Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Technologie de demain: un carburant à base de graisse de canard ?

Dans le Périgord connu pour ses confits, la graisse de canard se cuisine à présent en biodiesel écologique pour tracteur.

 

Elevage de canards en plein air près d'Auch (Gers) le 29 août 2005 (AFP - Georges Gobet)
Elevage de canards en plein air près d'Auch (Gers) le 29 août 2005 (AFP - Georges Gobet)

Ingrédient incontournable de la cuisine du Sud-Ouest, la graisse de canard a un autre débouché depuis que des agriculteurs de Dordogne soucieux d'écologie l'utilisent pour fabriquer du biodiesel qui alimente, à titre expérimental, leurs véhicules.

"L'idée, c'est de 'bouffer' moins de pétrole en créant de l'énergie avec ce qu'il y a dans nos fermes", explique Jules Charmoy, qui élève en bio des vaches à Saint-Aquilin, près de Périgueux. Membre d'une coopérative d'utilisation de matériel agricole (Cuma), il a initié cette expérimentation en 2009 avec un autre agriculteur, Benoît Delage. Ils ont sollicité il y a quelques mois une autorisation auprès des douanes.

 

Un million de litres de carburant par an

Depuis, la Cuma, qui rassemble une cinquantaine d'agriculteurs du secteur, fait tourner trois de ses véhicules (un camion, une voiture et un tracteur) avec un biodiesel à base de graisses de canard ou de porc et d'huiles de friture. Le gras est notamment récolté chez des restaurateurs périgourdins qui peinent souvent à s'en débarrasser. Le gras de canard intervient en effet comme agent isolant qui protège les aliments de l'air. On l'utilise pour conserver les confits, les foies gras donc on ne le mange pas, on le jette.

Avec un "gisement théorique" annuel estimé entre 1.000 et 1.500 tonnes, le département laisse entrevoir un potentiel prometteur de 1.000.000 de litres de biocarburant par an, explique Jules Charmoy. "Notre démarche n'est pas économique mais éthique" et environnementale, le biodiesel étant largement moins polluant que les carburants classiques, insiste l'éleveur.

Avec un coût de production de 1,11 euros le litre (contre 92 centimes le litre de gasoil détaxé, auquel ont accès les agriculteurs), la rentabilité n'est pas l'objectif premier. "On produit pour nous et la Cuma", poursuit-il, jugeant "indispensable" la "multiplication" d'expériences similaires pour favoriser les "circuits courts" et le recyclage local des déchets.

On chauffe, on touille, on laisse reposer, et c'est prêt.

Faire du carburant avec de l'huile, le principe est vieux comme le moteur, et la technique, bien rodée : "dans un estérificateur, on chauffe la graisse à 120° pour éliminer l'eau, explique l'éleveur. On réduit ensuite à 65°, on met de l'alcool et de l'hydroxyde de potassium. On agite pendant une heure, on laisse décanter : au fond, la glycérine se forme avec, au-dessus, le biodiesel".

S'il est techniquement possible de faire tourner un véhicule "avec du '100% biodiesel'", uniquement issu de graisses animales, "on s'en tient à un mélange 30% biodiesel / 70% gasoil", conformément à la loi, souligne Jules Charmoy.

Les nouveaux moteurs font la fine bouche

En 2010, ils ont produit 20.000 litres de biocarburant, intégralement "auto-consommés". "Avec des moteurs d'il y a 8, 10 ans, ça marche très bien. Avec les nouveaux, bourrés d'électronique, c'est plus dur", concède-t-il, reconnaissant que la méthode "a besoin d'être affinée" afin d'obtenir un biocarburant plus pur.

Conduite avec l'IUT Génie Chimique de Périgueux, l'Institut européen de la surveillance prédictive des machines (IESPM) de Lyon et le syndicat des déchets de la Dordogne, l'expérience périgourdine est appuyée par Roule ma frite 17 (RMF17), association basée en Charente-Maritime qui milite pour la réduction de la voiture dans les transports et l'utilisation des huiles récupérées comme carburant alternatif.

"Pour un bilan carbone raisonnable", l'initiative de Saint-Aquilin "est une excellente solution", estime Romain Gaudier, l'un des membres de RMF 17, plaidant pour un "changement" de la loi française qui interdit aux particuliers de rouler avec de l'huile de friture alors qu'une directive européenne de 2003, jamais transposée en droit français, autorise les agrocarburants.

Périgord, graisse de canard, tracteur, biodiesel, écologie
Source Nouvel OBS Publié le 02-08-11   par Le Nouvel Observateur avec AFP

 

Actualité  :

Technologie de demain: un carburant à base de graisse de canard ?

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

 

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 03.08.2011

Saint- Justin -  Technologie de demain: un carburant à base de graisse de canard ?