Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Fichage des allocataires sociaux : intrusif et inutile

Ressorti des cartons de la droite, le volet "antifraude" du répertoire fichant les allocataires sociaux est largement critiqué par les associations.

 

Siège de la Caisse nationale des allocations familiales, le 27 mars 2007 à Paris (AFP - JACK GUEZ)
Photo archives Siège de la Caisse nationale des allocations familiales, le 27 mars 2007 à Paris (AFP - JACK GUEZ)

Xavier Bertrand a annoncé, dimanche 7 août, la création d'un répertoire unique des allocataires sociaux, d'ici fin 2011, après la proposition de Thierry Mariani, fondateur de "La Droite populaire". C'est selon lui "la meilleure façon de renforcer la lutte contre des fraudes sociales".

Eric Woerth, alors ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, parlait en janvier 2008 d'un" fichier national unique des Caisses d'allocations familiales" comme d'un répertoire déjà "opérationnel". Tout en précisant dans la foulée, et mais au futur cette fois : "ce fichier permettra de lutter efficacement contre les fraudes".

 

 

La création de ce fichier est de nouveau annoncée en avril 2010. Dans le rapport de la Cour des comptes d'avril 2010, il est fait mention (page 13) d' "un fichier national des assurés" qui est toujours "en cours de constitution". Le fichier n'est ainsi toujours pas lancé, deux ans après l'annonce d'Eric Woerth.

Les grands régimes de prestations ont déjà livré leurs données

La date de lancement annoncée par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand, "fin 2011", est-elle alors crédible ? Pour Daniel Buchet, responsable Fraude de la CAF, elle l'est. "La conception du répertoire est lancée depuis deux ans et touche à sa fin", explique-t-il au "Nouvel Observateur". "Les grands régimes de prestations, comme la 'maladie', les 'familles', et 'retraites', ont d'ores et déjà peuplé ce répertoire de données".

"D'ici fin 2011, nous n'avons plus qu'à mentionner le chiffrement des prestations perçues par les assurés sociaux, la nature de ces prestations et la période durant laquelle elles sont été délivrées. Le répertoire pourra ainsi couvrir 85-90% de l'ensemble des assurés à cette date. En revanche, les petits régimes contributeurs mettront plus de temps à être inscrits dans le répertoire."

"De grosses difficultés se posent"

Car le répertoire est particulièrement complexe à mettre en place : "C'est un projet très lourd, très conséquent, décrit Daniel Buchet, car il faut agréger l'ensemble des allocataires qui relèvent des cas multiples. Cela comprend les assurés des caisses primaires, des caisses de retraite, d'assurances maladies... S'y ajoutent les autres régimes particuliers comme la caisse de dépôt des cotisations, et les données des collectivités locales".

"De grosses difficultés se posent car chaque information sur un assuré doit pouvoir être comprise et utilisée par les différents régimes qui y ont accès. Il faut aussi et surtout déterminer toutes les possibilités de cumul et de non-cumul des différentes prestations sociales, qui se marchent les unes sur les autres", précise-t-il.

Pas adapté à la chasse aux fraudes

Alors que Xavier Bertrand et Thierry Mariani présentent le futur répertoire comme un véritable outil destiné à la traque des fraudeurs, le responsable Fraude de la CAF nuance : "Si on prend en compte le coût de la mise en place de ce répertoire, celui-ci ne va pas faire gagner ou économiser de l'argent aux caisses en contrôlant les abus".

Daniel Buchet concède que seul "l'avenir nous dira quels sont les objectifs du répertoire". L'"objectif principal n'en est pas la chasse aux fraudeurs, même si cela fait partie du champ d'action de cet outil".

Les associations d'aides aux chômeurs, aux familles et de lutte contre la précarité déplorent d'autant plus l'énergie consacrée à la chasse aux fraudes. "Alors que la plupart des fraudes restent très anecdotiques, l'argent que l'on va dépenser pour faire la chasse à la fraude sera supérieur à ce qu'on va récupérer", déplore Patricia Augustin, responsable du secteur Famille et Prestation sociale à la Confédération syndicale des familles, une confédération nationale d'associations familiales.

Les fraudes les plus coûteuses pas concernées

Selon le rapport du député des Bouches-du-Rhône Dominique Tian sur l'ampleur des fraudes sociales, dont les conclusions ont été publiées le 22 juin, c'est la fraude aux prélèvements sociaux, par des cotisations non versées en raison du travail au noir, qui serait la plus lourde, avec un coût entre 8 et 15,8 milliards d'euros.

La fraude aux prestations (sur les indemnités d'arrêts maladie, les allocations familiales, le RSA, etc), qui elle est traquée par le gouvernement et concernée par le répertoire, contrairement à la première, ne s'élèverait qu'à 2 ou 3 milliards d'euros.

"Marginalisation des personnes en difficultés"

La plupart du temps, ont relevé à la fois Daniel Buchet et Patricia Augustin, plus que des fraudeurs, ce sont des assurés qui ne bénéficient pas de toutes les prestations auxquelles ils ont droit que les contrôles de la CAF révèlent.

Mener une chasse abusive contre la fraude n'a comme résultat qu'une "marginalisation aggravée" des personnes en difficulté sociale, fustige Patricia Augustin : "On les soupçonne et on les stigmatise alors qu'on devrait les aider à les réintégrer dans la société".

"Il y a d'autres moyens de vérifier si les allocataires font de bonnes déclarations, comme à travers les déclarations de revenus, sur lesquelles les prestations sont calculées. La seule façon de frauder, c'est de faire de fausse déclaration", explique Patricia Augustin. Or les contrôles actuels de la CAF permettent déjà de contrôler ces fausses déclarations. "Le répertoire du gouvernement est très intrusif, alors qu'on pourrait s'en passer", conclut-elle.

La part des fraudes intentionnelles est "très minoritaire", confirme Daniel Buchet. Si le répertoire pourra éventuellement servir à améliorer la fluidité des contacts entre les différents régimes, il n'apportera rien de nouveau et de très efficace dans la lutte contre les véritables fraudeurs, qui sont très peu conséquents, contrairement à tout ce qu'a pu affirmer Xavier Bertrand. 

Xavier Bertrand, Thierry Mariani, répertoire, CAF
Extrait du Nouvel ObsPublié le 09-08-11    par Le Nouvel Observateur

 

Actualité  :

Fichage des allocataires sociaux : intrusif et inutile

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

 

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 09.08.2011-->

Saint- Justin -  Fichage des allocataires sociaux : intrusif et inutile