Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Le maire de Haut-Mauco déplore des « tractations »

Pierre-Noël Ithurralde détaille les recours en Cnac contre le projet de la Storim, mais aussi les plaintes au tribunal contre le plan local d'urbanisme.

 

 M. Ithurralde : « C'est intéressant de constater que l'avocat de M. Bornancin est aussi celui des Rocadiers du Marsan. »  photo n. l. L.
M. Ithurralde : « C'est intéressant de constater que l'avocat de M. Bornancin est aussi celui des Rocadiers du Marsan. » photo n. l. L.

Peu disant dans un premier temps, Pierre-Noël Ithurralde a choisi d'en dire davantage sur les recours concernant le projet Storim et les attaques dont fait l'objet le PLU de sa commune.

Les Intermarché de Saint-Sever (quartier de Péré), de Mont-de-Marsan, de Tartas et d'Hagetmau ainsi que les Super U de Saint-Pierre-du-Mont et de Mont-de-Marsan (Saint-Jean-d'Août) ont déposé un total de quatre recours (1) devant la Commission nationale d'aménagement commercial (Cnac).

 

S'ajoutent à cela les recours émanant de l'Union des artisans et commerçants montois (Ucam), de l'association En toute franchise et des Rocadiers du Marsan.

Avocat en commun

Sans entrer dans les détails, l'argumentaire développé pointe une création ex nihilo (pas un déplacement comme ce sera majoritairement le cas dans le projet Le Grand Moun), pas compatible avec du développement durable et ne bénéficiant pas d'une zone de chalandise suffisante.

Sans parti pris, ni ostracisme, l'Ucam et En toute franchise ont aussi posé recours contre le projet Bornancin-Jacquemain à Saint-Pierre-du-Mont.

Les Rocadiers du Marsan ont été créés par un petit groupe de commerçants de la galerie marchande de l'actuel Leclerc. C'est leur positionnement qui a poussé la Storim à poser un recours contre le projet concurrent. Dernièrement, Jacky Chevreau, directeur du développement et actionnaire de la société, parlait de « petites manœuvres ».

Pierre-Noël Ithurralde dit la même chose autrement. Histoire qu'on le comprenne bien, il use d'un pléonasme en évoquant « des tractations sous la table ».

« C'est intéressant de constater que l'avocat de M. Bornancin est aussi celui des Rocadiers du Marsan. C'est ce même Me Bouyssou qui est le conseil d'un des particuliers qui a attaqué le PLU de la commune. »

Intérêt à agir ou pas ?

Ces plaintes contre cePLUsont l'autre aspect du dossier. En effet, deux particuliers, l'un habitant Haut-Mauco, pas à proximité de la future zone commerciale, et l'autre Benquet, ont attaqué le nouveau plan local d'urbanisme devant le tribunal administratif de Pau.

« Le premier se venge parce que je lui ai refusé un certificat d'urbanisme, le second est aussi un des dirigeants de Super U et pose recours par ailleurs », éclaire Pierre-Noël Ithurralde.

En fait, le premier magistrat haut-maucois oscille entre agacement et ironie. « Comment penser que notre PLU, après quatre ans et demi de préparation, ne tienne pas la route ? Sa révision simplifiée est applicable depuis la mi-octobre et le porter à connaissance a été fait dans les règles de l'art. »

Pour faire simple, sur la forme, ces deux plaintes font mention d'une concertation insuffisante. Sur le fond, l'intérêt général serait insuffisamment démontré et la desserte routière pas adaptée.

« Si une 2x2 voies, ça n'est pas adapté, que dire d'une rocade déjà encombrée ? », interroge le maire de Haut-Mauco, pour qui « aucun des arguments annoncés n'est recevable ».

Le risque industriel est un événement accidentel se produisant sur un site industriel et mettant en jeu des produits ou des procédés dangereux et entraînant des conséquences immédiates graves pour le personnel, les riverains, les biens et l'environnement.Il y est également question du classement Seveso (risques faibles) de certains sites de Maïsadour. « La zone commerciale est hors du périmètre Seveso qui correspond de toute façon à un classement ancien dont Maïsadour a demandé la révision. »

Pierre-Noël Ithurralde pronostique : « Les plaignants vont être déboutés et avoir une grosse amende à payer. La loi stipule qu'ils doivent avoir intérêt à agir, or ils n'en ont pas. Ils n'ont que leur intérêt particulier en tête. » Il râle néanmoins : « Tous ces recours, même s'ils ne sont pas suspensifs, c'est du temps perdu. Il y a pourtant urgence à se lancer. Les entreprises de BTP locales l'attendent avec impatience, les personnes susceptibles de postuler à un des 700 emplois créés aussi. »

(1) Les Super U se sont regroupés et n'adressent qu'un seul recours, de même pour les Intermarché de Tartas et Hagetmau.

Extrait du Journal le Sud Ouest23 novembre 2010 06h00 | Par Jean-François renaut

 

Actualité  :

Le maire de Haut-Mauco déplore des « tractations »

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

A la conquête des électeurs

Haut-Mauco a cette particularité de ne pas adhérer à l'agglomération du Marsan (elle est membre de la Communauté de communes du Cap-de-Gascogne) mais de faire partie du canton de Mont-de-Marsan-Sud.

Pierre-Noël Ithurralde « pense sérieusement » à être candidat. « Le débat serait plus ouvert, notamment sur les problèmes économiques de l'agglomération montoise », envisage-t-il. Le maire de Haut-Mauco ne voit pas « pourquoi la politique serait l'apanage d'une caste de médecins et d'avocats ».

Un point de vue qui devrait lui faire plein d'amis dans la caste en question. Histoire d'être bien complet, et d'être équitable entre gauche et droite, il questionne : « Est-ce que MM. Lahitète et Tortigue connaissent quelque chose aux territoires ruraux ? »

700 emplois

Pierre-Noël Ithurralde rejoint par M le maire de St Sever ne cessent de communiquer sur 700 emplois directs et à temps pleins, comment est ce qu'ils y arrivent ?

Voilà des questions que les chômeurs landais se posent et non pas si les recours sont l'affaire de telles personnes ou telles autres.

Pierre-Noël Ithurralde est rentré en campagne mais qu'il arrête de faire croire au chômeur qu'il y aura des emplois à coté de chez eux.

Les gens ne sont plus dupes, il suffit simplement de compter ;

- Sur le site de cora ( ils annoncent 350 emplois source cora)

- 43 boutiques (avec une moyenne de 3 personnes = 120 : sans parler des transferts d'activités et non de création)

- Maïsadour ( un transfert du site de st pierre )
on est loin du compte ...

Je ne vous parle pas du type des contrats qu'ils proposent lors de ses implantations ( contrat exclusivement temps partiels et cdd)

J'attends des explications des élus et politiciens qui ne pensent qu'à leur mandat,

Jean

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 26.11.2010

Saint- Justin -  Le maire de Haut-Mauco déplore des « tractations »