Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle à Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du Béarn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

Réductions de vitesse

Réductions de tarif

RN10 Péage pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 à Péage

Un pont sur la rocade

C'était avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard à l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit à Compostelle

Enquête A65

A65 Ouverture le 14

Dossier complet Tout le Dossier A65

A'liénor fait du sport

Rocade Storim VS Leclerc

La Rocade nord de Mont de Marsan

Mise en service au Caloy

Pire avec l'A65

La rocade de Mont de Marsan

L'A65 prend l'eau à Bazas

Vues du ciel des Landes

Le Fil D'aliénor N°7

ASF quand l'autoroute tue

Un pont mal en point

On a marché sur l'A65

Viaduc du Ciron

Échangeur de Captieux

Bourriot-Bergonce

Bostens les « anti » A65 dans l'après-guerre

Roquefort

l'enfer du paradis perdu

Le Caloy, Lucbardez, Gaillères

Les Arbouts, Saint-Gein

Le Vignau de David ZANCHIN

Aire-sur-l'Adour

Garlin

Echangeur A65-A62

L'oportunité à saisir

Visite sur le chantier à Pujo le plan

Le fil d'Aliénor N6

Liaison 2x2 voies et Caloy

Le pont du Caloy

Déviation d'Aire sur Adour

Deux morts à Pillardit

Un peu de retard

Le viaduc de Roquefort

Rond point au Caloy

L'A65 lave plus blanc

L'A65 compense carbone

Le Vigneau pont Nord

Bourriot et le pont

l'A65 vide les Landes

l'A65 sur FR3

Le Caloy (partie II)

Le fil d'A'léinor N4

Retjons, le maire ...

Roquefort, archologie

Le Caloy, Suppression des fossés

Anarchie sur l'A63

Borloo donne le feu vert

Le chantier suspendu l'accord de Borloo

Le concessionnaire respire

OUI, l'A65

Information - le fil d'A'liénor N2

Eiffage - les engins arrivent

Euro tunnel : l'exemple

Les six raisons des opposants

Bataille perdue

Ils roulent pour l'A65

Patrice Gascogne réagit ...

... avec H. Emmanuelli, l'ARLP répond

Alain Rousset plus offensif que jamais

Emmanueli se fâche

Comme un doute sur L'A65

L'A65 dans l'impasse

Feu orange pour l'A65

Les clignotants au vert

Planteurs volontaires

Et au milieu coulera l'autoroute

La scission des pérs

Dans le Sud-Ouest - l'A65 embauche

l'A65 recrute - Offres d'emplois

A65 et Déviation de Saint-Justin

Photo section Nabias et Arue

l'A65 Aire sur Adour dés 2009

Captieux anticipe l'A65

Section Arue - Roquefort

l'échangeurd'Arue

l'échangeur du Caloy

Détails de la section Lucbardez Galléires

Réunion de Bostens

Réunion de Roquefort

Accueil dossier A65

ARLP nous écrit

Calendrier des réunions janvier 2008

Les plans d'implantation de la section Bourriot-Retjons

Détails Bourriot-Retjons

Partenariat avec les chasseurs

le fil d'alinnor N1

Photo - Bourriot Bergonce

Calendrier des réunions décembre 2007

Recours en cours

Pas grand monde à Retjons

Alternative Régionale Langon Pau

L'écrevisse à pattes blanches

L'échangeur de Captieux

Saint-justin à l'heure de l'A65

Au nord de Saint-justin l'échangeur de Roquefort

Au sud de Saint-justin l'échangeur du Caloy

Sepanso vs Alienor

La fin du "Tout Routier"

On n'est pas seuls

recours en cours

les travaux de déboisement

On nous coupe en deux

Le grenelle relance les opposants

Chasse les palombiéres

Calendrier des travaux

La rubrique emploi

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et l'A65 : La bataille sans fin des tarifs au péage

Les sociétés concessionnaires escomptent de nouvelles hausses de leurs tarifs. Les usagers ne veulent pas en entendre parler. L'État est en position d'arbitre.

 

La bataille sans fin des tarifs au péage
L'automatisation des péages autoroutiers s'est accélérée ces dernières années. archives XAVIER LEOTY

La révision annuelle des tarifs autoroutiers ne va jamais sans quelque crispation. Il est néanmoins surprenant d'entendre bruire des rumeurs à ce sujet au sortir de l'été, alors que l'entrée en vigueur des nouvelles grilles se produit traditionnellement au 1er février.

Ces jours-ci, ce sont les appétits réels ou supposés de Vinci qui font polémique. Nos confrères du « Monde » et du « Canard enchaîné » ont successivement fait état de la menace formulée par le géant du BTP.

Si l'État ne consent pas à augmenter les tarifs de péages, il pourrait réduire ses investissements sur le réseau.

 

La parole de Vinci et de son patron, Xavier Huillard, porte forcément loin. Les 4 300 kilomètres d'autoroute que gèrent ses filiales ASF (Autoroutes du sud de la France), Escota et Cofiroute constituent le premier réseau français. Devant celui de son rival dans le BTP, Eiffage (Autoroutes Paris Rhin Rhône, Area, A'lienor), et celui du groupe espagnol Abertis (principalement la Sanef).

