Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier AH1N1

Dossier Santé

La grippe aviaire

Hôpital Layné

HĂ´pitaux et cliniques

Des frites une fois

Les antibiotiques

intrusif et inutile

La maison de santé virtuelle

Dossier E Coli

La bactérie tueuse viendrait d'égypte

Dossier AH1N1

Nouveau plan : Dépistage général

670 millions perdus

OMS Largement surestimée

l'Etat indemnise les laboratoires

22 villes demandent des comptes

Affaire de gros sous

Bachelot aurait mentit

Le ministère de la Santé solde

L'épidémie recule

Activité forte en Aquitaine

Ou se faire vacciner?

Progression fulgurente

Les chiffres s'affolent

Syndrome Guillain-Barr

les centres de vaccination

La grogne des infirmires

Polmique sur les contrats

le vaccin et la justice

DĂ©but de la campagne de vaccination

Epidmie confirme

l'hyginisme autoritaire

Mesures liberticides

Panflu, le vaccin chinois

Controverse autour du vaccin

Trop peux de vaccin

DĂ©bordement de la demande

le virus dominant le monde

Quid des effets secondaires ?

Un labo prĂŞt

Exercice Pandémie

***** Conseils Ă  suivre ******

Balavoine

On envisage le niveau 6

Pas le SAMU

AS Monaco

le vaccin

Ecole ferme

La France est prĂŞte

Tamiflu ?

Deux ans de pandémie

La colre d'Anik

Niveau 6 sauf la France

Niveau 6 Pandémie

RĂ©sistance du A/H1N1

Grippe Niveau 5A

Bilan au 29.04.09

 

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle Ă  Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du BĂ©arn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

RĂ©ductions de vitesse

RĂ©ductions de tarif

RN10 PĂ©age pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 Ă  PĂ©age

Un pont sur la rocade

C'Ă©tait avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard Ă  l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit Ă  Compostelle

EnquĂŞte A65

A65 Ouverture le 14

Saint Justin et le AH1N1 : Début de la campagne de vaccination

 

Prioritaires, les personnels hospitaliers seront vaccinés contre le virus H1N1 sur leur lieu de travail. Les autres devront attendre la fin des vacances de la Toussaint. Soignants comme quidams restent sceptiques face à ce nouveau vaccin.

(Sipa)

(Sipa)

La campagne de vaccination contre le virus de grippe pandémique H1N1 débute ce mardi 20 octobre pour le personnel hospitalier, prioritaire, dans un contexte où les réticences persistent parmi les professionnels de santé et le public et alors que l'épidémie apparaît relativement bénigne. Pour les autres, la vaccination commencera après les vacances de la Toussaint, a précisé le ministère de la Santé.
Face à une épidémie grippale encore pour l'instant qualifiée de "petite", les autorités sanitaires auront à faire oeuvre de davantage de pédagogie pour convaincre la population. Un bas niveau d'inquiétude expliquerait une faible motivation pour la vaccination, d'après des sociologues.

"Beaucoup de ceux qui ne se sentent pas concernés par la vaccination vont, au contact de la montée de la pandémie, certainement changer d'avis", a pronostiqué le Premier ministre fin septembre. Selon diverses enquêtes, 60 à 65% des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner contre la grippe A (H1N1) en septembre.

65% des infirmiers refusent la vaccination

Pour le Pr Bruno Lina, la vaccination du personnel est un "enjeu clé". "Si on a un pic épidémique important, s'il n'y a pas de soignants, des malades mourront", a averti le virologue.
Du côté des médecins libéraux, susceptibles de servir de relais auprès du public, la situation n'est guère brillante, si l'on en croît un sondage Ipsos réalisé également en septembre pour le Quotidien du Médecin : à peine plus de la moitié d'entre eux se disent prêts à se faire vacciner. Et, d'après une consultation lancée sur Internet à la même période par le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), parmi les 4.100 premières réponses, 65% refusent la vaccination. Même s'il reste à vérifier si ces résultats sont représentatifs, force est de constater que les réticences ne sont pas l'apanage des Français.
La défiance sévit aussi aux Etats-Unis où certains soignants ont intenté une action en justice contre la vaccination "forcée" et où 40 % seulement des adultes sont sûrs de se faire vacciner, selon une étude de la Harvard School of Public Health. Et seulement un parent américain sur deux déclare vouloir faire vacciner ses enfants.

Trois vaccins ont déjà reçu leur autorisation à la commercialisation. Deux doses séparées de 21 jours minimum, sont prévues. Une seule dose pourrait finalement suffire dans la plupart des cas, selon les essais, mais il faudra attendre le feu vert des autorités sanitaires pour valider cette simplification de la vaccination, soulignent les spécialistes. "Il y a un problème de confiance aujourd'hui entre les autorités et le corps médical et plus largement la population parce qu'on a survendu la problématique de la vaccination", a estimé pour sa part Jean-Marie Le Guen, président du conseil d'administration de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

(Nouvelobs.com avec AFP)

NOUVELOBS.COM | 21.10.2009 | 08:24

Pandémie virale, évolution mondiale Actualité de AH1N1 :

 20.10.09 Vaccination

Dans le sud ouest également on peut lire un article très complet de l'excellente Hélène Rouquette-Valeins Extraits :

«Beaucoup de professionnels sont toujours aussi réticents, mais désormais il y a une vraie pression du ministère. » Thierry Amouroux, le secrétaire général du SNPI (syndicat national des professionnels infirmiers), estime que les pouvoirs publics, et Roselyne Bachelot en tête, usent du poids institutionnel pour inciter les personnels de la santé à se faire vacciner contre la grippe A H1N1.

Trois vaccins dans la seringue

Deux vaccins à virus fragmenté, inactivé et avec adjuvant, sont d'ores et déjà disponibles : le Focetria (Novartis) et le Pandemrix (GlaxoSmithKline). Un troisième vaccin, à virus entier, inactivé et sans adjuvant celui-là, est dans la seringue. Il s'agit du Celvapan, de la firme Baxter.

La France a commandé 24 millions de doses à Novartis et 50 millions à GSK, ainsi que 56 millions de doses à Sanofi-Aventis dont le produit n'est pas encore sur le marché. Mais seulement 50 000 doses à Baxter, d'où l'insuffisance annoncée de vaccins sans adjuvant.

Le débat sur les adjuvants

L'adjuvant le plus couramment utilisé est le squalène, une substance bien connue. Mais les autorités craignent des mauvaises surprises pour les catégories à risque (femmes enceintes, nourrissons, immunodéprimés). Aussi sera-t-il conseillé de leur administrer de façon préférentielle un vaccin sans adjuvant.

Source Sud-Ouest.

Les femmes enceintes en france sont au nombre de 800.000, voire plus .. Comment justifie t'on le chiffre de 50.000 doses de vaccins sans adjuvant?

Ecrire au webmaster

Envoyer un commentaire sur cet article

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

compteur de visites
Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise ŕ jour le 22.10.2009

Saint- Justin - Virus AH1N1 la campagne de vaccination