Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

 

Actualités diverses

le Marsan à l'horizon 2030

La zone euro

Sortir de l'euro

Replanter de d'avoine

Les maires en panne

Notre compétence première

l'inflation + 2,1%

Qui va payer ?

Victoire pour Ikea

C'est l'Atlantide sud. . .

Non à Atlantisud

Peur sur la ville

Les projets Atlantisud, Ikea

les Mirages F1 rentrent de Libye

Portrait Valérie Cohou

Démographie en aquitaine

Bascule vers la TNT

Saint-Luc le grand truc

Mort à Saint-Justin

Les mariages forcés

Moules frites

Taxés plus pour payer plus

Optimiste pour les Landes

la route de la transhumance

Coup de gueule du 11 septembre

La révolte des abeilles

Les palombières en effervecences

Piqures de guêpe, frelons, abeille

Un nid de frelons asiatiques

Nouveaux arrêtés préfectoraux

Une vie après la mort

le canard se cuisine

Prison pour Jean-Marc Boine

30% d'avions en plus

Malaise et suicide à ONF

les fêtes de Douzvielle

Mourrir pour la forêt des Landes

Nettoyer la fôret

Gaz plus 20% en un an

Les gentils et les méchants

Supermarché menacé

Plus de radars mobiles

Cassé par le conseil d'état

Un corps dans la Douze

Justice sociale

Covoiturage

Caprice du ciel

Un primtemps trés sec

Supermarché recalé

Le Grand Moun

Accident de poids lourd

La fable du gaz et du ..

Le nématode menace la forêt

Passage à la TNT

Mystère de l'empoisonneur

Les anciennes du Gabardan

Elections cantonales

Menace sur le stade Montois

Accident de poids lourd

L'incapacité est un scandale

Intercommunale sur les rails

Entente sur les prix

Ramassage scolaire

Résilier Orange

Téléphone Orange

Un supermarché de trop

Contribution économique territoriale

Tractations sous la table

PLU & Supermarché

PLUIE de recours

Le loto de pôle emploi

On extermine les chats

1500 euros pour Klaus

Peur à Saint-Justin

Nouveaux radars automatiques

Pas de pénurie Landaise

La fôret Landaise

La guerre des chiffres

Stations fermées

Pénurie de carburant

Réforme des retraites

Stop, sens interdit

Visite de la ferme"

Deux supermarchés !!

500.000 Euros pour la salle

scolytes La double peine

Incendie dans les landes, 167ha

Feu vert pour hypermarché

Méchoui de sanglier

Risque d'incendies

Electricité 4% d'augmentation

Augemntation substancielle de

la Taxe d'habitation

la FERIA de Douzvielle

scolytes Le fléau

Hypermarché, les travaux ont c..

La maquette du Cora

Inquiètude dans le bourg

Storim VS Leclerc

Nouveau commerce

budgets municipaux à revoter

Budgets insincères

Le programme de la foire

Deux Maisons Médicales

Y a t'il diffamation ?

Un pavé dans la vitrine

Alerte météo 30 Mars

Au bonheur des dames

Budget "prudent et raisonné"

Tous les résultats second tour

Régionales 2010 second tour

Régionales 2010 1er tour

Saint-Justin au féminin

Un an et toutes ses dents

Esprit du service public

Danger de mort

Organisateurs de loto poursuivis

Agression à Saint-Justin

Distributeur de billets

L'état de la voirie

Trottoir et mâchoire brisée

Le conducteur décède

Taxes locales à la hausse

Taxe professionnelle

Défibrilateur c'est quoi ?

La Poste devient une S.A.

La Bastide d'Armagnac

Pharmacies dans le rouges

Journée TER découverte

Marché Nocturne

La guerre de 100 ans

Vide greniers

Les CHEMINART Font étape

Le club de l'Âge d'or redémarre

Roquefort

Gaz à tous les étages

Gabaret

Les élus votent 14 non 1 oui

Marché de producteurs

Le marché du dimanche

La Maison de la santé est ouverte

 

