Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier AH1N1

Dossier Santé

La grippe aviaire

Hôpital Layné

HĂ´pitaux et cliniques

Des frites une fois

Les antibiotiques

intrusif et inutile

La maison de santé virtuelle

Dossier E Coli

La bactérie tueuse viendrait d'égypte

Dossier AH1N1

Nouveau plan : Dépistage général

670 millions perdus

OMS Largement surestimée

l'Etat indemnise les laboratoires

22 villes demandent des comptes

Affaire de gros sous

Bachelot aurait mentit

Le ministère de la Santé solde

L'épidémie recule

Activité forte en Aquitaine

Ou se faire vacciner?

Progression fulgurente

Les chiffres s'affolent

Syndrome Guillain-Barr

les centres de vaccination

La grogne des infirmires

Polmique sur les contrats

le vaccin et la justice

DĂ©but de la campagne de vaccination

Epidmie confirme

l'hyginisme autoritaire

Mesures liberticides

Panflu, le vaccin chinois

Controverse autour du vaccin

Trop peux de vaccin

DĂ©bordement de la demande

le virus dominant le monde

Quid des effets secondaires ?

Un labo prĂŞt

Exercice Pandémie

***** Conseils Ă  suivre ******

Balavoine

On envisage le niveau 6

Pas le SAMU

AS Monaco

le vaccin

Ecole ferme

La France est prĂŞte

Tamiflu ?

Deux ans de pandémie

La colre d'Anik

Niveau 6 sauf la France

Niveau 6 Pandémie

RĂ©sistance du A/H1N1

Grippe Niveau 5A

Bilan au 29.04.09

 

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle Ă  Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du BĂ©arn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

RĂ©ductions de vitesse

RĂ©ductions de tarif

RN10 PĂ©age pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 Ă  PĂ©age

Un pont sur la rocade

C'Ă©tait avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard Ă  l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit Ă  Compostelle

EnquĂŞte A65

A65 Ouverture le 14

Saint Justin et le AH1N1 : Controverses autour du vaccin

Manque de clareté autour d'une vaccination

GRIPPE A. La campagne de vaccination qui pourrait débuter à la mi-octobre divise Français et soignants

Extrait du Sud Ouest

La campagne de vaccination qui pourrait commencer à la mi-octobre si le vaccin était arrivé reste un OIMI (objet d'information mal identifié). Difficile pour l'instant de savoir où elle se déroulerait, qui y participerait et qui en bénéficierait. Cette absence d'informations claires explique les réticences qui se font jour, surtout chez les soignants, et les fantasmes qui courent sur le Net.

Lire également le virus dominant le monde

1 Quels vaccins et quand ?

Roselyne Bachelot a passé commande de 94 millions de doses de vaccins pour un montant de 1 milliard d'euros auprès de Sanofi, GSK (GlaxoSmithKline) et Novartis : 28 millions de doses à Sanofi Pasteur, 50 millions à GSK et 16 millions à Novartis. L'OMS avait estimé en juillet que l'ensemble des grands laboratoires pourraient produire jusqu'à 94 millions de doses par semaine à partir de la mi-octobre. Or, il y a quelques jours, Margaret Chan, sa directrice générale, a revu ses prévisions à la baisse, les laboratoires expliquant que le rendement des souches du virus est inférieur à celui qui était attendu. Le magazine « Le Point » daté du 27 août assurait que la ministre de la Santé avait aussi passé des commandes au laboratoire américain Baxter. Une information que le ministère n'a ni confirmée ni infirmée. Selon l'Inserm, la vaccination sera efficace pour enrayer la pandémie à condition qu'elle soit administrée assez tôt. Roselyne Bachelot vient de déclarer : « Nous sommes à peu près dans les temps pour les autorisations de mise sur le marché. » La vaccination non obligatoire serait prévue dans la première quinzaine d'octobre.

2 Qui sera vacciné en priorité ?

Les recommandations du Haut Conseil de la santé publique, présidé par le Bordelais Roger Salamon, seront transmises à Roselyne Bachelot demain. Sans connaître la liste exacte, on peut y inscrire les personnels soignants et les personnes à risque. Roselyne Bachelot a d'ailleurs déclaré qu'elle « voulait donner la priorité au personnel de santé avant le personnel de sécurité ». Autrement dit, les infirmières avant les policiers. La ministre de la Santé avait déjà fourni une liste des populations prioritaires en juillet dernier : personnel de santé (2 millions), personnes chargées des secours et de la sécurité (1 million), personnes à risque dont les diabétiques, les insuffisants respiratoires, les asthmatiques, les cardiaques (2,4 millions), les femmes enceintes (800 000), les enfants de moins de 1 an (800 0000), les jeunes de moins de 18 ans (14,5 millions).

