Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et la ligne LGV - Faudrait-il supprimer les TER ?

La Cour des comptes estime que la gestion des trains par les régions n'est pas assez rationnelle. Les TER seraient-ils trop chers ?

Le ter avant et après la gestion par les régions

Les magistrats de la Cour des comptes se mêlent décidément de tout. Après avoir dénoncé un peu vite les effets pervers de l'assouplissement de la carte scolaire dans les collèges, voilà qu'ils viennent de pondre un rapport de 150 pages dans lequel ils pointent cette fois du doigt la gestion des TER, ou trains express régionaux, par les Régions françaises. Un rapport assez critique, même si le bilan du transfert de compétences de ces trains aux collectivités régionales marque un « progrès incontestable » pour les usagers, selon la Cour.

Des dépenses importantes

Les Régions françaises, y compris Aquitaine, Poitou-Charentes et Midi-Pyrénées, ont effectivement investi lourdement dans la rénovation ou le changement du matériel roulant, ainsi que l'aménagement d'un certain nombre de gares ou voies de chemin de fer (même si cette compétence relève encore de l'État via RFF - lire ci-contre). Rien qu'en Aquitaine, 400 millions d'euros ont été votés au budget 2009 de la Région pour acheter 50 nouveaux matériels roulants.

Cela donne une idée de l'effort budgétaire consenti. Et l'amélioration du service est incontestable depuis plusieurs années.

La Cour des comptes trouve justement que les Régions françaises sont probablement allées un peu loin. Ou plutôt qu'elles ont dépensé beaucoup d'argent sans grande rationalité. Alors que le réseau est encore en mauvais état, coûteux à rénover et à entretenir, les taux d'occupation des TER sur certaines lignes restent très faibles.

Autrement dit, trop peu de voyageurs dans des trains qui nécessitent des dépenses importantes, particulièrement dans les secteurs ruraux. En Aquitaine par exemple, le coût public des TER est de 70 à 75 %.

En d'autres termes, lorsque vous achetez un billet de train, le service rendu est payé aux trois-quarts par le contribuable via la collectivité régionale en tête, mais aussi l'État et la SNCF.

Mieux cibler les efforts

La Cour des comptes suggère une « meilleure rationalisation de l'investissement ». « Elles doivent être plus raisonnables et proportionner leurs efforts au trafic », a ainsi déclaré Philippe Séguin, son premier président, à propos des Régions. L'une des propositions consiste à remplacer le train par des bus sur les lignes où la fréquentation est trop faible, ou du moins de l'expérimenter. Tout comme l'ouverture à la concurrence pourrait être « un facteur d'amélioration de l'exploitation ». Les magistrats ont également déploré l'utilisation de machines diesel sur des lignes TER trop rarement électrifiées (lire ci-contre). Avec un bilan carbone qui serait déplorable.

En réponse à ce rapport, le président de la Région Aquitaine, Alain Rousset, a parlé hier d'une « méconnaissance du dossier de la part des magistrats de la Cour ». « Lorsque les régions ont pris la responsabilité des TER, c'était leur disparition ou la régionalisation. Depuis 2002, nous mettons trois fois ce que l'État met dans ces trains. Le problème vient de là : on nous a transférés un service public en piteux état, et nous avons investi fortement pour rattraper le retard, augmenter la fréquentation de 42 % entre 2002 et 2008. Et aujourd'hui, on nous dit que l'on dépense trop ? »

Lignes en mauvais état

Des dépenses importantes qui sont nécessaires, selon le président de la Région Aquitaine. Il affirme que l'économie du train répond à une logique : « Pour faire revenir les gens dans les TER et les remplir à nouveau, il faut des passages réguliers, des horaires faciles et du matériel confortable. » Et certainement pas, selon lui, des bus de substitution. Dans les régions Aquitaine, Poitou-Charentes et Midi-Pyrénées, l'heure est plutôt à la rénovation et aux investissements massifs dans le train régional plutôt qu'aux réductions des dépenses et fermetures de lignes. On parle aujourd'hui de milliards dans les conventions passées entre ces régions, la SNCF et RFF.

