Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et la ligne LGV - Deux gares nouvelles et une à l'étude

On construira des gares à Montauban et à Mont-de-Marsan. Celles de Bayonne et de Dax sont maintenues. Celle d'Agen est mise à l'étude.

Deux nouvelles gares, cliquez pour agrandir

Réuni hier à la préfecture de la Gironde, le comité de pilotage des Grands Projets du Sud-Ouest (GPSO) a décidé de valider quatre propositions dans le cadre de la construction des futures lignes à grande vitesse Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse.

Deux gares nouvelles seront construites à Montauban et à Mont-de-Marsan, tandis que les gares actuelles de Bayonne et de Dax seront utilisées par les liaisons à grande vitesse, grâce à des raccordements spécifiques.

Dionis soulagé

En ce qui concerne la gare d'Agen, le comité a décidé de « poursuivre les études », ce qui correspondait aux volontés du député-maire de la ville, Jean Dionis du Séjour (Nouveau Centre). Ce dernier, interrogé par « Sud Ouest », avait hérité d'une délibération de son prédécesseur Alain Veyret (PS) exigeant que les TGV à destination du chef-lieu de Lot-et- Garonne s'arrêtent dans la gare actuelle. Il avait souhaité avoir tous les éléments chiffrés en main avant de « prendre la décision la plus lourde de sa carrière ».

Hier, il s'est donc estimé soulagé d'une décision qui « préserve l'avenir », car il espère avoir les éléments de comparaison « multicritères » entre les raccordements à la LGV de la gare actuelle et la construction d'une gare nouvelle, en rive gauche de la Garonne. À condition, souligne-t-il, qu'elle soit reliée par une liaison ferrée avec la gare actuelle.

Côte basque

Parmi les décisions les plus attendues figurait aussi la poursuite des études concernant la LGV sur la Côte basque, en tenant compte des remarques faites par Michèle Alliot-Marie avant les vacances. Ainsi, le périmètre de ces études a été précisé entre Saint-Martin-de-Seignanx (40) et la frontière espagnole, pour tenir compte de la possibilité de faire passer la ligne en souterrain au moins à 60 %, selon les voeux des défenseurs de l'environnement local. Cependant, expliquait Christian Maudet, chargé de mission à Réseau ferré de France (RFF), la zone comportant le franchissement de plusieurs vallées et rivières, il n'est pas possible de les enfouir en totalité. Le préfet de région a cependant donné l'assurance que l'étude de la Citec produite par trois communautés de communes de la Côte basque avait bien été prise en compte dans la poursuite des travaux de RFF. Il faudra, a estimé le préfet de région, Dominique Schmitt, que ceux-ci soient suffisamment avancés lors du prochain comité de pilotage des GPSO qui devra se tenir avant le 15 janvier 2010. C'est à l'occasion de celui-ci que le fuseau des 1 000 mètres des LGV Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse, soit 450 kilomètres de voies nouvelles, sera définitivement arrêté. Dominique Schmitt pourra alors lancer la procédure d'enquête publique.

Un vrai challenge

Jean-Marc Delion, directeur général délégué de RFF, qui était venu participer à la réunion, a souligné qu'il s'agissait du « plus grand projet ferroviaire en cours à l'heure actuelle » et que 80 personnes y travaillent déjà : « Un vrai challenge », a-t-il assuré, tandis qu'Alain Rousset insistait pour que l'on continue à y « travailler en temps masqué », c'est-à-dire pendant que les travaux de la section Tours-Bordeaux continuent.

C'est à ce prix que les délais fixés par Dominique Perben en 2007, c'est-à-dire début de l'enquête publique en 2011 et travaux achevés en 2020, pourront être tenus.

Enfin, le comité de pilotage a décidé de réserver la possibilité de faire circuler des trains régionaux à grande vitesse sur ces lignes pour que les liaisons intercités puissent aussi bénéficier de cette possibilité. Pour ce faire, il faudra réserver aussi la possibilité de construire des gares intermédiaires sur ces itinéraires, sans doute à Captieux, près de Tartas et aussi de la côte sud des Landes.

Béarn et Bigorre : quatre variantes

Quatre variantes supplémentaires vont être étudiées pour que le Béarn et la Bigorre soient desservis par le TGV.

Pour ce faire, le comité de pilotage d'hier a décidé de réserver la possibilité de deux embranchements supplémentaires, l'un à l'est de Dax, l'autre au nord-est de Mont-de-Marsan (infographie ci-contre).

La moins chère de ces variantes, au départ de Dax, coûterait pas moins d'un milliard d'euros, si on y ajoute la modernisation de la ligne actuelle jusqu'à Pau. Elle aurait, de plus, l'avantage de préserver la desserte de la ville d'Orthez par la LGV. Une autre variante piquerait directement de Mont-de-Marsan jusqu'à Pau.

La troisième utiliserait l'axe de la voie de fret actuelle qui va jusqu'à Tarbes, tandis que la dernière emprunterait le début de cette ligne de fret, pour suivre ensuite le tracé de l'autoroute A 65 Langon-Pau. Cette dernière variante est mal vue par RFF, qui soutient régulièrement que les caractéristiques des autoroutes (courbures des virages, pentes) ne sont que très rarement compatibles avec des LGV.

Auteur : Jean-Pierre Deroudille
jp.derudille@sudouest.com

 

Dossier LGV LGV : Actualité :

 Deux gares nouvelles LGV

 

texte en cours de réflection, libre à chacun de rédiger un article en rapport avec le sujet ci contre

Ecrire au webmaster

Envoyer un commentaire sur cet article

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

compteur de visites
Saint-Justin 2007 Charte de bonne conduite Mise jour le 26.09.2009

Saint- Justin - LGV - Bordeaux Espagne