Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Idées tourisme à St-Justin

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Actualités diverses

le Marsan à l'horizon 2030

La zone euro

Sortir de l'euro

Replanter de d'avoine

Les maires en panne

Notre compétence première

l'inflation + 2,1%

Qui va payer ?

Victoire pour Ikea

C'est l'Atlantide sud. . .

Non à Atlantisud

Peur sur la ville

Les projets Atlantisud, Ikea

les Mirages F1 rentrent de Libye

Portrait Valérie Cohou

Démographie en aquitaine

Bascule vers la TNT

Saint-Luc le grand truc

Mort à Saint-Justin

Les mariages forcés

Moules frites

Taxés plus pour payer plus

Optimiste pour les Landes

la route de la transhumance

Coup de gueule du 11 septembre

La révolte des abeilles

Les palombières en effervecences

Piqures de guêpe, frelons, abeille

Un nid de frelons asiatiques

Nouveaux arrêtés préfectoraux

Une vie après la mort

le canard se cuisine

Prison pour Jean-Marc Boine

30% d'avions en plus

Malaise et suicide à ONF

les fêtes de Douzvielle

Mourrir pour la forêt des Landes

Nettoyer la fôret

Gaz plus 20% en un an

Les gentils et les méchants

Supermarché menacé

Plus de radars mobiles

Cassé par le conseil d'état

Un corps dans la Douze

Justice sociale

Covoiturage

Caprice du ciel

Un primtemps trés sec

Supermarché recalé

Le Grand Moun

Accident de poids lourd

La fable du gaz et du ..

Le nématode menace la forêt

Passage à la TNT

Mystère de l'empoisonneur

Les anciennes du Gabardan

Elections cantonales

Menace sur le stade Montois

Accident de poids lourd

L'incapacité est un scandale

Intercommunale sur les rails

Entente sur les prix

Ramassage scolaire

Résilier Orange

Téléphone Orange

Un supermarché de trop

Contribution économique territoriale

Tractations sous la table

PLU & Supermarché

PLUIE de recours

Le loto de pôle emploi

On extermine les chats

1500 euros pour Klaus

Peur à Saint-Justin

Nouveaux radars automatiques

Pas de pénurie Landaise

La fôret Landaise

La guerre des chiffres

Stations fermées

Pénurie de carburant

Réforme des retraites

Stop, sens interdit

Visite de la ferme"

Deux supermarchés !!

500.000 Euros pour la salle

scolytes La double peine

Incendie dans les landes, 167ha

Feu vert pour hypermarché

Méchoui de sanglier

Risque d'incendies

Electricité 4% d'augmentation

Augemntation substancielle de

la Taxe d'habitation

la FERIA de Douzvielle

scolytes Le fléau

Hypermarché, les travaux ont c..

La maquette du Cora

Inquiètude dans le bourg

Storim VS Leclerc

Nouveau commerce

budgets municipaux à revoter

Budgets insincères

Le programme de la foire

Deux Maisons Médicales

Y a t'il diffamation ?

Un pavé dans la vitrine

Alerte météo 30 Mars

Au bonheur des dames

Budget "prudent et raisonné"

Tous les résultats second tour

Régionales 2010 second tour

Régionales 2010 1er tour

Saint-Justin au féminin

Un an et toutes ses dents

Esprit du service public

Danger de mort

Organisateurs de loto poursuivis

Agression à Saint-Justin

Distributeur de billets

L'état de la voirie

Trottoir et mâchoire brisée

Le conducteur décède

Taxes locales à la hausse

Taxe professionnelle

Défibrilateur c'est quoi ?

La Poste devient une S.A.

La Bastide d'Armagnac

Pharmacies dans le rouges

Journée TER découverte

Marché Nocturne

La guerre de 100 ans

Vide greniers

Les CHEMINART Font étape

Le club de l'Âge d'or redémarre

Roquefort

Gaz à tous les étages

Gabaret

Les élus votent 14 non 1 oui

Marché de producteurs

Le marché du dimanche

La Maison de la santé est ouverte

Saint Justin et le Touriste : Chez Mamy, la poule au pot vous prend aux tripes

Situé sur la route départementale 933, le restaurant Chez Mamy est un refuge pour les routiers et beaucoup d'autres. Un véritable havre de paix où l'on déguste des plats traditionnels.

 

Depuis 41 ans, Giselle œuvre derrière les fourneaux de Chez Mamy. Pour le plus grand bonheur des routiers et des habitués. Photos Nicolas Le Lièvre
Depuis 41 ans, Giselle œuvre derrière les fourneaux de Chez Mamy. Pour le plus grand bonheur des routiers et des habitués. Photos Nicolas Le Lièvre

C'est le genre d'odeur qu'on n'oublie pas. Un mélange indéfinissable de saveurs qui nous ramène quelques années en arrière, quand on allait déjeuner le dimanche chez les grands-parents, tout excité.

