Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Covoiturage : difficile d'embrayer

De plus en plus d'usagers sont séduits par le concept, mais ils ont souvent du mal à concrétiser. Le Conseil général a créé en 2008 un site Internet pour inciter au covoiturage. Aujourd'hui il compte 3 850 inscrits..

 

Cliquez pour agrandir
Si les usagers soulignent tous les avantages matériels et humains du covoiturage, reste à trouver effectivement les bonnes personnes... sur le bon trajet. photo archives « sud ouest »

Le rendez-vous était donné place de la Madeleine à 18 h 30. Après une demi-heure d'attente, pas mal d'inquiétude et quelques coups de fil, un coupé blanc s'arrête sur le bas-côté, allumant ses warnings . La conductrice, une quarantaine d'années, des lunettes de soleil et la mine enjouée, sort du véhicule et fait quelques signes de la main. Le trajet depuis Mont-de-Marsan jusqu'à Bordeaux dure un peu plus d'une heure trente, bercé par le charme de la forêt des Landes. Boulot, vie montoise, expériences de covoitureurs, la conversation se lie facilement. À l'arrivée, un peu de monnaie laissée sur le tableau de bord et un grand sourire qui accompagne le merci.

Voilà quelle peut être une première expérience de covoiturage. Celle-ci se passe sur un trajet régional, prévu pour le week-end. Mais dans les Landes, les usagers profitent de ce système surtout pour leurs déplacements au travail.

Valérie va de Dax à Mont-de-Marsan tous les jours de la semaine. Inscrite depuis un an et demi sur un site de covoiturage, elle n'a réellement connu q'une seule expérience de covoiturage. « Ça a duré deux mois, durant l'été 2010. Une jeune fille travaillait à Dax comme moi.

 

Mais après, elle a trouvé du boulot à Mont-de-Marsan », témoigne cette conseillère à l'emploi de 42 ans. Des usagers intéressés par le covoiturage, il en existe beaucoup. Mais rares sont ceux pour qui ça fonctionnent réellement. En cause, les horaires de chacun, souvent difficile à faire coïncider. « J'ai pas mal de contacts grâce aux sites. Mais souvent, ça n'aboutit pas. J'ai trois enfants en bas âge et je tiens à mes horaires », reconnaît Lionel, fonctionnaire pour le Trésor public.

Entre collègues

La plupart des covoiturages se conclue finalement avec des collègues de travail. Françoise s'est inscrite sur un site d'annonces de covoiturage il y a de cela une semaine, en raison de la hausse du prix du carburant. Suite à sa démarche, elle a reçu une liste de personnes à contacter. Mais avant d'emménager dans la région, elle n'était passée que par des connaissances professionnelles. « C'est plus facile. On connaît les gens, on a les mêmes horaires ou du moins proches, et on va au même endroit », témoigne-t-elle.

Si le covoiturage est surtout motivé par des aspects financiers, il est rarement synonyme d'argent. Les usagers adoptent le roulement entre voitures et conducteurs. « Ça évite l'usure du véhicule. Et puis on partage la route et ça permet de ne pas prendre tout le temps le volant », explique Lionel.

Lydie, elle, a pratiqué le covoiturage pendant des années. Vivant à Dax et travaillant à Mont-de-Marsan, ce dispositif a été un avantage pendant près d'un an. Mais ensuite, la situation a changé. Ses amies ont été mutées ou ont déménagé.

En mars 2009, le Conseil général a mis en place l'Express, une navette déclinée sur plusieurs lignes, reliant différentes villes du département. « L'avantage, c'est que les chauffeurs sont des professionnels. On a le sentiment d'être davantage en sécurité dans le bus. Et les prix sont avantageux, surtout avec l'augmentation du prix du gazole. » Un dispositif complémentaire au covoiturage, mais qui pourrait vite devenir un sérieux concurrent de cette pratique en pleine expansion.

Un site juste pour les Landais

 

Lire, voir la suite « Un service que chacun s'approprie ». C'est ainsi que Valérie Clavé définit le site d'annonces de covoiturage qu'elle ...   Lire, voir la suiteen savoir plus ...

.A quand une aire de covoiturage à Saint-Justin ?

Extrait du Journal le Sud Ouest28 avril 2011 06h00 | M. G. Par Marion Garreau

 

Actualité  :

Covoiturage : difficile d'embrayer

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

 

Internet, l'outil du covoiturage

Si la prise de contact se fait le plus souvent par téléphone, le premier pas vers le covoiturage passe souvent par Internet. Voici les adresses des principaux sites pour ceux qui voudraient tenter l'expérience.

Sites consacrés aux landes :
Covoituragelandes.orgwww.covoituragelandes.org
www.covoiturage.francebleu.com/covoiturage-departements-france-landes-40

Quelques sites nationaux :
www.covoiturage.fr
www.easycovoiturage.com
www.123envoiture.com
www.envoiture.fr
www.tribu-covoiturage.com

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 16.05.2011

Saint- Justin -  Covoiturage : difficile d'embrayer