Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Quand Henri Fouillade livre ses quatre vérités

Henri Fouillade "surpris" n'a pas aimé les propos de Philippe Jacquemain. Et il le fait savoir.

 

 MM. Ithurralde, Chevreau et Dalm (de gauche à droite) encadrent un Henri Fouillade, qui n'a pas maché ses mots. Ni contre Jacquemain, ni contre Bornancin.  photo nicolas le lièvre
MM. Ithurralde, Chevreau et Dalm (de gauche à droite) encadrent un Henri Fouillade, qui n'a pas maché ses mots. Ni contre Jacquemain, ni contre Bornancin. photo nicolas le lièvre

Les patrons de Storim, Henri Fouillade et Jacky Chevreau, étaient à Mont-de-Marsan hier. Accompagnés de Pierre-Noël Ithurralde, maire de Haut-Mauco, et Jean-Pierre Dalm, président de la Communauté de communes du Cap de Gascogne, ils ont rencontré Henri Emmanuelli.

L'objet de l'entrevue est livré par Henri Fouillade. « Il s'agissait de mettre en place la procédure liée aux infrastructures annexes à notre projet, de planifier et mettre en place les procédures juridiques. »

 

Le Conseil général demande en effet aux promoteurs du projet de la zone commerciale de Haut-Mauco de construire, entre autres choses, un pont à 2x2 voies au-dessus de la D 933.

Quitte à être là, Henri Fouillade a aussi donné une conférence de presse en réaction à l'interview de Philippe Jacquemain publié lundi dans nos colonnes.

« Conflit d'intérêt »

Le futur président de la CCI - il est le seul candidat à la succession de Philippe Simon - est aussi partenaire de Bernard Bornancin dans le projet du Grand Moun à Saint-Pierre-du-Mont. Selon lui, « deux centres commerciaux […] c'est de la folie ». Il ajoute que « trop de surfaces commerciales, cela nuit fatalement au centre-ville ».

« Ces propos sont assez surprenants venant d'un candidat à la CCI des Landes qui devrait avoir un devoir de réserve. Ce n'est pas son boulot de faire une sélection entre les projets. Il se positionne pour le projet dans lequel il est partie prenante. Ce n'est pas très adroit sur le plan déontologique. »

À ses côtés, Jacky Chevreau n'hésite pas à parler de conflit d'intérêt. Henri Fouillade reprend : « Pour lui (Jacquemain), notre projet ne peut pas exister. C'est une opinion, pas une réalité. Pour nous, sur ce territoire avec l'autoroute qui arrive, ce ne sont pas deux mais trois zones qui peuvent cohabiter. »

Le même, un peu agacé, rebondit sur un autre propos de Philippe Jacquemain. « Quand il dit qu'il veut associer les commerçants du centre-ville à son projet, ça me fait doucement rigoler. Comme si nous, on ne travaillait pas avec les commerciaux locaux. » Et de préciser que 30 des 41 commerçants de la galerie marchande autour de Cora seraient des Montois et des Saint-Séverins qui souhaitent ouvrir une deuxième boutique.

« Leclerc déménagera t-il ? »

Sur la rumeur récurrente qui dit qu'Haut-Mauco n'aura jamais de zone commerciale, le patron de Storim est catégorique. « Qui peut penser une minute qu'on veut abandonner un projet sur lequel on travaille depuis plusieurs années ? Un projet ayant obtenu sa CDAC et qui se retire, on n'a jamais vu ça. Les seuls qui ne voient pas la vérité en face, ce sont les Montois. »

Selon lui, le scénario est d'autant plus impossible que Cora a fait de Haut-Mauco le point de départ de son implantation dans le Sud de la France. « Je serais à la place de leurs concurrents, je me méfierais. »

Sur les recours, plus nombreux contre son projet que contre le projet d'en face, Henri Fouillade est serein. « Ils ne sont pas surprenants. C'est normal et ils ne changeront rien. Les projets lancés se feront d'autant plus que la loi va changer. »

Plus percutant encore : « Nous aussi, on a déposé un recours contre le projet de Bornancin mais contrairement à lui, on ne se cache pas derrière les autres. »

Pour en finir avec son concurrent, il conclut, taquin. « Des fois, on se pose la question de savoir s'il va vraiment déménager. D'ailleurs, moi, à sa place, je serais resté là où il est. »

Extrait du Journal le Sud Ouest4 décembre 2010 06h00 | Par Jean-François renaut

 

Actualité  :

Quand Henri Fouillade livre ses quatre vérités

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Fouillade "surpris" par Jacquemain

 

Le futur présidentHenri Fouillade, patron de Storim, a réagi aux propos tenus en début de semaine par Philippe Jacquemain. Le futur président de la CCI estimait qu'il n'y avait pas de place pour deux zones commerciales autour de Mont-de-Marsan, que trop de surfaces commerciales nuisent fatalement au centre-ville.

"C'est assez surprenant de la part d'un candidat à la CCI des Landes qui devrait avoir un devoir de réserve. C'est un curieux mélange des genres car il est partie prenante dans le projet Grand Moun. Dire que notre projet ne peut pas exister, c'est une opinion, pas une réalité. Ce n'est pas très adroit sur le plan déontologique.

Quand les politiques font du commerce

Conflit d'intérêt, mélange des genres, ont ne comprends pas bien pourquoi les politiques sont tellement investit par le privé.

Le loto de l'emploi, envoyer vos CV directement à ceux qui promettent les embauches ...C'est le maire qui promet les embauches pendant qu'on demande aux commerçants de construire des ponts.

Demain on demandera peut être au BTP qui doit construire le pont au frais du commerçant d'acheter les salades pour les revendre 4x plus cher dans ces commerces dont les consommateurs ne sont pas les demandeurs.

La loi de l'offre ne serait donc plus en accord avec la demande ? Les consommateurs de toutes ces grandes surfaces vont il devoir payer les errances des "politiciens DRH" qu'ils ont élus ?

Anne Mineau. (AMPE)

 

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 08.12.2010

Saint- Justin -  Quand Henri Fouillade livre ses quatre vérités