Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65

Saint Justin : Qui dit rocade dit les grandes surfaces participeront

La Chambre de commerce et d'industrie intervient dans le débat sur la rocade.

 

Henri Emmanuelli, avec sa double casquette de député et de président du Conseil général,
Henri Emmanuelli : . photo archives Nicolas le lièvre

Pour la CCIL (Chambre de commerce et d'industrie des Landes), qui tenait hier son assemblée générale, l'aménagement de la rocade de Mont-de-Marsan ne peut pas s'étudier en dehors des projets de grandes surfaces commerciales. L'un, celui de la Storim, est situé à Haut-Mauco en bordure de la 4 voies menant à Saint-Sever, tandis que l'autre, le déplacement du centre Leclerc, serait à proximité du rond-point de la route de Grenade-sur-l'Adour.

 

Deux projets incompatibles

Rappelons que le projet Storim, ce serait une grande surface alimentaire à l'enseigne Cora et pas loin de 70 boutiques sur 42 hectares.« Au regard des possibilités de développement commercial du bassin montois, explique Philippe Simon, président de la CCIL, qui sont comprises entre 17 et 63 millions d'euros, les équipements sont dans une fourchette de 5 000 à 16 000 m² supplémentaires. Les deux projets en course, M2M (c'est-à-dire Leclerc, NDLR- 20 000 m²), et Cap de Gascogne (Storim- 45 000 m²) dépassent ces seuils et sont incompatibles entre eux. Le second nous paraît surdimensionné, mais maintenant il faut que les deux projets soient présentés complètement, avec les surfaces et les enseignes qu'ils proposent ». Mais surtout, la CCIL considère que sur ce dossier les entreprises privées doivent participer aux problèmes de circulation.

« Il faut absolument améliorer les pénétrantes, commente Philippe Simon, en tenant compte de la mise en circulation de l'autoroute A 65 à la fin de l'année 2010. Étant donné les coûts très élevés des travaux d'infrastructure, une contribution financière des projets en lice sera nécessaire pour répondre au mieux à la résolution de ce problème. La CCIL se tient prête à aider le Conseil général et les collectivités territoriales concernées à trouver la solution la mieux adaptée. »

La touche des sénateurs

Autrement dit, si Bernard Bornancin, patron du Leclerc montois, a déjà proposé au Conseil général de contribuer à la construction d'une pénétrante qui relierait son nouvel ensemble à la rocade, les regards se tournent désormais vers Henri Fouillade, patron de la Storim, qui doit absolument prendre position sur ce dossier. Étant entendu que, pour les élus professionnels, les deux projets ne peuvent pas coexister. Ce qui semble évident à tout observateur informé de la situation du commerce local.

L'autre préoccupation de la CCIL porte sur la touche qu'ont apportée les sénateurs à la réforme des chambres consulaires. Si les ressources fiscales seront perçues par la Chambre régionale, leur amendement prévoit que ces moyens financiers soient répartis ensuite entre les CCI territoriales, qui ainsi continueront de disposer d'un budget et d'un personnel nécessaires à l'accomplissement de leurs missions de proximité. Une garantie d'autonomie qui satisfait le président Simon, lequel ne cache pas qu'il avait beaucoup œuvré en ce sens.

sud ouest 22 juin 2010 06h00 | Par Jean-Louis Hugon

 

Le sujet est encore revenu sur le tapis politique, hier.

La tentation devait être trop grande. C'est qu'il y avait ces 330 000 euros, alloués hier par le Conseil général pour « améliorer les capacités de carrefour giratoire de la rocade de Mont-de-Marsan. »

180 000 pour celui de la route du Houga (RD 30) et 150 000 pour celui de la route de Grenade-sur-l'Adour (RD 824) : avec cela, pas (encore) question de déniveler. Non, bien sûr, on plaisante, si c'est encore possible sur ce dossier….

Là, il s'agit juste (et c'est déjà beaucoup !) de projeter une deuxième voie sur les branches de la rocade en entrée du carrefour. De quoi mettre un peu d'ordre aux heures de pointe et débloquer parfois la situation, mais vraiment aucun miracle à espérer : le nœud reste entièrement à dénouer.

Et surtout le nœud politique, à voir les interventions successives de Christian Cazade et d'Alain Vidalies, respectivement conseillers généraux des cantons nord et sud de la préfecture. Le premier surtout, plus particulièrement en charge des infrastructures au département et remonté comme un coucou à l'attaque d'un débat qu'il lance lui-même. « Le Conseil général n'a jamais été contre la dénivellation des carrefours. La seule chose que nous avons dite et que nous répéterons, c'est qu'il ne nous est pas permis de réaliser ces travaux-là ! Pour la bonne et simple raison que cette rocade et ces carrefours sont encombrés de part et d'autre… »

« Toujours la vérité »

Et l'élu montois de s'enflammer, au point d'obliger Henri Emmanuelli à maîtriser son débit, sourire à l'appui : « Nous avons fait notre travail sur ce dossier. Et nous avons toujours dit la vérité… »

À son tour, Alain Vidalies pouvait reprendre un flambeau aux allures de brasier. « La rocade est un débat important, qu'il ne faudrait tout de même pas surjouer. À moins que la proximité des rendez-vous électoraux de 2011 (ndlr : les deux cantons montois sont renouvelables au Conseil général) ne suscite quelques démangeaisons… »

Passée la pique, vient tout de même la réalité. « Il y a deux débats en un : faut-il doubler la rocade ? On peut en discuter, effectivement. Quant à déniveler les carrefours, nous n'avons jamais été défavorables. Mais déniveler des carrefours avec une telle multiplicité d'entrées commerciales, c'est simplement irresponsable sur le plan économique. »

Le député peut même en rajouter une louche : « c'est un dossier sensible qui a été utilisé à d'autres fins. Mais la vérité finira bien par l'emporter… » Des grands mots ? La vérité, donc ? Henri Emmanuelli a l'air d'en détenir une partie. « Nous, on va faire. » Mais quoi donc ? Doubler ? Déniveler ? On va finir par s'y perdre plus sûrement que dans un bouchon montois…

« J'en ai vu d'autres »

« Premièrement, même si c'est modeste, nous allons aménager les giratoires comme nous l'avons dit aujourd'hui. La deuxième, c'est ce boulevard sud, ce projet de Saint-Pierre-du-Mont, qui va bien contribuer à désengorger, non ? On va voir comment on peut le faire avancer, ce dossier, y compris avec la CAM. »

Ce projet dont Cazade redit « que le Conseil général l'a eu avant, ce qui ne l'a pas empêché par ailleurs de refuser aussi deux projets d'extension commerciale ! » Ce projet qui rassemble ou agace, selon de quel côté on veut voir les choses… « Je vais vraiment le faire avancer, reprend plus fermement encore le président du Conseil général. Et ceux qui n'avanceront pas avec nous feront des déclarations. »

Allez, une conclusion du prophète en son pays : « Le souci numéro un, ce sont les usagers. Le reste, j'en ai vu d'autres… »

sud ouest 22 juin 2010 06h00 | Par jean-pierre dorian

 

 

Saint-Justin on Facebook

Actualité  :

Qui dit rocade dit les grandes surfaces participeront

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

 

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 23.06.2010

Saint- Justin -  Qui dit rocade dit les grandes surfaces participeront