Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Un printemps très sec

Les pluies d'hiver abondantes ont rempli les réserves, mais depuis le mois de janvier, les prairies souffrent. La végétation a trois semaines d'avance, ce qui nuit fortement à la qualité et à la repousse de l'herbe, entraînant des difficultés chez les éleveurs. Ilustration ITURRIA

 

La végétation a trois semaines d'avance, ce qui nuit fortement à la qualité et à la repousse de l'herbe, entraînant des difficultés chez les éleveurs. illustration Iturria
Dessin Iturria

Les températures de ce mois d'avril 2011 ont été les plus chaudes qu'a connues notre région depuis 50 ans. Alors que la température maximale journalière dépasse en moyenne à peine les 17 degrés, on a frisé les 23 de moyenne. D'où cette impression de sécheresse, renforcée par le manque de précipitations vécu depuis le début de l'année.

 

Mais plutôt que de se fier à son impression, mieux vaut des chiffres, solides. Et là, la situation est beaucoup moins grave que redoutée pour les agriculteurs landais. « En novembre et décembre, nous avons eu des précipitations nettement supérieures aux moyennes habituelles, rapporte Bernard Grihon, conseiller spécialisé sur la gestion de l'eau à la Chambre d'agriculture des Landes. Jusqu'à 200-250 % de plus que d'habitude (des chiffres que Météo France confirme pour novembre, NDLR). Ce qui fait que les lacs et les retenues collinaires qui réalimentent les rivières du bassin de l'Adour sont remplis à 99 %. L'évaporation d'ici à l'été n'étant pas significative, il n'y a donc pas d'inquiétude pour le maïs en juillet et août.»

La végétation est en avance

Par contre, et les particuliers qui tondent leurs pelouses l'ont remarqué, le problème vient surtout de la pousse actuelle de l'herbe. De janvier à fin avril 2011, le déficit de pluviométrie par rapport à la moyenne est de 55 %, avec des pointes à 70, voire 80 % en février-mars. Ce qui pose de gros problèmes actuellement aux éleveurs. « La végétation a trois à quatre semaines d'avance, constate Olivier Léglise, éleveur de bovins viande à Monségur. Les foins ont épié très tôt, ce qui leur donne une qualité inférieure. Mais surtout, à cause du manque d'eau, l'herbe ne repousse pas bien. Et ce n'est pas en été, même s'il pleut, que je pourrai me rattraper. Les foins, c'est au printemps qu'on les fait. Je compte sur une récolte de 20 à 40 % inférieure à la normale, et ce qui m'inquiète, c'est que je vais devoir entamer mes réserves de maïs ensilage bien plus tôt que d'habitude. Alors que cette période, dite estivale, commence normalement à la fin juin, l'été pourrait bien débuter dès le 15 mai cette année. » C'est pour cette raison que les éleveurs comme M. Léglise ont demandé à l'État de pouvoir disposer cette année de l'herbe qui pousse sur les jachères.

La suite sera liée au temps qu'il fera en mai et juin, où d'habitude il pleut pas mal, pour assurer la pousse du maïs, mais après sa levée seulement. Mais il n'y a pas de problème actuellement, car les céréales d'hiver, très affectées dans d'autres régions de France, couvrent très peu de surfaces dans les Landes.

À noter que le niveau des nappes phréatiques n'est pas non plus inquiétant, pour l'instant. Le service hydrogéologie du Conseil général (www.landes.org) indique que toutes nappes confondues, les niveaux de janvier dernier étaient au-dessus des moyennes des 20 dernières années. Depuis, certaines sont passées légèrement en-dessous, mais globalement la situation s'est améliorée par rapport aux niveaux moyens d'il y a quelques années.

restriction d'eau, eau potable ou non potable, les agriculteurs arrosent en cachette la nuit
Extrait du Journal le Sud Ouest7 mai 2011 06h00 | Par Jean-Louis Hugon

 

Actualité  :

Un printemps très sec

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

 

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 09.05.2011

Saint- Justin -  Un printemps très sec