Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Le nématode menace la forêt

Après la tempête Klaus et le scolyte, il ne faudrait pas que la forêt des Landes risque une attaque de plus. Pierre Darmanté, président des communes forestières, tire la sonnette d'alarme.

 

 Après la tempête Klaus et le scolyte, il ne faudrait pas que la forêt des Landes risque une attaque de plus, celle du nématode.  photo archives n. le lièvre
Après la tempête Klaus et le scolyte, il ne faudrait pas que la forêt des Landes risque une attaque de plus, celle du nématode. photo Draf

Il l'avait déjà annoncé il y a quelques semaines, mais comme les acteurs locaux ne semblent pas trop s'en soucier, il remet le couvert. Pierre Darmanté, président de l'Association des communes forestières d'Aquitaine, tire la sonnette d'alarme : le massif d'Aquitaine est sous la menace du nématode du pin. « Il est apparu en 1999 au Portugal, explique-t-il, et depuis 2008, tout le territoire est infecté. Depuis, on l'a trouvé en Espagne et tout dernièrement en Lorraine. Je dis que si nous n'y prenons pas garde, tout le massif est en danger. » Le nématode du pin, en latin « bursaphelenchus xylophilus », est un ver microscopique, originaire d'Amérique du Nord, transporté par un insecte coléoptère xylophage.

 

L'arbre mort en 45 jours

Une étude datant d'avril 2010 et due au Département santé de la forêt (ministère de l'Agriculture), révèle que l'animal peut entraîner la mort des arbres en 45 jours, en bloquant la circulation de la sève.

Au Portugal, entre 2000 et 2006, il a fallu abattre environ 1 million d'arbres pour tenter de le contenir, dans une zone tampon de 20 kilomètres autour de la zone infestée.Mais ce fut insuffisant, car en 2007, une nouvelle ceinture de 3 km de large et de 300 km de long a été délimitée dans laquelle tous les peuplements de pins ont été coupés à blanc. Las, le parasite n'a pu être contenu, malgré les 24 millions d'euros dépensés sur la période 2001-2009.

Menace à l'horizon 2030

Depuis, le mal est passé en Espagne, où la lutte a déjà coûté 3 millions d'euros, et tout récemment en France, à cause d'une palette de bois, dans l'est de la France, malgré les précautions prises pour tout déplacement d'un chargement de bois ou d'un équipement de cette matière sur le territoire. En se projetant sur l'avenir, l'étude estime que le risque d'infestation de l'Aquitaine est de 100 % à l'horizon 2030. « C'est-à-dire, commente M. Darmanté, que si nous ne faisons rien, toute la forêt d'Aquitaine est menacée de disparition d'ici 20 ans. Nous sommes donc très en retard, surtout si on reste dans la monoculture comme depuis 150 ans. Je pense donc que nous devons regarder de très près comment la démarche de reconstitution de la forêt détruite par la tempête Klaus va s'engager. Pour ma part, j'estime que nous devons réfléchir à procéder différemment, en essayant de traiter la forêt de manière multifonctionnelle, et pas uniquement comme productrice de bois d'industrie. »

L'entrepreneur d'espaces verts amoureux des arbres entonne à nouveau le couplet sur les différentes fonctions de la forêt : pompe à carbone contre le gaz à effet de serre, filtre pour la qualité de l'air, garant de la biodiversité.

Effectivement, c'est dans la forêt que les Landais vont cueillir des champignons ou chasser la bécasse. Et il ne semble pas d'accord avec la décision qui a été prise de replanter toute la forêt détruite le 29 janvier 2009 par des arbres d'une seule espèce, le pin maritime.

Principe de précaution

Pierre Darmanté poursuit : « Au nom du principe de précaution, il ne serait pas absurde qu'une partie des forêts qui seront reconstituées le soient avec, à côté du pin, d'autres essences qui poussent déjà sur le massif : chênes pédonculés, tauzins, chênes lièges, robiniers, bouleaux, trembles, saules, etc. Elles ne seront jamais aussi productrices de bois pour l'industrie que le pin maritime et le manque à gagner devrait être compensé par la rémunération des autres bienfaits qu'apporte la forêt à la collectivité. »

Et puisque la forêt privée a pris l'habitude de travailler plutôt en faveur de l'industrie du bois et du papier, le maire d'Arjuzanx propose que les forêts domaniales et communales servent d'exemple. « Les forêts publiques, dit-il, auxquelles la loi assigne ces autres fonctions, devraient être pilotes dans ce type de reboisement. »

Mais la tâche est importante, car la recherche a pris du retard sur ce sujet, notamment parce que les besoins de bois dans l'industrie ont occulté le débat sur le boisement différencié, qui doit être possible en Aquitaine, à condition qu'on veuille bien le tenter. Les communes forestières ont donc en projet, en partenariat avec l'ONF (Office national des forêts), d'étudier et de développer des itinéraires alternatifs, afin de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

« Pour les scolytes, j'avais averti toute la filière que c'était le premier danger après la tempête Klaus, mais je n'ai pas été écouté. J'espère que nous n'allons pas recommencer pour le nématode. Car aujourd'hui, on est en droit de s'interroger sur l'avenir du pin maritime dans les Landes », conclut le Landais d'Arjuzanx.

 

. après le fléau klaus le scolyte le nématode sauvé par des baradeaux de chênes
Extrait du Journal le Sud Ouest25 mars 2011 06h00 | Par jean-louis hugon

 

Actualité  :

Le nématode menace la forêt

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Réglementation

Bursaphelenchus xylophilus
Nématode du pin

Organisme réglementé pour l'importation au sein de l'Annexe IV - I de la Directive Européenne 2000/29/CE modifiée retranscrite dans l’arrêté national du 22 novembre 2002.

Organisme nuisible de lutte obligatoire listé dans l'arrêté national du 31 juillet 2000.

Pépiniéristes, revendeurs : pour savoir si vos productions ou les produits que vous revendez sont concernés en fonction de leur destination (zone protégée, production destinée aux amateurs ou aux professionnels,etc.),

Absent en France, en pépinière et chez les revendeurs, les plants présentant des symptômes doivent être signalés (contacter la DRAF-SRPV de votre région).

Pour connaître les produits homologués sur cet organisme, consulter e-phy.

Traitements : une nouvelle norme NIMP15 (Norme Internationale de Mesure Phytosanitaire) incluant les traitements à la chaleur (HT, Heat Treatment) et au bromure de méthyle (MB) viennent d’être mis en place, en plus de la norme Kiln Dried (KD) déjà exploitée par certaines filières du Passeport Phytosanitaire Européen (ex : bois de platane). D’autres normes de fumigation, de traitement par le vide (ICP), d’irradiation, d’atmosphère contrôlée sont encore à l’étude.

Source Draf - www.agriculture.gouv.fr

Recréer des baradeaux

Pour l'avenir, peut-on envisager une autre façon d'exploiter la nouvelle forêt ?
Du côté des essences autres que le pin maritime, il ne faut pas trop rêver. D'autant que le pin Tedda, dont on a beaucoup parlé tant il semble mieux résister aux coups de vent, s'avère représenter un aliment de choix pour les scolytes !

Par contre, il faut sérieusement envisager de recréer des baradeaux de chênes et de châtaigniers en bordure des parcelles. Ils seront autant de havres de nidation pour le gibier et donc de bonus pour les chasseurs.

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 04.04.2011

Saint- Justin -  Le nématode menace la forêt