à savoir ce que l'on va entendre. C'est la grande discussion. » Une discussion qui anime les repas de famille à Bostens... « C'est fatigant »...

Lire la suite de l'article de Aude FERBOS directement dans le sud Ouest

Photo Nicolas le lièvre
(photo Nicolas Le Lièvre)

 

Roquefort

Au milieu de la gadoue, Aurélie, 27 ans, conduit des engins. Comme son mari, Romain, qui, lui, passe ses journées au volant d'un « Bull ». « Comme ça, on se suit d'un chantier à l'autre », explique un accent du Nord-Pas-de-Calais.

 

Ici, en 2011, le paysage sera métamorphosé, ainsi que le laissent supposer les infrastructures qui se dessinent autour de l'autoroute. Des zones d'activités verront le jour, ainsi qu'une nouvelle caserne, une école des feux de forêt. Du moins, quand le Service départemental d'incendie et de secours aura trouvé un autre terrain : celui qui était initialement destiné aux pompiers sera en fait traversé par la... LGV.

Je conseille vivement de voir l'article d'Aude Ferbos directement sur le site du Journal le Sud Ouest

Extrait partiel du superbe travail de l' Auteur : AUDE FERBOS
a.ferbos@sudouest.com

Actualité de l'A65 :

A65 : Bourriot-Bergonce, Roquefort,
Bostens et les « anti » A65 dans l'après-guerre

Saint-Justin on Facebook

 

Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Du même auteur : Aude Ferbos

 

l'A65 conduit à Compestelle

Dans On a marché sur l'A65

le Viaduc du Ciron

l'Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce, Bostens, Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy (entre Lucbardez et Gaillères)

Les Arbouts, à Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

La déviation d' Aire-sur-l'Adour

Et enfin Garlin

Voir les photos vu du ciel de Nicolas le Lièvre

 

IMPACT ÉCONOMIQUE. À Roquefort, Delphine Giacomin, agent Renault, entretient les véhicules utilitaires du chantier de l'A 65, tout proche. Un plus non négligeable

Au départ, Delphine Giacomin n'avait pas fait le rapprochement. Maintenant, la jeune responsable du garage familial Renault à Roquefort le sait : l'A 65 peut avoir des conséquences sonnantes et trébuchantes sur le chiffres d'affaires. « Économiquement, c'est un plus. Un gros plus. Je ne vais pas vous dire le contraire. » Delphine Giacomin ne donnera pas de chiffres. Seule certitude : « L'année dernière, le chiffre d'affaires en pneumatiques a presque explosé. Et je sais à qui je le dois... »

Située à quelques centaines de mètres d'un site majeur pour l'autoroute, l'agent Renault gère en effet l'entretien et les réparations d'une grande partie des véhicules utilitaires du chantier. En tout, le garage, animé par deux mécaniciens, un chef atelier et un apprenti, ont en charge 20 voitures de plus. Des véhicules soumis en plus à rude épreuve : « En gros, les Kangoo, ou les Partners, à bord desquels roulent les responsables de chantier, passent où un 4 x 4 ne passerait pas... » Dans l'argile visqueuse, dans les trous et les bosses, dans les carrières. Et souvent, ça casse...

Ça casse et ça roule

Et même sans cela : les kilomètres défilent vite, au compteur des hommes expatriés qui rentrent le week-end à la maison. « On s'occupe de voitures récentes, qui n'ont pas un an mais affichent 60 000 km ». D'où les vidanges, l'entretien courant... « Mais aussi le freinage, les pneumatiques, les amortisseurs. Sans parler des voyants allumés ou des moteurs qui ne démarrent plus », sourit Delphine Giacomin. Forcément, il faut que ça aille vite. « Ce sont des professionnels : ils ont besoin de leurs véhicules, mais il s'adaptent. Et nous aussi : au besoin, on leur en prête des Kangoo. Nos relations sont très cordiales ». Même quand les voitures arrivent pleines de boue. « On le sait. Alors, avant de les monter sur le pont, hop, on nettoie un peu, on enlève la boue, l'argile. »

Terrain loué

Il y a quelque temps encore, l'agent Renault avait un garage poids lourd intégré. « Du coup, les hommes du chantier venaient nous demander de leur faire des raccords hydrauliques, et on leur donnait volontiers un coup de main. » La section poids lourd a suivi la société du beau-père à Saint-Pierre-du-Mont. « Mais si on peut rendre service, il n'y a pas de problème. » D'ailleurs, le beau-père a accepté de louer un terrain contigu, pour accueillir les bureaux de l'A 65 dans des mobile-homes. Un apport supplémentaire qui a financé la clôture de l'ensemble. « Si ça peut éviter les intrusions et les cambriolages... ».

A suivre

Auteur : Aude Ferbos
a.ferbos@sudouest.com

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 28.02.2010

Saint- Justin - A65 - Bourriot-Bergonce,  Roquefort,
Bostens et les « anti » A65 dans l'après-guerre