Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle à Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du Béarn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

Réductions de vitesse

Réductions de tarif

RN10 Péage pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 à Péage

Un pont sur la rocade

C'était avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard à l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit à Compostelle

Enquête A65

A65 Ouverture le 14

Dossier complet Tout le Dossier A65

A'liénor fait du sport

Rocade Storim VS Leclerc

La Rocade nord de Mont de Marsan

Mise en service au Caloy

Pire avec l'A65

La rocade de Mont de Marsan

L'A65 prend l'eau à Bazas

Vues du ciel des Landes

Le Fil D'aliénor N°7

ASF quand l'autoroute tue

Un pont mal en point

On a marché sur l'A65

Viaduc du Ciron

Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce

Bostens les « anti » A65 dans l'après-guerre

Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy, Lucbardez, Gaillères

Les Arbouts, Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

Aire-sur-l'Adour

Garlin

Echangeur A65-A62

L'oportunité à saisir

Visite sur le chantier à Pujo le plan

Le fil d'Aliénor N6

Liaison 2x2 voies et Caloy

Le pont du Caloy

Déviation d'Aire sur Adour

Deux morts à Pillardit

Un peu de retard

Le viaduc de Roquefort

Rond point au Caloy

L'A65 lave plus blanc

L'A65 compense carbone

Le Vigneau pont Nord

Bourriot et le pont

l'A65 vide les Landes

l'A65 sur FR3

Le Caloy (partie II)

Le fil d'A'léinor N4

Retjons, le maire ...

Roquefort, archologie

Le Caloy, Suppression des fossés

Anarchie sur l'A63

Borloo donne le feu vert

Le chantier suspendu l'accord de Borloo

Le concessionnaire respire

OUI, l'A65

Information - le fil d'A'liénor N2

Eiffage - les engins arrivent

Euro tunnel : l'exemple

Les six raisons des opposants

Bataille perdue

Ils roulent pour l'A65

Patrice Gascogne réagit ...

... avec H. Emmanuelli, l'ARLP répond

Alain Rousset plus offensif que jamais

Emmanueli se fâche

Comme un doute sur L'A65

L'A65 dans l'impasse

Feu orange pour l'A65

Les clignotants au vert

Planteurs volontaires

Et au milieu coulera l'autoroute

La scission des pérs

Dans le Sud-Ouest - l'A65 embauche

l'A65 recrute - Offres d'emplois

A65 et Déviation de Saint-Justin

Photo section Nabias et Arue

l'A65 Aire sur Adour dés 2009

Captieux anticipe l'A65

Section Arue - Roquefort

l'échangeurd'Arue

l'échangeur du Caloy

Détails de la section Lucbardez Galléires

Réunion de Bostens

Réunion de Roquefort

Accueil dossier A65

ARLP nous écrit

Calendrier des réunions janvier 2008

Les plans d'implantation de la section Bourriot-Retjons

Détails Bourriot-Retjons

Partenariat avec les chasseurs

le fil d'alinnor N1

Photo - Bourriot Bergonce

Calendrier des réunions décembre 2007

Recours en cours

Pas grand monde à Retjons

Alternative Régionale Langon Pau

L'écrevisse à pattes blanches

L'échangeur de Captieux

Saint-justin à l'heure de l'A65

Au nord de Saint-justin l'échangeur de Roquefort

Au sud de Saint-justin l'échangeur du Caloy

Sepanso vs Alienor

La fin du "Tout Routier"

On n'est pas seuls

recours en cours

les travaux de déboisement

On nous coupe en deux

Le grenelle relance les opposants

Chasse les palombiéres

Calendrier des travaux

La rubrique emploi

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et l'A65 : L'enfer du paradis perdu

L'AUTOROUTE DANS LE JARDIN. Devant les fenêtres de Jean-Claude Labarthe, un merlon de 8 mètres de haut Partager

 

Un tas de terre de 8 mètres de haut. Voilà l'horizon boueux auquel l'A 65 condamne Jean-Claude Labarthe et sa maison familiale de Pujo-le-Plan
Jean-Claude Labarthe, dans un salon décoré d'innombrables souvenirs : « J'étais communicatif, avant. Jovial, heureux. »(photos pascal bats)

Un tas de terre de 8 mètres de haut. Voilà l'horizon boueux auquel l'A 65 condamne Jean-Claude Labarthe et sa maison familiale de Pujo-le-Plan, une landaise à colombages et tomettes rouges construite en 1870, au fond d'un cul-de-sac de verdure.

Meublée avec amour. Des bougies de Lourdes, des chapelets en bois de rose, des dentelles blanches, des commodes patinées par le temps...

« C'était le paradis ici », souffle-t-il. Avant. Avant, ses fenêtres donnaient sur la nature à perte de vue, les ânes et les vaches du voisin (lire ci dessous). « L'été, je dormais fenêtres et portes ouvertes. J'ai toujours laissé la clé sur la voiture. Et j'allais chercher l'eau à la fontaine, à 50 mètres, avec la cruche. J'ai connu ça, ici : je suis né dans cette maison, en 1952 ». Le matin, Jean-Claude Labarthe n'avait pas besoin de réveil : le coassement des grenouilles chassait sa nuit. « Dès la première nuit des travaux, je ne les ai plus entendues. Ça m'a fait mal... » Le début du cauchemar.

