Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et la ligne LGV - LGV : trois nouvelles gares et deux liftings

La concertation est ouverte pour les gares qui devraient être construites à Montauban, Mont-de-Marsan et Agen, ainsi que pour les rénovations prévues à Dax et Bayonne.

 

 Le trafic voyageurs de la gare de Bayonne devrait passer de 1,2 million à 2,8 millions de voyageurs.  Archives J.-D. Chopin
Le trafic voyageurs de la gare de Bayonne devrait passer de 1,2 million à 2,8 millions de voyageurs. Archives J.-D. Chopin

Réseau ferré de France (RFF) gardait le meilleur pour la fin. Le quatrième temps de la concertation sur les projets de tracé de la LGV dit optimisé du Grand Projet Sud-Ouest (GPSO) engagé à compter du 10 octobre concernera aussi les gares. On attribue à Laurent Fabius, lorsqu'il était Premier ministre, la formule suivante : « Le TGV, tout le monde veut qu'il s'arrête, mais il faut qu'il ne passe nulle part. »

Dans le Sud-Ouest, lorsque la nouvelle ligne sera construite au-delà de Bordeaux vers Toulouse et Hendaye, il y aura 11 gares « new-look ». Trois seront construites ex nihilo en périphérie d'Agen, de Montauban et de Mont-de-Marsan.

 

Deux autres seront aménagées sur leurs sites existants dans les centres de Dax et de Bayonne, tandis que les haltes ferrées de la sortie sud de l'agglomération bordelaise seront recalibrées. À noter, enfin, la création de deux nouvelles gares régionales dédiées au TER dans le Sud-Gironde et dans le Sud-Landes.

À Mont-de-Marsan comme à Agen, les nouvelles gares devraient coûter environ 30 millions d'euros chacune. Située dans la commune de Bressols, au sud de Montauban, la future gare tarn-et-garonnaise sera aussi desservie par les trains express régionaux. Elle permettra un temps de parcours plus court entre Bordeaux et Toulouse, et n'a donc pas fait longtemps débat, à la différence de celle d'Agen, où les partisans d'un aménagement de la gare de centre-ville se sont longtemps opposés au projet de construction dans le secteur de Brax-Roquefort, rive gauche de la Garonne, dans le prolongement de l'Agropole d'Agen (lire ci-dessous).

Cette fois-ci, Mont-de-Marsan ne loupera pas le train. Le chef-lieu des Landes aura une nouvelle gare sur la ligne du sud, en provenance de Bordeaux. C'est dans la commune de Lucbardez-et-Bargues, à deux pas de l'échangeur autoroutier de Caloy (A 65) qu'elle sera construite. Elle nécessitera la réouverture sur 5 kilomètres environ de la ligne TER Mont-de-Marsan-Roquefort. RFF estime à 940 000 le nombre de passagers transitant chaque année par cette gare nouvelle, soit 8 TGV aller-retour vers Paris ou Hendaye, 5 liaisons régionales à grande vitesse et 3 TGV Toulouse-Hendaye qui éviteront Bordeaux.

Au centre de Dax et Bayonne

« Sur Bayonne, nous devrions passer de 1,2 million à 2,8 millions passagers par an », indique Christian Maudet, directeur du projet GPSO à RFF. Les élus y ont fait le choix de l'aménagement de la gare actuelle, dans le centre. Les TGV qui s'y arrêteront bifurqueront à hauteur du marais d'Orx et pourront reprendre leur chemin à grande vitesse au croisement de la ligne Bayonne-Puyoô, en direction d'Hendaye.

Les TGV nationaux y seront probablement majoritaires. D'ores et déjà, la grande halle ferroviaire sera rénovée à compter de 2012, et un nouveau pont ferroviaire sera construit sur l'Adour. Quand la ligne sera en service, si elle est construite, Bayonne sera à 1 h 05 de Bordeaux, autant de Bilbao et à peine plus de 3 heures de Paris. Comme Bordeaux aujourd'hui.

À Dax aussi, les élus ont fait le choix du centre-ville, où l'agglomération investira dans un important pôle d'échanges multimodal. Les raccordements entre la nouvelle ligne et la classique seront réalisés au sud de Laluque et au nord de Mées. Le nombre de futurs usagers en gare de Dax est estimé à 1,7 million de voyageurs par an, soit 200 000 de plus qu'aujourd'hui.

Deux nouvelles gares seront créées dans le cadre de ce projet GPSO. À Saint-Geours-de-Maremne (40), le projet de halte pour les services régionaux à grande vitesse (SRGV) a été voulu par les élus. Elle sera construite dans la zone Atlantisud, aujourd'hui dédiée à la logistique et consacrée demain au commerce. Située en bordure de l'A63 Landes, cette halte a vocation à desservir les stations littorales landaises. Son potentiel de voyageurs est estimé à 100 000 par an. Comme à Captieux-Escaudes, dans le Sud-Gironde, il n'y aura pas d'arrêt TGV, car les quais ne feront que 250 mètres de long contre 400 pour les gares TGV.

