Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : La jachère de Storim replantée d'avoine

Hier matin, les Jeunes agriculteurs ont mené une opération symbolique contre la raréfaction des terres agricoles.

 

 Les Jeunes agriculteurs ne se disent pas opposés au projet de zone commerciale. Ils souhaitent en revanche dénoncer le gaspillage de terres agricoles.  photo Anaïs Lalanne  || LALANNE ANAIS
«Les Jeunes agriculteurs ne se disent pas opposés au projet de zone commerciale. Ils souhaitent en revanche dénoncer le gaspillage de terres agricoles. photo Anaïs Lalanne
( LALANNE ANAIS) »

Les nombreux automobilistes qui empruntent la 2x2 voies entre Mont-de-Marsan et Saint-Sever n'ont pas pu les rater.

Hier matin, les Jeunes agriculteurs des Landes ont mené une symbolique opération de replantation d'avoine sur le terrain qui devait accueillir la zone commerciale portée par la société Storim et les hypermarchés Cora.

 

Ce terrain de 33 hectares, propriété de la commune de Haut-Mauco, est en jachère depuis 2009. « C'était une terre agricole irriguée et ça n'est plus rien », déplore Pascal Lafenêtre, président des JA 40.

Le projet « va se relancer »

Lire, voir la suite Le maire de Haut-Mauco l'assure. «Le projet de zone commerciale est en train de se relancer ...   Lire, voir la suiteen savoir plus ...

L'action est nationale et le slogan aussi - « Construire ou manger : il faut choisir ! » - mais selon les promoteurs, l'exemple de Haut-Mauco est typique.

« Une collectivité s'est portée acquéreuse de terres agricoles qu'elle n'utilise pas. » Selon Pascal Lafenêtre pourtant, la situation n'a rien de rédhibitoire.

Bail précaire possible

Il cite l'exemple de la commune de Bascons qui l'an dernier a fait planter du fourrage sur une parcelle destinée à accueillir un lotissement. Du fourrage qui a ensuite été offert aux agriculteurs de Charente-Maritime sinistrés par la tempête Xynthia. « Ici aussi cet été, on aurait pu faire du fourrage. Les agriculteurs des départements touchés par la sécheresse auraient été contents qu'on leur en fasse don. »

Nicolas Gemain, secrétaire général du syndicat, met en avant la possibilité d'un bail précaire. « La Safer est là pour faciliter ce type de projet. À travers elle, la terre peut être mise à disposition d'un agriculteur le temps où elle serait restée en friche. »

Parmi la vingtaine d'agriculteurs présents pour l'opération figure Pierre-Hadrien Cieutat. Il habite Haut-Mauco et cherche des terres. « Ce n'est pas normal de voir ces terres inutilisées sans savoir ce qu'elles vont devenir. » Lui, il planterait bien du maïs ou du blé.

Interpeller la commune

Conscients que leur action pourrait être mal interprétée, les Jeunes agriculteurs font savoir qu'ils ne sont pas contre le projet commercial de Haut-Mauco. « Des projets comme ça, il en faut », estiment-ils. « Ce n'est ça qui nous fait râler, c'est le gaspillage. »

Surtout dans les Landes où la disponibilité en foncier agricole est faible. « Comme c'est rare, c'est cher. Ce qui rend problématique l'installation d'un jeune. »

Le but, poursuivent-ils, c'est d'interpeller la commune. Commune qu'ils n'ont pas sollicitée par ailleurs. « On veut aussi créer un réflexe systématique chez les collectivités. »

À l'appui de leur raisonnement, les JA mettent en avant quelques chiffres. « La France perd, chaque seconde, 26 m² de surface agricole, ce qui représente l'équivalent de 60 baguettes de pains. »

Additionnées, ces mètres carrés perdus chaque seconde font 231 hectares perdus en une journée. « C'est l'équivalent de quatre exploitations landaises. »

Pierre-Noël Ithurralde regrette

Lire, voir la suite Le maire de Haut-Mauco n'a guère apprécié l'opération des Jeunes agriculteurs sur sa commune ...   Lire, voir la suiteen savoir plus ...

agence immobilière voir en mairie
Extrait du Journal le Sud OuestJeudi 17 novembre 2011 Par Jean-François Renaut

 

Actualité  :

La jachère de Storim replantée d'avoine

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Proverbe russe

Ce cheval ne vaut pas l'avoine qu'on lui donne

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 07.12.2011

Saint- Justin -  La jachère de Storim replantée d'avoine