Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La d√©fense de la f√īret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le ¬ępari¬Ľ a du mal √† passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les √©lus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin : le point sur la ligne LGV - Bordeaux -Espagne -Partie (I)

GRANDE VITESSE. Le Sud-Ouest ne l'a pas encore gagné. Le point sur un projet de plusieurs lignes... encore menacé

Les grands défis de la LGV

Bientôt le début des travaux

La LGV doit maintenant passer l'été. Un cap important pour boucler le financement de cet important projet qui comprend quatre lignes, à la fois distinctes et liées. C'est le Premier ministre François Fillon lui-même qui a fixé ce cap estival. Il attend le résultat de nouvelles et dernières négociations avec les collectivités locales, qu'il souhaite fructueuses pour donner son feu vert.


1 Quatre lignes et des financements croisés

Ce vaste projet LGV, probablement le plus grand chantier à venir en Europe, se partage d'abord en deux sur une ligne imaginaire au nord et au sud de Bordeaux. Sud Europe Atlantique (SEA) pour la partie nord entre Tours et Bordeaux, avec les lignes Tours-Bordeaux et Poitiers-Limoges. Puis le Grand Projet Sud-Ouest (GPSO) au sud pour les deux lignes allant vers Toulouse et l'Espagne.

Toutes ces lignes ont évidemment une logique commune. Mais leurs calendriers sont distincts. On pourrait imaginer qu'elles soient réalisées étape par étape, d'abord le Nord puis ensuite le Sud. Le problème vient aujourd'hui du fait que des collectivités du Sud, la Région Midi-Pyrénées par exemple, financent aussi la partie Nord, et que des dizaines de collectivités locales sont impliquées. Certaines ont beaucoup renâclé. Même si la plupart ont finalement accepté de payer, il existe quelques résistances et certaines y mettent toujours des conditions. Le tout récent refus de Michèle Alliot-Marie de voir passer une nouvelle ligne ferroviaire au Pays basque n'a évidemment pas mis de l'huile dans les rouages. Le Premier ministre rendra bientôt son arbitrage.

2 Tours-Bordeaux sur la bonne voie

Il est d'ailleurs probable que François Fillon fera tout pour ne pas freiner la partie du projet LGV qui est la plus engagée, celle de la ligne Tours-Bordeaux. Il faut en fait la considérer en deux morceaux. Entre Angoulême et Bordeaux, le cap de la DUP (déclaration d'utilité publique) a été franchi. Une bande d'environ 100 mètres dans laquelle passera la future ligne est déjà tracée. « Nous avons pu acheter un grand nombre de maisons et de propriétés foncières agricoles. Nous allons commencer les fouilles archéologiques en septembre pour ne pas perdre de temps », résume Bruno de Monvallier, directeur région Aquitaine/Poitou-Charentes de RFF (Réseau ferré de France).

Concernant la partie Nord entre Angoulême et Tours, la DUP est attendue dans les jours qui viennent. Il semble donc difficile aujourd'hui de revenir en arrière sur cette ligne Nord entre Tours et Bordeaux.

3 Un concessionnaire privé bientôt choisi

Elle coûterait 7,2 milliards à la collectivité en euros courants (probablement 9 milliards au final). La moitié de cette somme est prise en charge par RFF et un concessionnaire, l'autre moitié par l'État (25 %) et les collectivités locales (25 %). Ces dernières se sont partagé l'effort financier en trois tiers entre Communautés d'agglomération, Départements et Régions. L'Aquitaine met ainsi au pot 600 millions d'euros. Les travaux devraient débuter en 2011 et s'étaler jusqu'à l'ouverture de la ligne en 2016 si le calendrier est respecté. Ce sont 300 kilomètres de lignes nouvelles qui vont ainsi être gérés... par un concessionnaire privé. Une première dans l'histoire ferroviaire destinée à réduire le financement public. Il sera choisi en 2010 entre les mastodontes du BTP que sont Eiffage, Vinci et Bouygues, et pour une durée de cinquante ans.