Aux États-Unis, la priorité recommandée est un peu différente : personnel de santé, femmes enceintes, personnel en contact avec des enfants de moins de 6 mois, personnes entre 6 mois et 24 ans, et personnes entre 25 et 64 ans présentant des facteurs de risques.

Un nouvel élément est récemment apparu en tant que facteur de risque : le surpoids. Une équipe clinique d'un grand hôpital du Michigan travaille sur la dizaine de cas de patients atteints d'un syndrome respiratoire grave (la moitié sont décédés) et ont établi un lien entre complications de la grippe A et surpoids. Le même constat ayant été fait sur les deux derniers cas de patients hospitalisés cet été au CHU de Bordeaux, une équipe y travaille aussi ici. Mais le service de communication du CHU interdit aux professeurs de médecine de communiquer sur le sujet.

3 Pourquoi des réticences à la vaccination ?

Un certain nombre de médecins - en particulier des homéopathes - font état, avec discrétion néanmoins, de leurs réticences à conseiller la vaccination généralisée. Le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) a, lui, lancé un pavé dans la mare en mettant le doigt sur les inconnues du vaccin.

Thierry Amouroux, son secrétaire général, craint une répétition des complications rencontrées aux États-Unis lors de la vaccination massive en 1976 contre la grippe porcine qui avait fait un mort dans une base militaire. « 47 millions d'Américains ont été vaccinés, rappelle-t-il, Gerald Ford devant les caméras de télévision en tête. 4 000 d'entre eux ont développé une maladie neurologique. Beaucoup restant paralysés à vie. » Le secrétaire général exige donc que les Français qui seront candidats à la vaccination soient réellement informés et puissent signer un formulaire de « consentement éclairé ». Il met notamment en cause la présence dans le vaccin d'un adjuvant. On ajoute en effet des adjuvants à de nombreux vaccins pour renforcer leur immunogénicité et leur efficacité.

C'est le cas des sels d'aluminium, mais aussi du squalène, que le journaliste américain Gary Matsumoto rend responsable des maladies contractées par les GI durant la guerre du Golfe. Michèle Rivasi, professeur de biologie et eurodéputée (Europe Écologie), attend toujours, dit-elle, une réponse de Mme Bachelot sur le contenu des vaccins. Elle estime que « les risques éventuels de la vaccination semblent avoir été ignorés ».

Thierry Amouroux se félicite d'ailleurs que la ministre de la Santé ait accepté de commander un certain nombre de vaccins sans adjuvants pour les personnes à risque. « Reste, avance-t-il, que sur le plan éthique, je suis gêné qu'il puisse y avoir deux types de vaccins, un à risque et l'autre non. »

Le secrétaire général du SNPI met aussi en cause la façon dont ce vaccin serait administré. « Nous sommes scandalisés, dit-il, par les conditions de vaccination notifiées par la circulaire du 21 août 2009 signée par Brice Hortefeux. La fiche sur le fonctionnement interne des centres de vaccination stipule un quota de 30 injections par heure par l'agent vaccinateur. Une piqûre toutes les deux minutes. Les Français ne sont pas du bétail. »

Et de dénoncer « le discours alarmiste d'une campagne de publicité plutôt que le choix d'un ton éducatif ». L'infirmier poursuit : « On veut réduire cela à un simple acte technique, mais les infirmières soignent des personnes, qui doivent être traitées en citoyens. »

La campagne de vaccination qui pourrait débuter à la mi-octobre divise Français et soignants

C'est le principal enseignement du sondage Ifop pour « Sud Ouest Dimanche » : 55 % des Français expriment aujourd'hui leur intention de se faire vacciner, dont 29 % à titre « certain ».

Inversement, 24 % des interviewés se déclarent totalement rétifs à toute vaccination. Les femmes sont sensiblement plus disposées que les hommes (58 % contre 52 %), alors que par tranches d'âge, les personnes de plus de 65 ans arrivent largement en tête (65 %). Mais il est à noter que pour chaque tranche d'âge, l'intention de se faire vacciner dépasse les 50 %.

En termes socioprofessionnels, le souhait du vaccin est plus présent chez les ouvriers (56 %) et les employés (55 %) que chez les artisans, commerçants, professions libérales et cadres (49 %).

Géographiquement, on envisage la vaccination davantage dans le nord-ouest de la France (61 %) qu'ailleurs.

Enfin, les candidats se recrutent plutôt en milieu urbain (57 %) qu'en milieu rural (51 %).

Auteur : hélène rouquette-valeinS
h.valeinsrouquette@sudouest.com

 

Pandémie virale, évolution mondiale Actualité de AH1N1 :

 Controverses autour du vaccin

Liens :

Necessite acrobat reader

la circulaire du 21 août 2009 signée par Brice Hortefeux

 

Ecrire au webmaster

Envoyer un commentaire sur cet article

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

compteur de visites
Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise ŕ jour le 06.09.2009

Saint- Justin - Controverses autour du vaccin AH1N1