Quand on entre Chez Mamy, tout est réuni pour que l'on s'y croie vraiment. D'abord, l'ambiance chaleureuse dès que l'on pousse la porte du restaurant. Puis, la décoration, tellement propre aux maisons habitées depuis de nombreuses années. Enfin, le sourire de Giselle. Une expression si douce et sereine, qui nous rappelle la tranquillité que l'on avait, une fois auprès de nos grands-mères.

41 ans qu'elle passe ses journées à éplucher, dépecer, couper, bouillir ses légumes et ses viandes, mais pas une pointe de lassitude ne transparaît chez la « mamma », quand elle prépare sa poule au pot. Un tablier autour du cou, il est difficile de la suivre tant elle a pris le coup de main pour farcir sa poule.

 

Il faut dire que depuis qu'elle est en cuisine, elle prépare ce plat typique au moins une fois par semaine. Très souvent le dimanche, quand les habitués - qui sont nombreux - viennent prendre quelques heures de bon temps. « Certains viennent même de Bordeaux et vérifient que je prépare bien de la poule au pot », raconte-t-elle.

La poule au pot

La farce se place dans le coffre de la poule mais aussi entre la peau et la chair Il faut avoir plusieurs cordes à son arc pour bien cuisiner une poule au pot.
Lire, voir la suite en savoir plus ...

À côté de la gigantesque casserole posée sur le feu, d'autres marmites, remplies, elles, de tête de veau et de sauce au vin. Des plats qui mijotent longuement, eux aussi, chaque semaine. « Je ne démords pas de cette cuisine. Je suis une femme ancienne, je fais du traditionnel ! », rit Giselle, toujours énergique.

« Brochettes d'oiseaux »

Seule en cuisine, elle est néanmoins bien entourée. « Mon gendre s'occupe du potager, ma fille du service et Arlette de la vaisselle. » Cette dernière, employée de- puis 25 ans, Giselle la considère « comme sa fille ».

Car Chez Mamy, c'est bien d'une histoire de famille qu'il s'agit. C'est d'abord sa maman, celle que l'on appelait « Mamy », qui a débuté dans les cuisines du restaurant. Un endroit que la lignée connaissait déjà bien, avant même de l'acheter. « Quand j'étais petite, on y allait pour manger des brochettes d'oiseaux, j'adorais ça », raconte-t-elle, les yeux pétillants. Un beau jour, l'ancienne propriétaire propose à ses clients de reprendre l'établissement. Ils n'hésitent pas une seule seconde. « Ça s'est fait très rapidement. On a acheté le restaurant le jeudi. Le vendredi, on était déjà en cuisine ! »

« On ne sort pas avec la faim »

Depuis, Giselle se lève vers 5 heures tous les matins. Parce que ses plats demandent du temps mais aussi parce que ses clients ne sont pas tout à fait comme les autres. Situé sur la départementale 933, son restaurant est le refuge de nombreux routiers, pour qui Chez Mamy est un péage incontournable qu'ils payent de bon cœur. À longs voyages, grosses faims, et Giselle l'entend bien de ce ton. Pour 12 euros, elle leur sert un potage, une assiette de charcuterie accompagnée de crudités, un plat (poule au pot par exemple), suivi d'un rôti servi avec ses accompagnements et quelques crêpes maison. Rien que ça. « En principe, on ne sort pas avec la faim », raconte la restauratrice. Dans la salle d'une trentaine de couverts, un écriteau sur lequel est inscrit, en patois : « Entrez ici. La maison est bonne. Vous aurez ici le pain, le vin et le verre ». Et tant d'autres choses.

Combien d'heures par jour passe Gisèle en cuisine ? « Je ne sais pas ! Quand on aime, on ne compte pas », plaisante la cuisinière, du haut de son mètre 50. La fatigue ? Elle ne la ressent pas. La sieste ? Elle ne connaît pas. En attendant, elle touche du bois. Nous aussi.

. Que faire à saint-justin. Tourisme à Saint-justin.
Extrait du Journal le Sud Ouestpar Virginie Ramel

Vivre comme un berger le temps d'une journée Tourisme :

Chez Mamy, la poule au pot vous prend aux tripes

 

Votre commentaire ici Votre commentaire ici

Votre commentaire ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Un plat, une histoire (6/7)

Tout au long de l'été, « Sud Ouest » passe en cuisine et réveille vos papilles autour de la gastronomie landaise, véritable pan du patrimoine

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 17.08.2011

Tourisme à Saint-Justin -  Chez Mamy, la poule au pot vous prend aux tripes