Les choix faits pour l'instant sont inverses à ceux préconisés par la Cour des comptes. Il s'agit plutôt d'une continuation de la politique menée depuis 2002, d'amélioration et de renforcement des lignes TER.

D'autant que l'on est encore loin du compte en termes de qualité. Le récent accident d'Orthez en est l'illustration. Réseau ferré de France (RFF) est obligé de reconnaître que les accidents se multiplient sur cette ligne entre Bayonne et Pau. « La rénovation était prévue pour 2013, il faudra peut-être aller plus vite », admet Bruno de Monvallier, directeur régional de RFF. Mais il rappelle également que les investissements pour rénover les lignes n'ont jamais été aussi importants dans la région. « 300 millions d'euros sont programmés en 2010. De nombreuses lignes étaient effectivement en mauvais état et nous rattrapons le retard accumulé. Nous refaisons Pau-Oloron, Bayonne-Cambo et Dax-Bayonne-Hendaye. D'importants travaux sont également prévus sur Bergerac-Sarlat. Cette ligne a incontestablement besoin d'être rénovée. »

Quant à l'électrification, Bruno de Monvallier rappelle qu'elle coûte 1 million d'euros le kilomètre, et n'est donc peut-être pas nécessaire sur des lignes moins fréquentées.

extrait du sud ouest : Auteur : Bruno Béziat b.beziat@sudouest.com

Dossier LGV LGV : Actualité :

 La ligne LGV Faudrait-il supprimer les TER ?

Les comptes et la vie des hommes

La Cour des comptes est une institution. D'ordinaire, quand ils pointent du doigt des dépenses jugées arbitraires ou somptuaires, ses rapports enchantent le contribuable. Depuis quelque temps, elle est présidée par un homme qui incarne à miracle la fonction : Philippe Séguin. Il faut le voir lors de la cérémonie annuelle, entouré de ses affidés, revêtu, comme un membre de la Confrérie des jabotiers, de son lourd manteau de velours sombre empelissé de blanc. La troupe semble venir d'hors des temps et garantir une indépendance de vues et de fonctions. Or, avant-hier, les conseils qu'elle a donnés ont été pour le moins curieux. Ce ne sont pas les frais de bouche d'un palais parisien qui ont été pointés, ni les absurdités courtelinesques d'une quelconque administration, mais la gestion des trains express régionaux. Et cela, pourquoi ? Car il semblerait que, depuis que les régions s'occupent de ce mode de transport, le bilan en soit mitigé. Et de préconiser d'en rabattre avec les trains des heures creuses pour en revenir aux autobus à moitié pleins. Tout cela afin d'assurer une meilleure rentabilité. Admirable logique.

Mais voilà que ces observations amènent en réponse au moins deux remarques. La première est justement que, dès que les régions se sont mêlées de leurs voies de chemin de fer, le nombre de passagers a progressé de près de 27 %. La grande majorité de la flotte héritée des anciens temps était à ce point vétuste qu'elle devait être remplacée. Une cause ayant plusieurs effets, c'est justement cette modernisation qui a été appréciée. Par ailleurs, dans ce redoutable partage de compétences, l'État a, lui, à charge de s'occuper des rails. Or, par un hasard de circonstance malvenu, on ne peut dire que les dernières nouvelles soient des plus réjouissantes quand on voit un banal train de marchandises chargé de butane se coucher sur une voie à Orthez à cause d'un réseau ferroviaire vétuste. Mais surtout, que signifie rentabilité ? Qui sait à la Cour des comptes à quoi ressemblent des campagnes désertées et l'impossibilité d'accéder à des bourgs et des villes autrefois parfaitement desservis ? En d'autres termes, la froide mise en abyme de chiffres vaudrait-elle davantage qu'une perspective de vies équitablement réparties sur un territoire ? C'est, hélas, ce domaine que les vénérables empelissés n'ont pas vocation à considérer. C'est dommage. Cela a à voir avec l'égalité et la fraternité. Mais ce doit être un autre débat.

Bruno Béziat

Ecrire au webmaster

Envoyer un commentaire sur cet article

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

compteur de visites
Saint-Justin 2007 Charte de bonne conduite Mise jour le 29.11.2009

Saint- Justin - LGV - Faudrait-il supprimer les TER ?