À noter, pour en finir avec la partie Nord, que la ligne Poitiers-Limoges est nettement moins avancée. Le budget de départ était de 1,2 milliard, mais devrait approcher les 2 milliards. RFF espère organiser une enquête publique en 2011 et terminer les travaux un peu avant 2020. L'objectif est de mettre Limoges à deux heures de Paris en TGV.

4 D'un côté Toulouse, de l'autre l'Espagne

Une fois passé l'obstacle du bouchon de Bordeaux, levé en 2013 , cette LGV va descendre vers le sud de la Gironde au fil d'une voie commune de 10 à 50 kilomètres. Puis, la ligne va se partager en deux, d'un côté vers Toulouse en passant par Agen, et de l'autre vers l'Espagne en passant Mont-de-Marsan et Dax. Cet ensemble de 450 km de voies nouvelles devrait coûter autour de 10 milliards d'euros, sur un calendrier à peu près identique à Poitiers-Limoges avec enquête publique en 2011, travaux en 2013 et ouverture en 2020. L'argent public des Français financera ces lignes de 50 à 70 %. L'État en prendra en charge une bonne partie dans l'hypothèse d'une ligne mixte voyageurs et fret . L'Europe finance 15 % de la facture sur la partie Sud-Gironde, puis vers l'Espagne. RFF et un partenaire privé prendront de 15 à 35 % selon les tronçons.

Le destin de ces deux lignes semble pour l'instant commun, au moins sur le plan du budget. Mais qu'en sera-t-il dans quelque temps ? Il est probable que les plus prompts à boucler le financement seront les premiers servis.

5 Forte opposition au Pays basque

À ce petit jeu du bon élève, c'est pour l'instant Toulouse qui semble tenir la corde. Essentiellement en raison de la forte opposition rencontrée par ce projet au Pays basque. Même si de nombreux élus en ont accepté le principe, d'autres refusent clairement la construction d'une nouvelle ligne qui risquerait de « défigurer les paysages ». La sortie de Michèle Alliot-Marie sur l'utilité d'une LGV a illustré cette défiance basque. Elle devrait obliger RFF à proposer une ligne presque entièrement enterrée (le projet prévoyait un tiers), ce qui pourrait faire grimper la facture de plusieurs dizaines de millions d'euros. À cela s'ajoute enfin un projet de ligne de raccord à la LGV entre Dax et Pau. Mais il ne s'agit pour l'instant que d'une toute première étude, à l'évidence non prioritaire au regard des grands défis de cette LGV.

Auteur : Bruno Béziat
b.beziat@sudouest.com

Extrait du dossier spécial LGV du Sud-Ouest

Dossier LGV LGV : Actualité :

 Le point sur la ligne LGV

 

Riffifi au gouvernement, Mam sème la discorde en prenant position hors de son domaine de compétence.

Après il faudra rendre un arbitrage, probablement en mettant de l'ordre dans les rangs ... garde à vous mam la ministre des armées ...

Le chef de l'état va être obligé de rappeler à Mam que la LGV est créatrice d'emploi, et en temps de crise ça peut être utile.

On peut donc croire qu'un avis favorable sera émis très rapidement, pour ensuite attendre 2012 pour en reparler ... Et tans pis pour l'emploi.

Tracé tours bordeaux

La LGV tours bordeaux sera une réalité très rapidement puisque tout le monde est d'accord, il n'en est rien pour le pays Basque.

La privatisation de RFF est en marche

Un concessionnaire privé sera chosi pour se substituer au financement par l'état, nul doute qu'au prix du billet s'ajoutera en plus de la reservation obligatoire actuelle un péage comme les autoroutes.

Je ne suis pas sur que ce soit le moyen le plus efficace pour aller rapidement au frêt féroviaire ou au ferroutage ... Il est loin le grenelle.

Bouchon de bordeaux

Captieux a dore et déjà été choisi comme base du triangle de séparation entre la ligne vers Toulouse et celle vers Mont-de-Marsan.

Le triangle de Captieux

Ecrire au webmaster

Envoyer un commentaire sur cet article

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

compteur de visites
Saint-Justin© 2007 ē Charte de bonne conduiteē Mise ŗ jour le 11.06.2009

Saint- Justin - le point sur le projet LGV (I) - Bordeaux Espagne