Dossier A65

L'après A65

On a attendu 40 ans la Pau-Bordeaux

Miracle à Pouydesseaux

L'autoroute Bordeaux-Pau

l'agglo ou le piémont

Olivier de Guinaumont

Contre la mise à péage

Naissance sur l'A65

La future route Pau-Oloron

A65 pas de cadeaux

Coopération intercommunale

Cinq accidents en 24 h

Camion renversé et route bloquée

L'A65 coupée

33 mois de travaux

A65 La bataille sans fin

Un accord foncier

A propos du Béarn

L'autoroute A65 a été fermée

Rentabilité A65

Accident sur l'A65

Pause dans les travaux

Le débat relancé

Partenariat avec les chasseurs

Stop à la polémique

Réductions de vitesse

Réductions de tarif

RN10 Péage pour les landais

Le plein d'espoir

A65 Aire sur Adour SUD

A65 Baisse de tarif

Après l'A65, le dossier des LGV

Le barreau du Caloy

Tarifs au 01 février 2011

RN10 à Péage

Un pont sur la rocade

C'était avant l'A65

A65 Interdiction

l'A65 Tarifs du péage

l'A65 pas le 14 décembre

Téléthon sur l'A65

Liaison A65-A89

Retard à l'allumage A65

J-30 Ouverture A65

Du nouveau au Caloy

Sur la route de l'emploi

Le Fil D'aliénor N°8

Bostens, lot de consolation

L'A65 sur les cartes

l'A65 conduit à Compostelle

Enquête A65

A65 Ouverture le 14

Saint Justin et la ligne LGV - Priorité : apporter des services

LIGNES À GRANDE VITESSE. Hubert du Mesnil, président de Réseau ferré de France, justifie la politique de l'entreprise publique dans la construction des LGV du Sud-Ouest

Partager sur Facebook

le transport ferroviaire rapide est le bon moyen de répondre dans des conditions qui sont les meilleures du point de vue du développement durable.
Hubert du Mesnil : « Un jour, un train toutes les trois minutes passera sur la côte. Notre devoir est de dire qu'il faut répartir le trafic entre deux lignes ». (Photo « SUD OUEST »)

« Sud Ouest ». En raison de son coût et de son impact sur le territoire, le projet LGV amène d'abord une question. À quoi sert-il ?

Hubert du Mesnil. En tendance, une opinion largement partagée est que la mobilité en Europe va se poursuivre, et que le transport ferroviaire rapide est le bon moyen d'y répondre, dans des conditions qui sont les meilleures du point de vue du développement durable. Il s'agit d'un choix politique, du Parlement français et de gouvernements successifs, mais aussi de l'Europe, qui a décidé de construire et de développer un réseau à grande vitesse.

Il est normal que le Sud-Ouest trouve sa place dans ce développement. Notre projet est de mettre en oeuvre ces décisions en les mettant au service des territoires que nous traversons. La grande vitesse n'est pas faite que pour le réseau européen. Nous devons aussi diffuser l'effet de la grande vitesse dans la région en organisant la connexion avec les TER.

Des opposants à la LGV et des élus estiment que tout est déjà décidé. Ne faudrait-il pas commencer par une vraie concertation ?

Si, à l'occasion d'un débat, on veut convaincre RFF qu'il faut par principe renoncer au projet, cela ne peut pas marcher. Ce choix ne relève pas de RFF. En revanche, sur la manière de réaliser ce projet, on a étudié des quantités de fuseaux. Les choix entre tel fuseau ou telle gare ont été faits à la suite des réunions de concertation, une centaine en 2009 par exemple. Si l'on veut bien parler du travail qu'il reste à faire, la manière de tracer le projet sur le territoire, tout cela est le résultat permanent de la concertation et d'une étude continue.

Les critères de choix des fuseaux ne sont-ils pas d'abord économiques ? On passe là où cela coûte le moins cher, en somme...

Ce qui est surtout pris en compte, ce sont les données géographiques, les contraintes naturelles et environnementales. Je ne dis pas que l'on ne tient pas compte des questions économiques, mais cela n'a pas été essentiel. Notre démarche est d'apporter le meilleur profit possible au territoire traversé en réduisant le plus possible les inconvénients et les dommages. Le travail de terrain vise à minimiser ces dommages.

Justement, des élus a priori favorables au projet, et qui le financent, s'y opposent. Vous êtes surpris d'une telle contestation ?

L'opposition des personnes directement touchées n'est pas surprenante. Cette expression n'est pas réservée au Sud-Ouest. Nous nous mettons en situation d'écouter cela. Il existe un droit de réponse à l'inquiétude légitime. Une fois qu'elle est exprimée, nous avons besoin d'entamer un dialogue précis, d'avancer en concertation avec les communes traversées et les riverains.

Alors, pour quelle raison cette opposition d'élus a priori favorables ?

