Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Je suis optimiste pour les Landes

Dans un entretien accordé à « Sud Ouest », le député et président du Conseil général, Henri Emmanuelli, ne mâche pas ses mots sur les dossiers de rentrée.

 

 Henri Emmanuelli : « Le projet commercial d'Atlantisud prévoit entre 800 et 1 000 créations d'emploi ».  photo isabelle louvier
Henri Emmanuelli : « Le projet commercial d'Atlantisud prévoit entre 800 et 1 000 créations d'emploi ». photo isabelle louvier

« Sud Ouest ». Les Landes connaissent une explosion démographique. Comment expliquez-vous cette expansion ?

Henri Emmanuelli. C'est d'abord lié à notre situation géographique. D'une manière générale, on constate une poussée de la démographie vers les zones côtières. Le Sud-Est de la France est saturé et les prix qui y sont pratiqués constituent une barrière financière et psychologique. Du coup, le Sud-Ouest attire de plus en plus de monde. Le mouvement a démarré il y a une dizaine d'années. Beaucoup d'élus, à l'époque, avaient peur de cette arrivée massive, craignant notamment un afflux de retraités. Mais ce n'est pas le cas : il y a beaucoup d'actifs qui viennent s'installer.

 

J'ai bien conscience que si l'image du département est aussi attractive, ce n'est pas exclusivement dû à mon talent ! Mais je constate quand même que le « système Emmanuelli », comme disent certains, n'empêche pas les gens de venir en nombre dans les Landes. Nous avons des services publics locaux efficaces, un cadre de vie privilégié. Comme partout, et peut-être plus encore quand on accueille de nouvelles populations, la question cruciale reste l'emploi.

Comment adaptez-vous les structures à ces arrivées ?

Le Conseil général encourage depuis longtemps les élus locaux à investir dans les équipements publics, à développer le logement. Au niveau des infrastructures, l'A65 est terminée, la LGV va arriver et l'élargissement de la RN 10 va démarrer. Même si je ne suis pas favorable au péage, ces travaux de mise aux normes sur l'A 63 sont nécessaires. J'ai veillé au maintien de la gratuité sur la portion landaise, entre les deux barrières de péage, mais je rappelle que ce n'est pas le Département qui pilote ce projet. C'est l'État le maître d'ouvrage. C'est lui et lui seul, qui a fait le choix de la concession.

Préparer l'avenir, c'est aussi investir dans l'éducation…

Les communes font des efforts sur les écoles, nous sur les collèges : 18 millions d'euros investis à Saint-Paul-lès-Dax cette année, 10 à 13 M€ à Saint-Geours-de-Maremne l'an prochain, un nouveau collège en projet à Labrit. Il faut aussi continuer à anticiper la croissance démographique. Le projet Landes 2040 reste plus que jamais d'actualité.

Si l'on en juge par la manifestation de mardi, le compte n'y est pas…

Nous avons dans les Landes le taux d'encadrement le plus bas d'Aquitaine, malgré l'apport de populations nouvelles. 10 % des cours sont assurés en heures supplémentaires et l'on voit de plus en plus de classes surchargées, en particulier dans les collèges. Il y a eu des problèmes importants de non-remplacement d'enseignants l'hiver dernier dans le primaire. L'Éducation nationale n'est plus prioritaire pour ce gouvernement. À notre niveau, on veille à ce que les équipements d'accueil et les personnels de service soient adaptés aux besoins. Pour le reste, il faudra changer de gouvernement.

Les transports vont-ils pouvoir suivre la cadence ?

Nous avons une régie départementale qui fonctionne bien et qui est à l'équilibre au plan financier. Elle le doit beaucoup au transport scolaire mais aussi au développement des transports interurbains. Nous sommes passés de 90 000 voyages en 2008 à plus de 200 000 voyages sur les douze derniers mois. Il y a deux ans, nous avons lancé le réseau XL'R au tarif unique de 2 euros pour répondre aux déplacements domicile-travail. Début octobre, nous procéderons à des ajustements, avec une amélioration de service sur cinq lignes dont la ligne Mont-de-Marsan-Dax. Nous allons créer avec le Grand Dax une Société publique locale pour exploiter le transport urbain en agglomération. La ville de Biscarrosse et la Macs ont déjà manifesté leur intention de rejoindre ce dispositif public. Je suis d'ailleurs étonné que l'agglomération montoise ait fait le choix du privé alors que partout en France, on revient vers la gestion publique.

