Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65

Saint Justin : Commerce du centre contre zones en périphérie

La CDAC examine ce matin le premier des deux projets de zone commerciale. Les commerçants seront devant la préfecture pour dire leur opposition.

 

Le Cora vue du ciel, cliquez pour agrandir
Photo sud ouest

Ils seront probablement plusieurs dizaines ce matin devant les grilles de la préfecture au moment où se réunira la CDAC (lire ci-dessous) devant statuer sur le projet de zone commerciale porté par la Storim. Les commerçants montois sont inquiets et ils veulent le faire savoir. « On va essayer de piquer les votants au vif en les sensibilisant sur les risques de laisser faire ce projet », livre Bruno Dumarais, un des deux coprésidents de l'Ucam (Union des commerçants et artisans montois).

 

Le positionnement des commerçants n'est pas neuf et leur inquiétude d'autant plus grande que ce n'est pas un, mais deux projets qui sont dans l'air en attendant de sortir de terre. Bruno Dumarais vide son sac. « Ça fait longtemps qu'on dit que les deux projets ne sont pas viables, que les commerces du centre-ville vont mourir. Ce n'est pas la peine de faire appel au Fonds d'investissement et de soutien de l'artisanat et du commerce (Fisac), pour revaloriser le centre-ville. Ça ne sert à rien de dépenser cet argent. »

Sans trop d'illusions

Si un des projets de zone commerciale voit le jour (et a fortiori s'il y en a deux), l'Ucam prévoit trois types de réactions dans ses rangs. Ceux qui seront intéressés et voudront intégrer les galeries (« des friches sont à redouter » lâche Bruno Dumarais), ceux qui seront intéressés et n'auront pas les moyens (loyer mensuel autour de 7 000 euros et pas de porte à 50 000 euros) et enfin ceux qui ne trouveront pas de repreneur ou de successeur.

Ces derniers jetteraient rapidement l'éponge, exaspérés par la baisse de leur chiffre d'affaires. Les premiers croiseraient les doigts pour rentrer dans leurs frais.

Outre l'inquiétude, les commerçants montois éprouvent aussi de la colère. « On nous parle de 700 emplois créés mais on oublie de dire que beaucoup seront des temps partiels et surtout on ne dénombre pas les emplois qui seront supprimés chez nous. »

Pour être honnête, le projet Storim les embête probablement moins que celui porté par Leclerc. Mais c'est celui qui est le plus avancé. « C'est le premier gros projet landais à passer. C'est un test. »

Un test qu'ils s'attendent à louper. « On a fait nos calculs, je ne vois pas comment le Non pourrait l'emporter. Les statistiques au niveau national montrent que depuis sa mise en place, la CDAC n'a refusé qu'un seul et unique projet. »

Extrait sud Ouest 26 août 2010 06h00 | Par Jean-François renaut

Actualité  :

Commerce du centre contre zones en périphérie

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Réduire La Storim franchit la CDAC et garde les devants

La CDAC a autorisé, hier, le projet commercial de la Storim. Six voix pour, trois contre, une abstention

commerçants Le vote de la CDAC, même attendu, a été mal ressenti. Bruno Dumarais n'est plus coprésident.

Six voix pour, trois contre et une abstention. Tel est le résultat du vote des dix membres de la CDAC hier, en début d'après-midi, à l'issue de quatre heures d'examen du projet Storim.

C'était évidemment attendu. Les commerçants le redoutaient, ils n'ont pas eu de bonne surprise, voire plutôt une mauvaise (lire ci-dessous).

La répartition des votes peut néanmoins surprendre. Comme le dit Bernard Bornancin, patron de Leclerc et porteur du projet concurrent à Saint-Pierre-du-Mont, « c'est loin d'être l'unanimité ».

Dans le détail, quatre élus et deux personnalités qualifiées landais ont voté pour, le représentant de la Communauté d'agglomération du Marsan s'est abstenu. Les deux Gersois (un élu et une personnalité qualifiée) ont voté contre, de même que, c'est un peu surprenant, le représentant des consommateurs.

Développer Bornancin le 22 septembre

« Je m'attendais à mieux en termes de résultat mais le plus important reste d'avoir la majorité », livre Henri Fouillade, le patron de la Storim descendu avec son staff pour être présent hier matin. « Notre dossier tient la route et a été examiné par une commission de bonne tenue. »

À compter de la notification officielle de l'autorisation, les recours devant la Commission nationale de l'aménagement commercial (CNAC) seront possibles durant un mois.

L'un pourrait venir (ou pas) de Bernard Bornancin et de son associé dacquois Philippe Jacquemain. « Je ne sais pas encore ce que nous allons faire », explique le premier.

