Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Idées tourisme à St-Justin

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Actualités diverses

le Marsan à l'horizon 2030

La zone euro

Sortir de l'euro

Replanter de d'avoine

Les maires en panne

Notre compétence première

l'inflation + 2,1%

Qui va payer ?

Victoire pour Ikea

C'est l'Atlantide sud. . .

Non à Atlantisud

Peur sur la ville

Les projets Atlantisud, Ikea

les Mirages F1 rentrent de Libye

Portrait Valérie Cohou

Démographie en aquitaine

Bascule vers la TNT

Saint-Luc le grand truc

Mort à Saint-Justin

Les mariages forcés

Moules frites

Taxés plus pour payer plus

Optimiste pour les Landes

la route de la transhumance

Coup de gueule du 11 septembre

La révolte des abeilles

Les palombières en effervecences

Piqures de guêpe, frelons, abeille

Un nid de frelons asiatiques

Nouveaux arrêtés préfectoraux

Une vie après la mort

le canard se cuisine

Prison pour Jean-Marc Boine

30% d'avions en plus

Malaise et suicide à ONF

les fêtes de Douzvielle

Mourrir pour la forêt des Landes

Nettoyer la fôret

Gaz plus 20% en un an

Les gentils et les méchants

Supermarché menacé

Plus de radars mobiles

Cassé par le conseil d'état

Un corps dans la Douze

Justice sociale

Covoiturage

Caprice du ciel

Un primtemps trés sec

Supermarché recalé

Le Grand Moun

Accident de poids lourd

La fable du gaz et du ..

Le nématode menace la forêt

Passage à la TNT

Mystère de l'empoisonneur

Les anciennes du Gabardan

Elections cantonales

Menace sur le stade Montois

Accident de poids lourd

L'incapacité est un scandale

Intercommunale sur les rails

Entente sur les prix

Ramassage scolaire

Résilier Orange

Téléphone Orange

Un supermarché de trop

Contribution économique territoriale

Tractations sous la table

PLU & Supermarché

PLUIE de recours

Le loto de pôle emploi

On extermine les chats

1500 euros pour Klaus

Peur à Saint-Justin

Nouveaux radars automatiques

Pas de pénurie Landaise

La fôret Landaise

La guerre des chiffres

Stations fermées

Pénurie de carburant

Réforme des retraites

Stop, sens interdit

Visite de la ferme"

Deux supermarchés !!

500.000 Euros pour la salle

scolytes La double peine

Incendie dans les landes, 167ha

Feu vert pour hypermarché

Méchoui de sanglier

Risque d'incendies

Electricité 4% d'augmentation

Augemntation substancielle de

la Taxe d'habitation

la FERIA de Douzvielle

scolytes Le fléau

Hypermarché, les travaux ont c..

La maquette du Cora

Inquiètude dans le bourg

Storim VS Leclerc

Nouveau commerce

budgets municipaux à revoter

Budgets insincères

Le programme de la foire

Deux Maisons Médicales

Y a t'il diffamation ?

Un pavé dans la vitrine

Alerte météo 30 Mars

Au bonheur des dames

Budget "prudent et raisonné"

Tous les résultats second tour

Régionales 2010 second tour

Régionales 2010 1er tour

Saint-Justin au féminin

Un an et toutes ses dents

Esprit du service public

Danger de mort

Organisateurs de loto poursuivis

Agression à Saint-Justin

Distributeur de billets

L'état de la voirie

Trottoir et mâchoire brisée

Le conducteur décède

Taxes locales à la hausse

Taxe professionnelle

Défibrilateur c'est quoi ?

La Poste devient une S.A.

La Bastide d'Armagnac

Pharmacies dans le rouges

Journée TER découverte

Marché Nocturne

La guerre de 100 ans

Vide greniers

Les CHEMINART Font étape

Le club de l'Âge d'or redémarre

Roquefort

Gaz à tous les étages

Gabaret

Les élus votent 14 non 1 oui

Marché de producteurs

Le marché du dimanche

La Maison de la santé est ouverte

Saint Justin et le Touriste : Des siècles de distillation

La distillation existe depuis plus de 3 000 ans. En Gascogne, elle est toujours aussi magique.