Veolia présentait, semble-t-il, le meilleur service au meilleur coût…

Le niveau de service est déterminé par l'autorité organisatrice des transports, en l'occurrence l'agglomération. L'exploitant répond à un cahier des charges. S'agissant du coût, Veolia n'était pas moins cher que la RDTL à service équivalent. Dans ce dossier, je ne remets pas en cause le vote des élus, mais la présentation qui en a été faite. La présidente de l'Agglomération n'a répondu à aucune des questions posées. Le choix de Véolia était déjà acté. C'est un choix politique, qui va à rebours de ce qui se fait ailleurs. Je suivrai le dossier attentivement.

Le projet Atlantisud à Saint-Geours-de-Maremne est toujours contesté. Que répondez-vous aux opposants ?

Je le répète, la priorité, c'est l'emploi. Le projet commercial d'Atlantisud prévoit entre 800 et 1 000 créations d'emploi. Où va-t-on en trouver autant ? J'entends l'inquiétude de certains commerçants, qui craignent des répercussions sur leur activité. Mais s'il y a des suppressions d'emploi, ce sera à la marge. Au final, le solde sera largement positif. Aujourd'hui, 50 % du foncier est engagé sur la zone d'Atlantisud, où se sont installées des entreprises du secteur industriel et logistique. C'est une belle réussite en trois ans de commercialisation. Et ce n'est pas fini. Dans cinq ans, le territoire de Macs accueillera plus de 70 000 habitants. Le Seignanx connaît aussi un fort développement. On me dit qu'il y a trop d'offres commerciales dans le sud du département, mais à Ondres, ce sont les gens du BAB qui vont venir ! Et puis Il y a des projets d'extension partout, le Grand Moun dans l'agglomération montoise, le Grand Mail dans l'agglomération dacquoise. Avec un quasi-monopole de Leclerc. Là, avec Auchan, il y aura une autre enseigne et donc de la concurrence. Ce sera bénéfique pour le pouvoir d'achat des ménages.

J'ajoute que dans ce dossier, certains devraient s'abstenir de confondre leur rôle public et leur rôle privé de promoteur. Il y a un conflit d'intérêt manifeste qui semble échapper à tout le monde. J'encourage tous les commerçants de la zone qui sont inquiets à rejoindre Atlantisud. Il y aura des opportunités pour eux. Et franchement, je pense que les commerçants de Dax sont plus directement impactés par le Grand Mail et son projet d'extension qu'ils ne sont menacés par Saint-Geours. Quant au Conseil général, nous avons toujours donné la prime à ceux qui font en votant systématiquement pour tous les projets d'implantation. Je rappelle au passage qu'il s'agit d'investissements privés. Si cela ne marche pas, cela n'aura aucune conséquence sur l'équilibre des finances publiques.

Une polémique est née au début du mois avec les producteurs de maïs. Qu'en est-il ?

Les agriculteurs disent qu'il faut défendre la surface agricole utile. Ils ont raison. Elle est surtout menacée par l'immobilier, mais je n'y peux rien : ce sont les agriculteurs qui vendent leur terrain. Simplement, je ne souhaite pas que la forêt recule au bénéfice des surfaces agricoles utiles. La diminution de la surface forestière aurait des conséquences néfastes sur l'industrie et l'environnement. Je suis un partisan de l'intégrité du massif.

Comment voyez-vous les Landes en 2014, terme théorique du Conseil général avant la réforme territoriale ?

Nous étions dans une période d'euphorie jusqu'au printemps 2008. Il y a eu la crise économique et la tempête Klaus qui ont provoqué un gros coup d'arrêt. Depuis, le redémarrage est très lent, on a vu disparaître des projets d'investissement, notamment au plan industriel. Mais nous avons la chance dans les Landes de pouvoir maîtriser l'avenir et la capacité de ne pas reproduire les erreurs commises ailleurs. À vrai dire, je suis davantage optimiste sur l'avenir du département que sur celui de l'Hexagone.

Mont-de-Marsan · LGV · Landes · emploi · enseignement · Autoroute A65
Extrait du Journal le Sud Ouest Propos recueilli par pierre sabathié

 

Actualité  :

Je suis optimiste pour les Landes

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

En campagnes vers 2012

Lire, voir la suite

France Bleu Gascogne, en partenariat avec « Sud Ouest », lance
  Lire, voir la suiteen savoir plus ...

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 30.09.2011

Saint- Justin -  Je suis optimiste pour les Landes