Il n'est pas impossible qu'ils attendent de voir ce que dira la CDAC lorsqu'elle examinera leur projet le 22 septembre. « Je souhaite qu'on nous laisse notre chance comme l'a eu notre concurrent et que nous obtiendrons l'autorisation », lâche le patron de Leclerc. « Ensuite, ce sera le meilleur qui l'emportera. » Une compétition inévitable si on veut bien considérer que le bassin de chalandise montois, même très élargi, n'est pas viable pour deux zones commerciales de cette taille-là.

Pour mémoire, le projet Storim à Haut-Mauco, en bordure de la 2x2 voies entre Mont-de-Marsan et Saint-Sever, c'est près de 38 000 m² de surfaces commerciales, 60 enseignes, un hypermarché Cora de 8 500 m², une jardinerie de 5 000 m², un hôtel de 60 chambres…

Développer 38 000 m² et encore 40 000 m²

En face, ou plutôt pas loin, à l'angle de la rocade et de la route de Grenade, le projet Bornancin-Jacquemain proposera 40 000 m² de surface de vente. Ils se déclineront en un hypermarché Leclerc de 8 000 m², 65 boutiques réparties en grands pôles (culture et bien-être, équipement de la personne, de la maison et de sport), mais aussi de la restauration et une variante de Calicéo.

Henri Fouillade, qui a un temps d'avance sur ses concurrents, va évidemment tout faire pour le conserver. « Il y aura peut-être des recours mais je m'en moque. Ce sera la même histoire devant la CNAC. » En attendant, il va déposer les permis de construire, « dès que possible, sous peu ».

Le projet Bornancin-Jacquemain, qui obtiendra vraisemblablement aussi l'autorisation de la CDAC, n'aura finalement qu'un petit mois de retard. La ligne droite sera encore longue mais le sprint va débuter. Au coude à coude. Bousculades et croche-pieds non exclus, pour ne pas dire probables.

Développer Démission à la tête de l'Ucam !

À l'appel de l'Union des commerçants et artisans montois (Ucam), ils sont une trentaine rassemblés devant la préfecture. L'arrivée d'Henri Fouillade, le patron de la Storim venu exposer son projet, est saluée d'une clameur. Les membres de la Commission départementale d'équipement commerciale sont courtoisement salués.

La manifestation est pacifique mais le message est ferme. Les banderoles en donnent la teneur, aux couleurs de l'Ucam ou du Cidunati. « Un emploi créé dans la grande distribution - Deux emplois supprimés dans le petit commerce. » « Les centres-villes sont des lieux de rencontre, des lieux de vie, des moments de convivialité. » « Quand le gazole sera à 2 euros le litre, aller chercher son pain à Haut-Mauco coûtera cher. »

Les deux coprésidents de l'Ucam sont reçus par le directeur de cabinet de la préfecture, Philippe Nucho. « On a été écoutés. Il sait que les gros projets auront des problèmes de viabilité », lance Bruno Dumarais à l'issue de l'entretien.

L'exemple de Troyes mis en avant par les commerçants montois est connu du directeur de cabinet. « Là-bas, rappelle Bruno Dumarais, l'implantation d'une vaste zone commerciale a entraîné la suppression de 1 500 emplois sur cinq ans chez les petits commerçants. » À Mont-de-Marsan, ce serait sans doute un peu moins mais encore beaucoup trop. « Ce sera autant de chômeurs, sans parler des gérants qui se retrouveront au mieux au RMI. »

« Nous ne sommes pas contre tout mais contre les projets pharaoniques », tempère le commerçant. « Une étude de la CCI a estimé il y a quelques mois qu'il manquait 1 600 m² de grande surface. Notamment une enseigne Kiabi, désormais installée à côté de chez Gifi, Décathlon et Darty ou Boulanger. Ces implantations-là, nous y sommes favorables. » Elles viendront et quantité d'autres avec.

Du coup, après avoir pris connaissance des résultats, Bruno Dumarais a démissionné hier de son poste de responsabilité à l'Ucam. « Je ne supporte pas que la mairie ait dit une chose le mercredi et l'inverse le jeudi. Je suis médusé. » L'autre coprésident Christian Lacroix pourrait suivre.

Geneviève Darrieussecq n'a pas la même version. « Ils n'ont entendu que ce qu'ils avaient envie d'entendre. » Apaisante, le maire annonce qu'elle ira sous peu à la rencontre de l'Ucam.

J.-F. R.

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 30.08.2010

Saint- Justin -  Commerce du centre contre zones en périphérie