Le Conseil régional, très impliqué dans les TER, compte développer depuis ces gares des liaisons régionales à grande vitesse. À Captieux, le trafic de trains régionaux à grande vitesse devrait générer un transit de quelque 30 000 usagers chaque année.

À noter, aussi, dans ce vaste plan gares, le réaménagement, voire le déplacement, de quatre haltes gares des communes du sud de l'agglomération bordelaise, où une troisième voie sera construite jusqu'à Saint-Médard-d'Eyrans. Et cela avant que ne démarrent les travaux de la nouvelle ligne à grande vitesse à proprement parler. Des aménagements de quais seront nécessaires. Les haltes seront placées au centre des voies et même déplacées à Cadaujac et à Saint-Médard-d'Eyrans. Sept passages à niveaux seront aussi supprimés dans ce secteur sud de l'agglomération bordelaise.

L'enjeu économique

Lire, voir la suite

Le 29 juillet dernier, la ministre des Transports actait le principe d'une gare nouvelle pour accueillir la LGV ...   Lire, voir la suiteen savoir plus ...

L'enjeu économique

La gare d'AgenLe 29 juillet dernier, la ministre des Transports actait le principe d'une gare nouvelle pour accueillir la LGV en Agenais et clôturait ainsi le débat entre les partisans d'une construction ex nihilo rive gauche et les partisans de la transformation de l'actuelle gare agenaise en centre-ville. en Agenais

Il faudra donc traverser la Garonne pour se rendre à la gare LGV, qui se situera à cheval sur les communes de Brax et Roquefort à quelques mètres de l'A62. Deux emplacements à quelque 300 mètres de distance ont été retenus dans ce secteur.

Dans la plaquette de présentation mise à la disposition du public par GPSO dans le cadre de la consultation qui débute aujourd'hui, les usagers vont en savoir davantage sur les contours du projet.

Côté emprise foncière, la gare LGV s'étendra sur une surface oscillant entre 20 et 30 hectares. « Tout dépendra des équipements que l'on choisira d'y installer : parkings au sol ou sur plusieurs niveaux, locations de voitures, zone naturelle ou urbanisée tout autour », souligne Frédéric Perrière, directeur des études de GPSO.

À vingt minutes du Gers

Néanmoins, Réseau ferré de France entend faire de cette gare LGV une structure exceptionnelle du point de vue du développement durable, avec un bâtiment aux normes HQE, et du point de vue de l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Les prévisions en termes de fréquentation sont de l'ordre de 2 millions de voyageurs par an, avec, au quotidien, 13 trains aptes à la grande vitesse (TAGV) aller-retour vers Paris ou Toulouse, 5 TAGV aller-retour vers Bordeaux ou la Méditerranée et 5 TAGV aller-retour en direction de Bayonne et de l'Espagne ou d'Hendaye.

Cette gare moyenne Garonne ne va pas intéresser que les Lot-et-Garonnais. Elle sera à vingt minutes du Gers et du sud de l'Albret.

La partie ouest du Tarn-et-Garonne pourra également venir y prendre des TAGV pour l'Espagne ou Bordeaux », fait remarquer Henri Tandonnet, président de la Communauté de communes de Laplume en Bruilhois, territoire sur lequel sera construite la structure.

Le positionnement sur la rive gauche était un élément important pour M. Tandonnet et son son alter ego de la Communauté d'agglomération d'Agen, le député maire, Jean Dionis du Séjour. Tous deux partagent le projet de création d'une zone d'activité économique de 210 hectares, rive gauche au nord de l'A62, à quelques petits mètres à vol d'oiseau de la future gare. Ne manquera qu'un échangeur autoroutier dans ce voisinage, et cette zone pourra alors prétendre à une réelle attractivité économique.

Débat sur le tracé

Pour en revenir au plan purement ferroviaire, si la gare nouvelle ne fait plus débat, le tracé lot-et-garonnais de la ligne LGV Bordeaux-Toulouse n'est pas réglé. La proposition de RFF d'un double franchissement de la Garonne au niveau de la commune de Boé fait grincer les dents des élus de l'agglomération, qui lui préfèrent un passage sous tunnel du côté de Moirax avec une sortie sur Layrac. Mais, dans la commune du Bruilhois, on aimerait bien ne pas voir surgir à grande vitesse un train au pied du bourg…

LGV · Mont-de-Marsan · Agen · Landes · Autoroute A65 · Dax · Bayonne
Extrait du journal 28 septembre 2010 07h17 | Par Jean-Bernard Gilles

Désacord à Escaudes LGV : Actualité :

LGV : trois nouvelles gares et deux liftings

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire sur cet article

Un mail pour Saint-JustinEcrire au webmaster

La concertation publique

lien vers la consultation - concertation en ligne

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 13.10.2011

Saint- Justin - LGV - LGV : trois nouvelles gares et deux liftings