 

L'alambic a été importé en France par les Arabes.  photo archives ph. b.
L'alambic a été importé en France par les Arabes. photo archives ph. b.

L'automne, période de la distillation, voit les alambics s'allumer un peu partout en Gascogne. Mais tous ceux qui surveillent la coulée de la « blanche » auprès de la grande bouilloire de cuivre connaissent-ils son histoire ?

La distillation, qui provient du latin « stilla » (goutte, ce qui donne « distillare », tomber goutte à goutte), est connue depuis les Mésopotamiens (- 3500 avant J.-C.). À l'époque, on employait un vase en argile, posé sur le feu, au-dessus duquel étaient disposées des traverses de bois recouvertes de laine, dans laquelle les vapeurs venaient se condenser. Il suffisait d'essorer le tissu pour recueillir le distillat, qui contenait les essences, « l'esprit » de la matière. Après diverses transformations en Asie et au Moyen-Orient, l'alambic, qui vient du grec ambix (vase) et de l'arabe al-anbiq, a été mis au point en Espagne vers le Xe siècle, par le médecin Abulcasis. Il assembla la chaudière (ou cucurbite, à cause de sa forme rappelant un potiron), le col de cygne pour recueillir les vapeurs au-dessus, puis le ballon dans lequel ces dernières se condensent.

 

Les alchimistes

À cette époque, on ne distillait pas encore de vin, seulement des solutions d'herbes ou de végétaux pour produire parfums, eau de rose, huiles essentielles. Ce sont les apothicaires, puis les pharmaciens qui créèrent les premières aygues ardentes ou eaux-de-vie, utilisées alors plutôt comme des médicaments.

Développé par les alchimistes au Moyen Âge, qui utilisaient des linges mouillés pour condenser les vapeurs dans le chapiteau, l'alambic fut ensuite perfectionné par les chimistes, au XIIIe siècle. Apparaît ensuite, avec les inventions des industriels (XVIe-XVIIe siècles), le serpentin, qui baigné dans un cylindre rempli d'eau (à renouveler) permet de refroidir les vapeurs.

Vapeurs en ébullition

Le progrès décisif est dû, aux abords du XIXe siècle, à la découverte du fait que les vapeurs elles-mêmes pouvaient porter le liquide à ébullition.

Après plusieurs essais industriels, c'est à Montpellier que l'on innove en inventant le chauffe-vin, c'est-à-dire la cuve réfrigérante, remplie de vin pour refroidir les vapeurs. Pendant que celles-ci se condensent au fur et à mesure qu'elles descendent dans le serpentin, le vin, dans lequel il est plongé, monte en température.

Au château de Bonas

Il ne manque alors plus que l'apparition des plateaux dans la colonne de distillation (à gauche), où les vapeurs montantes chauffent le vin qui descend vers le foyer. Déposée à Montpellier (encore) par Édouard Adam en 1801, cette technique arrive alors en Armagnac par Antoine de Melet, propriétaire du château de Bonas (Gers), qui l'installe dans sa distillerie moderne.

La blanche d'ArmagnacFleurs et fruits

C'est le procédé qui, permettant aux vapeurs d'alcool de « barboter » dans le vin pour emporter avec elles les arômes de fleur et de fruit, donne tous ses parfums à la « blanche ». En 1818, Jacques Tuillier, poêlier à Auch, dépose le brevet du premier modèle connu d'alambic armagnacais. Tout au long des XIXe et XXe siècles , il sera ensuite perfectionné par les artisans Sier (Estang, Gers), Orthès (Agen), puis la Sofac à Condom. Depuis 1972, l'alambic charentais à double chauffe (premier brouillis à 28-30 % d'alcool, distillé une deuxième fois pour le porter à 70 %), est également autorisé, mais il ne concerne que 5 % de la production.

Extrait du Journal le Sud Ouest 8 novembre 2010 06h00 | Par Jean-Louis Hugon

 

Musée vivant 450 espèces de plantes carnivores dans le Gers Tourisme :

Des siècles de distillation

Saint-Justin on Facebook

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Votre commentaire ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 17.11.2010

Tourisme à Saint-Justin -  Des siècles de distillation