Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et la ligne LGV - Philippe Madrelle signe un protocole d'accord

Le président du Conseil général a accepté de payer mais obtient des équipements de l'État.


Philippe Madrelle.  Ph. S. Lartigue
Philippe Madrelle. Ph. S. Lartigue
Le président du Conseil général de la Gironde, Philippe Madrelle, avait fait du financement de la LGV un élément clé de son conflit avec l'État concernant le transfert de ses compétences. Bien qu'ayant engagé déjà 138 millions d'euros pour le tronçon Tours-Bordeaux, il faisait « mariner » le secrétaire d'État aux Transports, Dominique Bussereau, pour les sommes à attribuer à la LGV Sud Europe Atlantique. D'où le courroux non seulement du gouvernement mais aussi de la mairie de Bordeaux, qui s'impatientait pour son grand projet d'affaires Euratlantique autour de la gare Saint-Jean.

 

Depuis hier soir, ces inquiétudes sont levées. Philippe Madrelle a en effet signé un protocole d'accord avec l'État par lequel il obtient, dit-il, « la prise en considération de ses demandes ». Celles-ci concernaient en effet divers équipements comme les protections phoniques de quartiers riverains de Sainte-Eulalie, Lormont et Cenon, sur la rive droite de la Garonne, mais aussi sur la rive gauche, à Talence, Pessac, Bègles et Villenave-d'Ornon pour la future ligne vers l'Espagne. En outre, le protocole s'engage à la création d'une gare à Captieux ainsi qu'à une dotation de l'État pour la restauration du pont Eiffel à Cubzac-les-Ponts et à un arrêt TGV à Libourne. Par ailleurs, Philippe Madrelle entend solliciter un amortissement de très longue durée (sur cinquante ans) de la participation du Conseil général girondin.

Faut-il voir dans ce protocole d'accord une marche arrière d'un farouche adversaire des transferts de l'État non compensés, puisque ce dossier consistait en une sorte de monnaie d'échange ?

« Double langage » de l'État

« Nous agissons avec pragmatisme, réplique le vice-président, Gilles Savary ; le plus gros bénéficiaire de ce carrefour ferroviaire avec 20 millions de passagers, ce sera Bordeaux. Il était impensable que l'on dise niet. Avec cette décision, nous devenons les plus gros contributeurs du projet Euratlantique, qui ne peut réussir qu'avec la LGV, pour laquelle M. Juppé ne met pas 1 centime. »

Pour autant, le Conseil général reste sur ses positions concernant le projet Euratlantique, qu'il se refuse toujours à financer partiellement. Il n'a pas l'intention d'assouplir sa manière vis-à-vis de l'État. Il vient d'ailleurs de lancer une procédure devant le tribunal administratif pour la non-compensation des transferts de charges liés à la protection de l'enfance.

Gilles Savary a néanmoins conscience qu'en signant ce protocole d'accord « avec Henri Emmanuelli pour les Landes et 58 collectivités territoriales dont l'Ariège et les Communautés de communes de Cahors et de Tarbes », il arrange bien les affaires de l'État et s'expose à des remontrances des alliés communistes, opposés à ce financement de la LGV : « Nous ne sommes pas d'accord non plus avec le double langage de l'État, mais nous agissons au nom de l'intérêt général local », conclut Gilles Savary.

13 avril 2010 06h00 | Par Hervé mathurin

TGV lent ou TER rapide ? LGV : Actualité :

 Philippe Madrelle signe un protocole d'accord

Saint-Justin on Facebook

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire sur cet article

Une gare à Captieux

Avec un arrêt à Libourne, un à Bordeaux, un à Captieux, à Lucbardez (Mont de Marsan), à Tarnos, à Dax etc, le TGV va vite se transformer en TER à basse vitesse.

Si chacun des villages négocie sa gare TGV, il n'y aura bientôt plus aucune raison de prendre la grande vitesse. La gare de Tarnos est un projet, celle de Captieux fait une soudaine apparition dans le paysage girondin.

Il y a fort à parier que d'autres rêves vont ainsi venir troubler ce dossier LGV et que l'horizon de 2020 va vite se trouver bouché.

A suivre

Un mail pour Saint-JustinEcrire au webmaster

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 03.05.2010

Saint- Justin - LGV - Philippe Madrelle signe un protocole d'accord