Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Rira bien qui rira le dernier

Alors que la Saint-Luc se rapproche à grands pas, le prisé volatile se fait encore discret. Ambiance dans la palombière de Jean-Pierre Serres, du côté de Labrit.

 

 Jean-Pierre Serres, caché dans sa palombière, attend les pigeons ramiers avec impatience.  photos nicolas le lièvre  || Le Lievre Nicolas
Jean-Pierre Serres, caché dans sa palombière, attend les pigeons ramiers avec impatience. photos nicolas le lièvre
( Le Lievre Nicolas)

Et si le grand truc de la Saint-Luc avait eu lieu en avance cette année ? Quand même pas. Mais samedi, Jean-Pierre Serres a compté les passages de plus de 7 000 palombes dans le ciel de Labrit. Un nombre rondelet. D'autant que le volatile se fait discret depuis le début de la saison. Car mis à part ce 15 octobre, il n'y a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent.

Les neuf jours précédents, le président de l'Association communale de chasse agréée en a vu moins de 200. Et la journée d'hier n'a pas été meilleure. Malgré toute la bonne volonté du compteur. « Il faut savoir être patient, explique-t-il, pragmatique. Le soir, je vais voir sur Internet si elles passent en Belgique ou aux Pays-Bas. » Mais pour l'instant, c'est le calme plat.

 

« Il fait beau. Il y a encore à manger en Europe du Nord », soupire Jean-Pierre Serres. « Tant qu'il n'y aura pas deux ou trois bonnes gelées là-bas, elles ne bougeront pas », renchérit Lucette, sa femme, qui vient lui tenir compagnie en cette période de disette. « Et puis s'il venait à en prendre quelqu'unes, c'est plus rapide à deux », sourit-elle, en regardant le sol et ce filet qui ne demande pourtant qu'à se refermer sur une proie. Reste que ce matin, les ramiers qui oseraient se poser à proximité de la palombière ont toutes leurs chances de garder la vie sauve. Ici, le p'tit déj' a goût de purée de pois. Un brouillard à « couper au couteau » qui ne se retirera pas avant la fin de matinée. Une véritable « hantise » pour le compteur.

Pour se rassurer, Jean-Pierre Serres joue son joker : le coup de fil à un ami. « Comment c'est chez toi ? » « Ça se lève ! » Il en a de la chance Claude. Jean-Luc aussi d'ailleurs. « Je n'ai pas trop le temps ! Je te laisse, j'ai du travail ! » « Il doit avoir pris quelque chose », sourit le Labritois, lui qui a bien cru voir venir l'ouverture tôt le matin, avec environ 70 volatiles posés non loin de son piège. Avant que les aléas de la chasse ne se chargent du reste…

« Petit match, hein ! »

Alors du coup, dans la petite palombière des Serres, on patiente. On discute. On rigole. On profite inlassablement du calme et de la vue, majestueuse, malgré le brouillard. Et on écoute Nouvelle-Zélande - Australie à la radio. « Petit match les Français, hein ! » Pour le coup, sûr que l'image n'a pas manqué.

Et puis on pense au moment immuable où les palombes arriveront dans les Landes. Depuis ses débuts de compteur dans les années 1970, Jean-Pierre Serres en dénombre plus de 50 000 par an à Labrit. Avec à peine 7 000 ramiers pour le moment, tous les espoirs restent donc permis avant le 20 novembre.

À midi, la brume commence à se dissiper. Enfin. Six palombes passent à 50 mètres de la cabane. Le chasseur tente de les attirer. En vain. Las, un pinson se pose sur le sol dans la foulée. Pas de quoi actionner le filet. Chambreur l'oiseau ? Rira bien qui rira le dernier.

Palombes et palombières la saint-luc le grand truc
Extrait du Journal le Sud OuestPar Julien Grousset

 

Actualité  :

Rira bien qui rira le dernier

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

 

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 17.10.2011

Saint- Justin -  Rira bien qui rira le dernier