Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Prison avec sursis pour Jean-Marc Boine

Jean-Marc Boine répondait hier de faux et usages de faux dans le cadre d'une procédure d'appel d'offres conduite lorsqu'il était président du Sinel. Il plaide la bonne foi.

L'ancien président du Sinel a été condamné hier pour faux et usage de faux.

 

 Ancien vice-président du Conseil général, Jean-Marc Boine a depuis démissionné de tous ses mandats.  photo archives « sud ouest »
Ancien vice-président du Conseil général, Jean-Marc Boine a depuis démissionné de tous ses mandats. photo archives « sud ouest »

Au mieux bancale. Au pire illégale ! La conduite de l'appel d'offres lancé en 2006 par le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable du nord est des Landes (Sinel) n'était, semble-t-il, pas très orthodoxe.

C'est ce qui a valu, hier, au président démissionnaire de la structure, Jean-Marc Boine, par ailleurs ex-vice président du conseil général et ex-maire de Sarbazan de répondre de faux et usage de faux ainsi que d'atteinte à l'égalité des candidats à un marché public, devant le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan.

 

C'est une plainte de la société Izco en novembre 2006 pour pratiques anticoncurrentielles qui a déclenché dans la foulée l'enquête de gendarmerie diligentée par le parquet à l'encontre de Jean-Marc Boine. Le syndicat, qu'il présidait depuis sa création en 1990, bénéficiait alors de la part de l'agence de l'eau d'une offre de subvention pour des travaux d'assainissements non-collectifs sur les 27 communes couvertes par la structure.

La main sur les dossiers

Pour être éligibles aux fonds publics, les travaux chez les 66 particuliers sélectionnés devaient être délégués au syndicat. « Vous aviez la main sur les dossiers », lance le président Bobille.

En d'autres termes, à charge pour le Sinel, via un appel d'offres de sélectionner les entreprises. Comment les deux sociétés Tintarre et Nasarre ont-elles été choisie ? « Par le vécu », répond l'ancien élu. Il n'en fallait pas moins pour déclencher l'ire du président Bobille. « Le vécu ne fait pas partie des critères retenus par le Code des marchés publics. Un élu tel que vous devrait quand même le savoir ! » lance le magistrat.

D'autant que les éléments révélés par l'enquête ne plaident pas pour une totale transparence de la procédure. Car sur les 66 chantiers sélectionnés, 11 avaient démarré plusieurs mois avant la régularisation de l'appel d'offres. Et d'emblée, ils avaient été confiés… à Tintarre et Nasarre ! « Le marché public est régularisé le 22 juin. Certains travaux ont débuté en février et en mars. Comment ont-elles pu se voir attribuer le marché public 5 mois avant sa régularisation ? » interroge le président.

« On avait déjà choisi les sociétés avant l'appel d'offres », lâche Jean-Marc Boine. « Mais ce n'est pas comme ça que ça se passe ! Bien sûr, pourquoi respecter la loi ? Pourquoi respecter les règles du marché public, puisqu'on a déjà choisi ? ! Les seules circonstances qui auraient pu vous permettre de faire cela, c'est en cas de catastrophe technologique ou naturelle. Je précise, c'est Klaus ou une explosion nucléaire. Cela ne me semble pas être le cas ici », s'agace le président. « J'ai cédé à la pression du terrain, je me suis mis à la place des gens », balbutie l'ex-président.

Fausse attestation

Pire, rappelle, le procureur Jean-Philippe Récappé : « Pour les faire entrer dans le marché public, vous avez envoyé une attestation à l'agence de l'eau qui fixait le début des travaux au 6 juillet. Or ils avaient commencé 6 mois avant. Sans ce faux, vous n'auriez pas obtenu la subvention ! »

