Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Une vie après la mort

Même s'ils sont morts depuis des années, les deux châtaigniers impressionnent encore.

 

À quelques kilomètres de Roquefort, sur la commune de Saint-Justin, ces châtaigniers morts continuent d'intriguer les passants.  Photos Virginie Ramel
À quelques kilomètres de Roquefort, sur la commune de Saint-Justin, ces châtaigniers morts continuent d'intriguer les passants. Photos Virginie Ramel

Isolés dans le champ, en face de l'église de Douzevielle, ces deux châtaigniers jumeaux sont impressionnants dans leur dénuement tragique. Ils paraissent soudés au sol, ces deux troncs noirs perdus au milieu de la verdure. Aux alentours, pas grand-chose, si ce n'est une forêt de chênes, à plusieurs centaines de mètres. Autour d'eux, le silence. Presque vingt ans qu'ils ont trépassé mais ils restent debout, comme pour ne pas tomber dans l'oubli.

Leur tronc colossal - 5 mètres de circonférence pour l'un, 6 pour l'autre - a été assez solide pour résister aux caprices de la météo. Eux qui étaient si sensibles aux fluctuations du temps de leur vivant. Les deux châtaigniers ont fait face aux dernières tempêtes sans bouger d'un iota. Leurs branches, presque carbonisées, attestent des nombreuses années à brûler sous le soleil. Les ombres chinoises qu'elles dessinent, grimaçantes, presque effrayantes, semblent implorer le ciel, refusant de disparaître.

 

« Morts il y a 10 ou 15 ans »

Ceux qui furent des géants ont encore belle allure. Selon les habitants du quartier, les deux arbres auraient près de 200 ans.

église de douzevielleAvec la petite chapelle romane de Douzevielle, construite au XIIe siècle, les châtaigniers sont les plus anciens témoins de l'histoire du hameau.

Roger est né dans ce quartier ouest de Saint-Justin, il y a 72 ans. Il se rappelle encore la verdure de ces arbres. « Ils étaient quatre avant. Ils sont tous morts et deux sont tombés. Ils étaient tellement vieux… » Aucune trace du dernier, mais le tronc du troisième est encore là, gisant au pied des deux colosses. Comme s'il avait compris à l'avance qu'il ne tiendrait pas le choc, le châtaignier est tombé quelques jours seulement avant la tempête de 1999, qui a touché de plein fouet la végétation des Landes.

« Je crois que les arbres sont morts il y a 10 ou 15 ans. Mais c'est arrivé petit à petit », témoigne le riverain. De quoi sont-ils morts ? Il n'est pas vraiment sûr, mais certainement du dépérissement, première cause mortelle des châtaigniers, souvent accéléré par le facteur climatique. Les castanea, de leur nom grec, sont en effet extrêmement sensibles et supportent mal les températures extrêmes. S'ils ont besoin d'un climat doux et ensoleillé l'été, il leur faut de l'humidité à l'automne et pas trop de froid l'hiver. D'autres châtaigniers meurent plus rapidement, quand ils sont atteints des maladies du chancre et de l'encre, deux affections graves et incurables.

L'arbre des pauvres

Aujourd'hui, les deux châtaigniers de Douzevielle sont devenus le terrain de chasse privilégié des petits lézards gris. Par leur allure pour le moins insolite, ils attirent très souvent l'œil curieux et étonné des passants. « Les gens s'arrêtent pour regarder et prendre des photos. Avant, on parlait du Mont Saint-Michel, maintenant ce sont les châtaigniers de Douzevielle qui occupent les conversations des touristes ! », rit Jacques, un villageois.

Morts mais si présents, ils restent au milieu des vivants, comme s'ils se refusaient à partir. Il faut dire que bien peu d'arbres ont lié leur destin à l'homme comme l'ont fait les châtaigniers. Ce n'est pas pour rien que le surnom d'« arbre des pauvres » leur est donné. Au cours des siècles, les castanea ont nourri les populations les plus démunies, la châtaigne leur apportant une nourriture de base extrêmement nutritive en remplacement du pain.

Lié aux vivants, l'arbre à la végétation si rapide et la longévité si grande est aussi symboliquement relié aux morts. À la Toussaint, il est recommandé de déposer des châtaignes sur le rebord des fenêtres. D'après la légende, les esprits reviennent chaque année à l'endroit où ils ont vécu. Un si long trajet leur donnant faim, quoi de mieux que de les nourrir avec les fruits de l'« arbre à pain », si généreux avec eux durant leur existence ?

Si les castanea ont pu prêter main-forte aux morts, à Douzevielle, ce sont les vivants qui prennent soin de leurs défunts châtaigniers. Hors de question de les couper, même si, plantés en plein milieu d'un champ, ils peuvent être un brin encombrants. « Tous les ans, l'agriculteur utilise un hélicoptère pour traiter son champ de maïs. C'est drôle, on voit l'hélico qui fonce sur les deux arbres et qui est obligé de faire une sorte de montagne russe quand les châtaigniers arrivent sur son passage », plaisante un voisin.

Jamais ces deux arbres n'auront été autant regardés que dans leur trépas. Ne dit-on pas qu'il y a une vie après la mort ?

la nourriture des pauvres
Extrait du Journal le Sud Ouest Virginie Ramel

 

Actualité  :

Une vie après la mort

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

La route de la transhumance

 

La route de la transhumance

Mardi 20 septembre 2011

La route de la transhumance

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 11.08.2011

Saint- Justin -  Une vie après la mort