Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Nos ennemis les bêtes : pas folle la guêpe, mais envahissante

Elle bourdonne, dérange, pique-nique avec nous et parfois nous pique

 

 La guêpe est carnassière, elle attaque les viandes, les insectes ou des fruits entamés.  photo C. T.   Claudius THIRIET
La guêpe est carnassière, elle attaque les viandes, les insectes ou des fruits entamés. photo C. T.
( Claudius THIRIET)

« Sud Ouest Dimanche ». Un déjeuner sur l'herbe pour l'homme, surtout l'été, n'est-ce pas le risque de devoir partager son repas avec un ou plusieurs insectes bourdonnants ? Avec quelles guêpes ?

Quentin Rome. Il y a beaucoup d'espèces de guêpes.

En France essentiellement deux, la guêpe commune et la germanique. Le nid de la guêpe germanique est souterrain, celui de la guêpe commune aérien, dans un faux-plafond, dans une cheminée, dans une vieille carcasse de voiture. Élaborés à partir d'un amalgame de fibres de bois triturées par la salive des guêpes, les nids peuvent atteindre 50 à 60 cm et accueillir jusqu'à 7 000 individus.

 

Pourquoi les guêpes sont-elles qualifiées d'insectes sociaux ?

Elles vivent au sein de nids organisés - les guêpiers - qui comportent des mâles, des femelles et des ouvrières. Tous les nids sont issus d'une seule femelle - la fondatrice. Cette dernière, après avoir passé l'hiver à l'abri, commence la construction du nid puis pond, dans les quelques alvéoles réalisées, des larves dont elle s'occupe. Elles donneront des femelles stériles - les ouvrières - qui, en prenant le relais pour apporter de la nourriture et continuer de construire le nid, vont permettre à la reine de poursuivre sa ponte.

Il s'agit donc du même style de vie que les abeilles ?

Les mœurs des guêpes sont comparables à celles des abeilles, avec cette différence qu'elles n'essaiment pas et que les reines seules survivent l'hiver. Les abeilles ne boivent que du liquide sucré et le nectar des fleurs.

Les guêpes sont carnassières, attaquent les fruits entamés, les viandes. La nourriture qu'elles convoitent est d'ailleurs un indice fiable pour les différencier. Tout attire les guêpes : viandes, poissons, sucre. Elles se nourrissent aussi d'une quantité de petits insectes, mouches, chenilles. Elles ont donc un rôle très important de régulation et rendent service à certains éleveurs dont le bétail peut être contaminé par certaines larves parasitaires.

Le frelon, contrairement à ce que peuvent croire les enfants, n'est pas le mâle de l'abeille.

Guêpe et frelon appartiennent tous les deux à l'ordre des hyménoptères et à la famille des vespidés. Dans les guêpiers, les mâles vivent très peu longtemps. Ils appauvrissent le nid en fin de saison. D'ailleurs les œufs non fécondés donnent des mâles, les fécondés des femelles.

Quels sont les prédateurs des guêpes ?

Des oiseaux, des araignées et l'homme. Mais il existe aussi une compétition entre elles, ce qui régule la surpopulation. Certains chercheurs belges travaillent d'ailleurs sur le système d'organisation sociale des guêpes et les rivalités entre ouvrières et reine.

Pourquoi la guêpe pique-t-elle ?

Lorsqu'elle elle est dérangée et pour assurer sa survie. Elle ne suce pas le sang pour se nourrir mais va réagir à un geste brusque. On se fait plus souvent piquer par une guêpe que par une abeille parce qu'elles viennent nous embêter quand nous mangeons. Pourtant, le venin d'abeille est plus allergène. Et certes, on en parle rarement, les apiculteurs sont très exposés aux piqûres d'abeilles, même si c'est la guêpe qui a mauvaise presse.

Dix à vingt personnes par an en France meurent de piqûres d'hyménoptères, dont neuf sur dix à cause d'une piqûre d'abeille. La guêpe, contrairement à l'abeille, ne laisse pas son dard sous la peau. Et elle ne meurt pas après avoir piqué et peut donc recommencer.

Comment se protéger des guêpes ?

Les guêpes raffolent de la bière et de toutes les boissons sucrées. Il faut bien regarder dans la bouteille de soda ou dans le verre avant de le porter à la bouche. Lorsque vous mangez dehors, couvrez la nourriture et évitez de porter du parfum. Je déconseille vivement les insecticides, car ils risquent d'être nuisibles par ricochet pour les oiseaux prédateurs des guêpes et pour les abeilles qui sont les indispensables pollinisateurs de nombreuses plantes que nous mangeons.

Pourquoi les guêpes ont-elles si mauvaise presse ?

Elles sont plus agressives que les abeilles, piquent plusieurs fois et endommagent les fruits des vergers. La vie de l'abeille est très élaborée, celle de la guêpe rudimentaire. Ce qui explique aussi qu'elle intéresse moins l'homme.

Et puis elles ne produisent pas de miel. Pour une raison simple : elles ont autre chose à faire. Pour nourrir les larves, les guêpes doivent chasser d'autres insectes qu'elles coupent en petits morceaux. Après les avoir mastiqués, elles les servent à leurs larves.

frelon asiatique, miel des landes, abeilles et apiculteurs des landes. piquures d'abeilles de guêpes de frelons.
Extrait du Journal le Sud OuestPar hélène rouquette-Valeins  h.valeinsrouquette@sudouest.fr

 

Actualité  :

Nos ennemis les bêtes : pas folle la guêpe, mais envahissante

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Référant frelons pour le canton

Sandrine LEFEVRE
40120 SARBAZAN

Tél 05.58.45.58.05

Intervention nids d'abeilles, guèpes, etc

Qui est Quentin Rome

Entomologiste au Muséum

À 30 ans, Quentin Rome est chargé d'études au Muséum national d'histoire naturelle à Paris, au terme d'un parcours qu'il qualifie d'« atypique » : 3 bacs + 5 (éthologie, écologie et expertise faune-flore). D'ailleurs, au Muséum, il est plus particulièrement considéré comme le spécialiste du frelon asiatique. La structure pilote un groupe de recherche avec des équipes du CNRS, de l'Inra et de l'Institut de recherche pour le développement.

Conseils en cas de piqure

 

1 - Essayer d'identifier en premier lieu l'insecte qui vient de vous piquer.

La piqûre de guêpe est douloureuse. Mais seulement 2 % de la population présente une sensibilité extrême à son venin. La guêpe ne laisse pas son venin sous la peau et il peut être retiré avec un aspivenin. Le venin d'abeille est plus allergène.

La guêpe garde son dard et reste en vie quand elle pique, alors que l'abeille le perd et meurt.

La guêpe est jaune vif rayé de noir alors que l'abeille est plus brune.

Le frelon est plus gros que l'abeille et la guêpe. Son dard - 6 mm - aussi.

2 - Les premiers soins à prodiguer

Retirer le dard sans appuyer sur le sac à venin qui continue de déverser son poison. Réchauffer l'endroit de la piqûre avec le bout incandescent d'une cigarette. Puis appliquer un tissu imbibé d'alcool à 60 degrés ou utiliser des glaçons qui diminueront l'absorption et la diffusion du venin.

3 - La conduite à tenir en cas d'allergie

En cas d'allergie ou de piqûres sur une muqueuse, direction les urgences de l'hôpital.

Pharmacie cliquez ici

Pharmacies de garde

Voir la page des pharmacies

 

Médecin de garde, cliquez ici

Médecins de garde

Le medecin de garde

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 21.08.2011

Saint- Justin -  Nos ennemis les bêtes : pas folle la guêpe, mais envahissante