Déjà + 2,24 % en février

À l'Asfa, l'Association des sociétés françaises d'autoroute, on s'empresse de préciser que les concessionnaires n'ont rien réclamé formellement au gouvernement. La révision des tarifs est encadrée par chacun des contrats de concession. Elle intègre 70 % du chiffre de l'inflation (ou 85 % si la société concessionnaire a signé un contrat de plan avec l'État). Elle peut être agrémentée d'un coup de pouce si le concessionnaire programme des investissements lourds, comme un élargissement à 2 × 3 voies par exemple.

Le concessionnaire transmet pour ce faire un dossier à la Direction des infrastructures de transport, un service qui dépend du ministère de l'Écologie. En dernier ressort, c'est l'État qui statue. L'Asfa évalue à 2 milliards d'euros les investissements annuels sur le réseau national.

Voilà pour la théorie. En pratique, « les sociétés d'autoroutes demandent constamment des hausses. Et l'État les leur accorde généreusement », déplore Daniel Dechaux, le président de la commission infrastructures et mobilité au sein de l'association 40 millions d'automobilistes. Au 1er février 2011, la hausse moyenne était de 2,24 %. En février 2010, l'augmentation était plus modestement fixée à 0,5 %.

Jamais rassasiés

Cette fois-ci, la bataille risque de prendre une autre ampleur. « Ces réclamations seraient audibles si elles n'étaient pas indécentes. Les sociétés d'autoroute réalisent de formidables gains de productivité. L'automatisation des péages se traduit par une réduction substantielle de la masse salariale, et donc des coûts, qui ne profite en rien aux usagers. Les profits des concessionnaires explosent car le réseau français est aujourd'hui mature, il ne nécessite pas d'investissements colossaux. Dans le climat actuel de difficultés que connaissent les Français, on ne peut pas accepter ces demandes intempestives », explique Daniel Dechaux.

Les ASF sont un cas d'école. À un an d'intervalle, l'effectif de la société a considérablement décru. Elle compte 4 872 salariés si l'on en croit son site Internet. L'an passé, le même site faisait état de « plus de 5 200 » collaborateurs.

Dans son courroux, 40 millions d'automobilistes distingue Abertis, jugé raisonnable, de Vinci et Eiffage, jamais rassasiés. Dans le secteur autoroutier, la crise semble pourtant se conjuguer au passé. La santé de Vinci est insolente au regard de la conjoncture d'ensemble. Ses filiales ont elles aussi bonne mine. « Le résultat net du premier semestre 2011 s'établit à 422,8 millions d'euros, en hausse de 13 % par rapport à la même période de 2010 », peut-on lire dans le rapport d'activité des ASF, daté du 30 juin.

Chez APRR (Autoroutes Paris Rhin Rhône), ça ne va pas trop mal non plus. Sur le même semestre, le résultat net est à 177 millions d'euros, avec une évolution à la hausse certes plus modérée : + 1,6 %.

Du côté de l'Asfa, on aimerait que le grand public ne s'en tienne pas à cette vitrine opulente. « Il faut rappeler que les autoroutes sont la propriété de l'État. Les sociétés les gèrent dans le cadre de contrats à durée déterminée qui s'arrêteront en 2032 pour les plus anciens. Le modèle économique des concessions intègre ce long terme. Le jour venu, il faudra rendre à l'État des autoroutes modernes et bien entretenues avec des comptes à l'équilibre et un endettement nul. Or aujourd'hui, 29 milliards d'euros de dettes pèsent sur le réseau français. En face, il n'y a que les recettes de péage pour les apurer », justifie la communication de l'Asfa.

La dette d'A'lienor

L'exemple de l'A 65 entre Langon et Pau est assez parlant. A'lienor, filiale d'Eiffage et de la Sanef, a contracté une dette bancaire de 930 millions d'euros pour construire l'ouvrage. La durée de la concession, soixante ans, devrait lui permettre de rembourser ses créanciers et de se rémunérer. Ses recettes au péage aussi, puisque ses tarifs au kilomètre en font l'une des autoroutes les plus chères de France. Mais sur ce barreau secondaire, les faibles prévisions de trafic ne lui laissent guère de marge de manœuvre.

Ce n'est pas vrai du réseau autoroutier dans son ensemble, qui est largement amorti. « Non seulement nous refusons de nouvelles hausses, mais nous demandons une modification du mécanisme tarifaire, de manière à décrocher la révision annuelle de l'inflation. Les hausses de tarif sont censées répercuter les hausses de charges des concessionnaires. Or elles baissent ! Je sais que derrière les sociétés autoroutières, il y a toute la puissance des groupes du BTP qui s'exerce face à l'État. Mais nous représentons de notre côté la majorité des usagers. Attendons de voir quel son de cloche le gouvernement voudra entendre », glisse Daniel Dechaux.

Si elle devait intervenir le 1er février prochain, à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle, on parierait bien sur une hausse des plus modérées cette fois-ci…

Autoroute A65 · transports
Extrait du Journal le Sud Ouest Par Jean-Denis renard

 

Après l'ouverture Après l'A65 :

La bataille sans fin des tarifs au péage

 

écrire un commentaire à publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Cliquez pour agrandir

Anticipation électoraliste 2012

pour ne pas augmenter les péages autoroutiers en février soit 3 mois avant les élections présidentielles augmentons les donc de suite ...

A Bonent

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 25.09.2011

Saint- Justin - A65 - La bataille sans fin des tarifs au péage