 

 Il y avait de la vie ici, des rires d'enfants, les parties de belote, les omelettes, Noël. On a vécu de belles choses.
(photos pascal bats)

Aujourd'hui, Jean-Claude Labarthe vit seul avec sa solitude, les calendriers d'antan, les cadres dorés pleins de photos d'un bonheur ancien... « Il y avait de la vie ici, des rires d'enfants, les parties de belote, les omelettes, Noël. On a vécu de belles choses. » Sa seule consolation ? Que son père soit mort juste avant l'arrivée des pelles mécaniques. « Au moins, il n'a pas vu la destruction de tout son patrimoine... »

Sa compagne est partie. « Elle n'en pouvait plus. Je ne dormais plus la nuit : les engins font bip-bip, klaxonnent... L'été, ils font vibrer la maison jusqu'à 23 heures et reprennent à 6 heures. » Un matin, la maison tremble tellement que les murs se fissurent, les tuiles glissent du toit...

 

Jean-Claude Labarthe est un homme brisé. Un homme qui ne cache plus ses larmes salées. Un homme mis à nu, touchant jusqu'à la chair de poule, qui raconte sa descente aux enfers.
(photos pascal bats)

« À 6 h 45, je suis sorti en pyjama, comme un fou, supplier le conducteur de la compacteuse d'arrêter sa machine. » Jean-Claude négocie avec le chef : plus de compactage à moins de 300 mètres de sa ferme ancienne, sans fondation, qui menace de s'effondrer. « Mais je n'ose plus partir en vacances, je surveille... Regardez : trois fois, ils m'ont pété la ligne téléphonique, volontairement, pour faire passer les bulldozers. Et quand ils épandent la chaux, on ne peut plus étendre le linge, ni manger dehors... »

Jean-Claude Labarthe est un homme brisé. Un homme qui ne cache plus ses larmes salées. Un homme mis à nu, touchant jusqu'à la chair de poule, qui raconte sa descente aux enfers. Son mois en maison de repos, les séances chez le psychologue à essayer « d'accepter » l'inacceptable. Accepter de vivre, coincé derrière un tas de boue. D'être privé de ses grenouilles, de ses arbres, de sa vue. De sa vie. De son passé. De « sa retraite paisible ».

Accepter l'absurdité du destin. Pendant 20 ans, Jean-Claude Labarthe s'est accroché à son rêve. Soumis à des affectations parisiennes, il s'est battu pour revenir vivre dans sa carte postale, au pays de cette enfance, saine mais dure, comme l'était la campagne autrefois. En 1985, il gagne son combat, revient enfin à Pujo-le-Plan, dans la maison parentale. Le bonheur retrouvé.

 

 J'ai essayé de négocier, d'être exproprié. Pour reconstruire ailleurs. Mais je n'ai pas su, je n'ai pas pu. Je ne suis pas fait pour batailler. Alors que c'était si tranquille, on ne demandait rien à personne.
(photos pascal bats)

Et qui se fracasse contre l'autoroute. « J'ai essayé de négocier, d'être exproprié. Pour reconstruire ailleurs. Mais je n'ai pas su, je n'ai pas pu. Je ne suis pas fait pour batailler. Alors que c'était si tranquille, on ne demandait rien à personne. »

Pas un sou pour compenser la carte postale déchirée. Pas une seule indemnisation. « Ils disent qu'on s'habitue au bruit », explique-t-il en haussant les épaules, invitant à écouter le silence absolu, les oiseaux dans le ciel. « Ça n'a pas de prix ça... » « Et puis la vue ? Je ne verrai plus ce que j'ai connu... J'ai écrit à Olivier de Guinaumont pour lui demander de réduire la hauteur du merlon. Il m'a répondu que c'étaient les normes européennes. »

Jean-Claude Labarthe entend l'Europe, comprend aussi le progrès, se dit que les Landes, longtemps épargnées, n'avaient peut-être plus le choix. Relit la bible, pour « trouver le courage d'accepter ce que l'on ne peut changer ». Mais, qui donc écoute sa souffrance à lui, entend ses pleurs, terribles, d'homme à terre ?

« Je crois que je vais partir... Une fois que le merlon sera arboré, quelqu'un qui n'a connu que ça pourra être heureux ici. » Lui, non.

>
Auteur : AUDE FERBOS
a.ferbos@sudouest.com

 

Actualité de l'A65 :

A65 : L'enfer du paradis perdu

Saint-Justin on Facebook

 

Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Elle sera là au printemps 2011. La future autoroute A 65 trace depuis deux ans son sillon dans les Landes. Conséquences économiques, écologiques et même archéologiques, impact sur les hommes qui y travaillent ou les paysages qu'elle traverse : en huit volets, le point sur cette bande de bitume qui va fatalement tout changer.

Du même auteur : Aude Ferbos

 

l'A65 conduit à Compestelle

Dans On a marché sur l'A65

le Viaduc du Ciron

l'Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce, Bostens, Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy (entre Lucbardez et Gaillères)

Les Arbouts, à Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

La déviation d' Aire-sur-l'Adour

Et enfin Garlin

Voir les photos vu du ciel de Nicolas le Lièvre

 

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

compteur de visites
Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 28.02.2010

Saint- Justin - A65 - L'enfer du paradis perdu