Il semble logique que les élus soient dans cette position parfois contradictoire entre le soutien à un projet et ce qu'il peut apporter à la région, et les inquiétudes des populations. Ce sont des choix qui ne sont pas faciles à porter. Il faut cependant que chacun assume ses responsabilités à un moment ou un autre. Il faut décider si, oui ou non, on souhaite que les territoires du Sud-Ouest soient desservis par le réseau ferroviaire à grande vitesse, que le ferroviaire se développe plus que les autres modes, et servir les grands objectifs de développement durable.

On serait proche de 20 milliards avec des surcoûts. Ce projet ne semble-t-il pas inflationniste ?

L'ensemble des branches du Grand Sud-Ouest a été estimé au départ à 15 milliards d'euros environ. Il ne s'agit pas de réaliser le projet le moins cher possible, mais le meilleur. Pour cela, il faut qu'il soit acceptable, et considéré par les collectivités territoriales comme tel. Nous avons effectivement le devoir d'être attentifs, parce que nous dépensons de l'argent public. Mais nous ne plaçons pas cette considération financière avant toutes les autres. La priorité du moment est d'apporter des services au territoire traversé. C'est cela, pour nous, un bon projet, même si la contrainte économique, naturellement, est aussi prise en compte.

Puisque c'est si cher, cela vaut-il la peine de réaliser une ligne nouvelle ?

La ligne nouvelle apporte d'abord de la vitesse et ensuite de la capacité - c'est-à-dire faire passer davantage de trains. Il existe des endroits où l'on peut augmenter la vitesse sur des lignes existantes. Nous l'avons fait en Bretagne. Mais, souvent, ce n'est pas possible. Pour augmenter la capacité, on peut imaginer d'ajouter une voie de plus sur une ligne déjà en service. Mais ceci est très difficile à réaliser. Il y a énormément d'obstacles à franchir. C'est toutefois une option que l'on peut considérer. Et nous avons à faire le choix, sur l'ensemble du réseau européen, entre l'existant et la ligne nouvelle. Il n'y a pas de réponse évidente.

Vous avez vraiment étudié ce doublement de la ligne existante sur Bordeaux-Espagne ?

Nous l'avons étudié, et nous ne l'avons pas retenu. Elle n'apportait pas les mêmes résultats en termes de vitesse. La vitesse n'est pas une fin en soi, mais si vous voulez prendre un certain nombre de voyageurs à l'aérien et à la route, il faut bien regarder les temps que vous proposez. Et il n'y a pas de doute que, plus vous réduisez les temps, plus vous attirez les voyageurs. C'est un élément du débat. Partout où il y a eu des lignes à grande vitesse, la fréquentation des trains a augmenté. C'est en outre un facteur de croissance économique. Mais la vitesse a un prix, et il faut mettre en balance le coût avec les avantages socio-économiques. C'est cet équilibre qu'il faut démontrer.

Autant d'argent sur la grande vitesse, cela fera-t-il moins d'argent sur le réseau de proximité et les lignes existantes ?

C'est un vrai débat. Il est exact qu'il y a un certain nombre d'années, en France, lorsque l'on a démarré les premières LGV, on a privilégié l'effort sur la grande vitesse et sous-estimé ceux à faire sur le réseau existant. Mais aujourd'hui, à RFF, notre priorité est claire : nous voulons moderniser le réseau existant, le rénover complètement.

Financièrement, il semble difficile de faire les deux ?

Nous ne devrons pas sacrifier la rénovation du réseau existant à l'aménagement de lignes nouvelles. C'est un engagement que nous prenons et quelque chose que nous démontrons, notamment dans la région. Entre Dax et Bayonne, RFF est en train de dépenser 350 millions d'euros sur la ligne actuelle, notamment pour construire le pont sur l'Adour, et ceci sera fait avant la ligne nouvelle.

Si vous mettez autant d'argent dans l'existant, pourquoi, alors, une ligne nouvelle ?

La ligne existante sera essentielle mais ne permettra pas de répondre aux besoins futurs. On retombe sur un élément essentiel du débat, notamment au Pays basque. Évidemment, si vous ne voulez pas développer le transport ferroviaire et augmenter le nombre de trains, il ne faut surtout rien faire. Si l'on croit au contraire qu'il faut davantage de trains pour rééquilibrer les modes de transport, alors, un jour ou l'autre, la ligne existante ne suffira pas. Quand ? En 2020 ou 2025 ? Je n'en sais rien. La seule chose que nous savons est que, si l'on croit au transport ferroviaire et que l'on veut le développer, la ligne actuelle ne suffira pas.

Est-on vraiment certain que cette ligne entre Bordeaux et l'Espagne sera saturée ?