Quant à la troisième société Izco, a-t-elle été sciemment écartée ? Pour le parquet, pas de doute : « Vous avez favorisé deux entreprises, c'était votre choix personnel », lance encore le ministère public. Car là encore, la liasse de documents transmis à la préfecture ne manque pas d'interroger. La société Izco recevra un courrier de la commission d'appel d'offres lui indiquant qu'elle n'est pas retenue le 12 juin. Problème : à cette date, la commission ne s'est pas encore réunie ! « Ce courrier n'est pas signé de ma main » précise l'ancien élu. Le président poursuit : « La candidature d'Izco disparaît lors de la commission d'ouverture des plis. Elle n'est même pas mentionnée sur le PV. C'est quand même surprenant ! »

Bordereaux vierges

Autre problème et non des moindre : les offres finalement enregistrées des deux sociétés sont rigoureusement identiques. Ce qui n'était vraisemblablement pas le cas des offres initiales. « Elles étaient déjà les moins disantes. Je leur ai demandé de s'harmoniser. Les administrés n'auraient pas compris qu'il y ait deux prix différents selon les sociétés. Ça partait d'un bon sentiment », explique encore Jean-Marc Boine. Le témoignage d'un fonctionnaire territorial accable un peu plus l'ex-président. Il révèle que les bordereaux portés à la commission avaient été modifiés. « Vous leur avez fait signer des documents blancs. Vous avez bidouillé une harmonisation. L'offre retenue, c'est pas eux qui l'ont remplie, c'est vous ! » tacle le procureur.

Tout au long de l'audience, l'ancien conseiller général (par ailleurs ancien coassocié d'une entreprise de travaux publics) s'est défendu de tout copinage. « Par expérience, je pensais que les deux sociétés retenues étaient meilleures pour les administrés. Je n'en ai tiré aucun bénéfice », explique-t-il. Quant à son avocat, Me Ducamp, il pointe un droit des marchés publics particulièrement complexe : « une usine à gaz », explique-t-il avant de réclamer l'indulgence du tribunal. « Personne ne prétend que vous vous soyez enrichi dans cette affaire mais vous vous êtes affranchi des règles », concède Jean-Philippe Récappé avant de requérir une amende de 6 à 7 000 euros dont une partie avec sursis.

Délibéré le 12 juillet.

. Le sinel pris en défaut. l'eau pas très potable. les pratiques illicites. Détournement et magouille. Nage en eaux trouble. Tranparence des comptes. Tous pouris. Marchés publics et transparence.

Extrait du Journal le Sud Ouest8 juin 2011 06h00 | Par yann saint-sernin

 

Actualité  :

Prison avec sursis pour Jean-Marc Boine

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Prison avec sursis pour Jean-Marc Boine

L'ex-conseiller général des Landes a été condamné hier à six mois d'emprisonnement avec sursis et 5 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan.

Jean-Marc Boine était accusé de faux et usage de faux dans le cadre d'une procédure d'appel d'offres conduite lorsqu'il était président du Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable du nord-est des Landes (Sinel).

Il lui était également reproché d'avoir porté atteinte à l'égalité des candidats à un marché public.

La société IZCO travaux publics, photo Xavier Lopez

C'est une plainte de la société Izco pour pratiques anticoncurrentielles, en novembre 2006, qui a déclenché l'affaire. Le président démissionnaire, qui est par ailleurs ex-vice-président du Conseil général des Landes et ancien maire de Sarbazan, avait plaidé la bonne foi devant le tribunal correctionnel, le 7 juin dernier.

Tout au long de l'audience, il s'était défendu de tout copinage avec les deux sociétés retenues à l'issue de l'appel d'offres, assurant qu'il n'avait tiré « aucun bénéfice » dans l'histoire. « Personne ne prétend que vous vous soyez enrichi dans cette affaire mais vous vous êtes affranchi des règles », avait concédé Jean-Philippe Récappé, représentant du ministère public, avant de requérir une amende de 6 à 7 000 euros dont une partie avec sursis.

Jean-Marc Boine, qui n'était pas présent hier lors du délibéré, a également été condamné à verser 800 euros à la société Izco.

Extrait du Journal le Sud Ouest par Virginie Ramel

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 27.07.2011

Saint- Justin -  Prison avec sursis pour Jean-Marc Boine