Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Dossier LGV

Relèvement de la TVA

Lgv en Béarn

Les nouveaux horaires

La gare TGV de Lucbardez

SNCF Mobilisation générale

Opposants LGV et censure

La SNCF modernise

700 hommes derrière ce puzzle

Tgv déraillement d'un train

Lgv le tracé optimisé

Trois nouvelles gares

Le tracé de la LGV arrêté

LGV : les 4 tracés à la loupe

Horaires de vos trains

F.G.V., faillite à grande vitesse

Un vrai débat démocratique

LGV, Avocat à grande vitesse

Roquefort soulagée

la LGV en vidéo virtuel

LGV Exigences incompatibles

LGV La défense de la fôret

60 Millions de plus

LGV un pas en avant

LGV et Cantonales

Et si on allait en Bearn

On embauche 1300 personnes

Intercommunale sur les rails

Après l'A65, le dossier des LGV

Tarifs SNCF 2,8% en plus

Qui veut gagner des millions

Tgv tacle d'Alain Rousset

LGV des emplois à la pelle

Brouillage sur le ligne

Toujours plus au Nord

89% de OUI à la LGV

Trafic sur le tracé LGV

La bande des 100 mètres

Les anti-LGV à Agen

Permis de construire

Toujours suprenant, nos élus

Décision historique du Conseil régional

Les Anti LGV même le rail

LGV - Du nouveau au Caloy

le bras de fer entre les élus et la SNCF

Borloo prend le train en marche

Alain Rousset croise le fer

Le bassin orthézien oublié ?

Le tracé des 100 mètres d'Uchacq et Geloux

Geloux Détournement du tracé

Ajustements sur le tracé

TGV tout le monde descend

Tant d'inconnues dans le tracé

Protocole d'accord LGV

Le «pari» a du mal à passer

la LGV voté dans les Landes

Interview Hubert de Mesnil

Détails du tracé Landais

Un train dans un jeu de quilles

Le tracé Landais de la LGV décidé

le fuseau de 1.000 mètres

LUCBARDEZ-ET-BARGUES opposants LGV

Militants anti-LGV dans l'hémicycle

Les élus appellent un médiateur

Gérve des contrôleurs

Faut-il supprimer les TER?

Détails Roquefort - Marsan

La bande des 1000 mètres

Des voix contre les voies

Deux gares nouvelles

les grands travaux

Royal parle de racket

la voie Royal

Gaz à tous les étages

Le TGV déraille

Sarkozy s'en mêle

L'acte de foi

Décrt public

Ouverture obligatoire

La LGV combien ?

Décision partie II

Le projet partie I

Mam et la LGV

L comme LEA

L comme Laka L'est

L comme Liberté ou Lionel

Lionel nous écrit

Train d'opposants

Les limites du plan de relance

Retjons, le maire ...

LGV : Qui va payer?

Entre dans l'ére de la LGV

Le massif landais refuse d'être saigné

15.03.08 Création du dossier

Envoyer nous votre avis sur Saint-Justin.eu

retour

Saint Justin et la ligne LGV - LGV Bordeaux-Tours : un wagon d'emplois

Le recrutement pour le chantier de la future ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux démarre.

 

 Rien que pour les travaux d'infrastructure, 1 300 emplois seront créés.  PHOTO archives-PQR
Rien que pour les travaux d'infrastructure, 1 300 emplois seront créés. PHOTO archives-PQR

La ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Tours, c'est pour 2016. Si tout va bien (1). Pour rejoindre Paris depuis la capitale girondine en deux heures et cinq minutes, il faudra construire 302 kilomètres de lignes, 420 ouvrages d'art, 40 kilomètres de raccordement aux voies existantes. Les travaux d'infrastructure doivent commencer en 2012.

L'an prochain, c'est presque demain. Le recrutement des futurs ouvriers du chantier a débuté. La Région Aquitaine lance un plan de bataille pour permettre à ses habitants et surtout à ceux qui vivent à proximité de la future ligne de postuler.

 

Conducteurs d'engins prisés

Concrètement, rien que pour les travaux portant sur les infrastructures, 1 300 postes seront créés sur le chantier en Gironde et dans les régions Poitou-Charentes et Centre. On aura besoin de conducteurs d'engins de terrassement, de coffreurs en génie civil pour la construction des ouvrages tels que les ponts, les viaducs, les tunnels, mais aussi de main-d'œuvre pour assurer l'hébergement, la restauration des personnels ou encore le transport des matières premières.

Difficile de quantifier au total combien d'emplois verront le jour pour ce chantier de quelque 8 milliards d'euros. « Mais un emploi créé, c'est en moyenne trois emplois induits », rappelle Christian Surget, président de la Fédération régionale des travaux publics.

Il était hier aux côtés du président du Conseil régional, Alain Rousset, pour le lancement de l'exposition sur la filière des travaux publics réalisée par l'association régionale pour l'orientation, la formation et l'emploi, Aquitaine Cap Métiers. Son but : mieux faire connaître, avec des ateliers pratiques, cette branche professionnelle, qui ne fait pas vraiment rêver et a pourtant besoin de bras. Elle va se balader dans différents lieux en Gironde, histoire d'informer le plus grand nombre qu'il y a du boulot sur le chantier de la LGV.

Formations prévues

« Cela ne concerne pas seulement les garçons. Les filles peuvent le faire aussi », insiste Catherine Veyssy, vice-présidente en charge de la formation professionnelle. Autre objectif fixé pour ce chantier : permettre une réinsertion professionnelle aux personnes les plus éloignées de l'emploi. Elles peuvent postuler via les missions locales ou le Pôle emploi et bénéficier de formations cette année pour être opérationnelles dès le début du chantier. En Gironde, la Région Aquitaine fi nancera 102 stages pour devenir conducteur d'engin en 2011. Et même davantage si nécessaire, annonce le président du Conseil régional.

« 400 personnes pourront bénéficier de ce dispositif sur le chantier. Notre chance est qu'il dure trois années, ce qui leur donnera une vraie expérience pour ensuite travailler ailleurs », indique Erik Leleu, directeur des ressources humaines du projet de la LGV. Même objectif fixé pour les sous-traitants du chantier. Une convention sera signée en avril entre tous les acteurs du projet pour écrire noir sur blanc ces objectifs.

« Nous avons branché les tuyaux pour fluidifier ce qui ne marche pas bien en France, résume Alain Rousset. C'est-à-dire mettre en réseau chômeurs, entreprises et formations afin que chacun s'y retrouve. »

(1) Voir notre édition d'hier sur le calendrier et le bouclage financier du projet.

Extrait du journal1 mars 2011 07h34 | Par Laurie Bosdecher

Demain le AGV remplacera le TGV LGV : Actualité :

LGV Bordeaux-Tours : un wagon d'emplois

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire sur cet article

Un mail pour Saint-JustinEcrire au webmaster

Pas de signature

Pas de signatureLes 302 kilomètres de ligne nouvelle ne pourront pas être réalisés avant 2017. Car le top départ n'a toujours pas été donné pour cet énorme chantier entre Tours et Bordeaux, le contrat de concession entre l'État et Liséa n'étant pas signé. Pour ce faire, il faut avant tout s'entendre sur le financement public du projet (1,6 milliard d'euros apportés par les collectivités locales sur 7,4 milliards). Or, la Région Poitou-Charentes négocie âprement sa contribution.

7 mars 2011 07h12 | Par JEAN-DENIS RENARD

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 08.03.2011

Saint- Justin - LGV - LGV Bordeaux-Tours : un wagon d'emplois