Il y a une centaine de trains qui passent chaque jour sur cette ligne. Il faut se préparer à ce que ce chiffre triple, pour trois raisons. D'abord les liaisons à grande distance vont augmenter. Ensuite, la Région a la volonté de développer les TER. Enfin, pour le fret, 4 % du transport de marchandises qui vient d'Espagne passe aujourd'hui par le train. C'est le plus faible taux de toute la France, et l'objectif du Grenelle est d'être à 25 % de parts de marché. Un jour ou l'autre, un train toutes les trois minutes passera sur la côte. Aujourd'hui, le nombre de trains est considéré comme supportable. Mais les éléments qui nous font dire que cela va croître sont réalistes. Notre devoir est de dire qu'il faut répartir le trafic entre deux lignes. La ligne actuelle rénovée pour faire passer les TER et quelques autres trains. Et une nouvelle ligne pour les TGV et le fret, et des services régionaux à grande vitesse.

Extrait du Sud Ouest - Lundi 08 Février -2010 Auteur : Propos recueillis par Bruno Béziat
b.beziat@sudouest.com

 

Dossier LGV LGV : Actualité :

LGV Priorité : apporter des services

Saint-Justin on Facebook

 

Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire sur cet article

Où en est le projet LGV?

Entre Tours et Bordeaux, il est en phase de réalisation. La ligne devrait ouvrir en 2016 et mettre Bordeaux à 2 heures de Paris. Entre Bordeaux et le Sud, il est en phase d'étude, pour un tronc commun jusqu'au Sud-Gironde à Captieux, puis un partage en deux branches, l'une vers le Pays basque pour se relier à l'Espagne dont la ligne jusqu'à Irun sera terminée en 2016, l'autre vers Toulouse en passant par Agen. Le fuseau de 1 000 mètres a été déterminé. Il sera resseré d'ici à la fin de l'année à un fuseau de 500 mètres. L'enquête d'utilité publique sur ce tracé devrait débuter début 2011. Une fois l'enquête terminée, la déclaration d'utilité publique peut être prise. L'État et les partenaires du projet peuvent alors fixer un calendrier des travaux. L'ouverture de cette ligne à deux branches, vers Toulouse et l'Espagne, est prévue en 2020. Une liaison vers Pau à partir de Dax ou Mont-de-Marsan est également à l'étude.

Si ça vous à échappé.

En Midi-Pyrénées : des communes manifestent contre le tracé de la LGV envisagé.

Une centaine de membres d'associations de communes midi-pyrénéennes riveraines de la future ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse ont manifesté vendredi à Toulouse devant le conseil général contre les projets de tracé de la ligne qui menace, selon eux, leurs villages.

Les manifestants, portant tous un gilet jaune, se sont d'abord réunis à l'appel du collectif "Union pour la sauvegarde des villages" devant le siège de Réseau ferré de France (RFF), dont la façade a été escaladée par deux alpinistes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les petits villages ont aussi droit à la démocratie ! » Ils étaient une centaine hier, devant la préfecture, à braver la pluie pour demander « une concertation digne de ce nom » sur le tracé de la future ligne grande vitesse entre Montauban et Toulouse

Devant le conseil général, ils ont déployé des banderoles demandant que la "LGV (passe) au plus près de l'autoroute", appelant à la "sauvegarde de Castelnau

ou déplorant "Pompignan sacrifié".

Les manifestants contestent particulièrement les trois tracés envisagés entre Montauban et Toulouse, qui traverseraient des villages et obligeraient à détruire certaines habitations, d'ici à la la mise en service prévue en 2020.

"Certaines de nos maisons, classées en zone inondable, sont rachetées pour une bouchée de pain", a affirmé à l'AFP Laurette Monbrun, précisant que d'autres habitants auront la ligne sous leurs fenêtres.

Des élus souhaitent un tracé longeant l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) pour ne pas accumuler les nuisances, mais des divergences existent sur le côté (est ou ouest) à privilégier.

"Il n'y a pas eu de concertation", a déploré Mme Monbrun, et "l'enquête d'utilité publique est prévue pour 2011, quand tout aura déjà été décidé".

Le tracé de la LGV devait être annoncé en janvier, mais conformément aux souhaits de plusieurs collectivités, une nouvelle réunion du comité de pilotage (Copil) se déroulera en mai, le temps pour RFF de mettre à l'étude des tracés proposés par le conseil général du Tarn-et-Garonne et par la communauté d'Agglomération de Montauban.

Un mail pour Saint-JustinEcrire au webmaster

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin © depuis 2007 • Charte de bonne conduite • Mise à jour le 13.02.2010

Saint- Justin - LGV - Priorité : apporter des services