Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : Dans un nid de frelons asiatiques

Le nombre de nids que je détruis double chaque année, relève un professionnel dans les Landes

 

 Hervé Larrouy vient de procéder au décrochage d'un nid de frelons asiatiques.  photo david le déodic
Hervé Larrouy vient de procéder au décrochage d'un nid de frelons asiatiques. photo david le déodic

Ils sont peu nombreux dans les Landes à oser se frotter aux frelons asiatiques. La peur d'un insecte qui a bien mauvaise presse ? Pas seulement. L'explication est bien plus rationnelle.

Seules les entreprises agréées par la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (Draf) sont habilitées à chasser ce nuisible en pleine expansion dans la région. La dangerosité des produits explique ce strict règlement.

Tout le monde ne peut s'improviser désinsectisateur, une formation est nécessaire. « Je l'ai suivie au début de l'année 2007 », se souvient Hervé Larrouy, professionnel installé sur la commune de Mimbaste. Aujourd'hui, il est régulièrement appelé pour intervenir sur des nids de toutes tailles.

 

Pas plus agressif

« Le nombre de nids que je détruis double chaque année. » L'affirmation fait froid dans le dos.... Lire, voir la suite en savoir plus ...

Cliquez pour agrandir« Je suis venu voir mes juments dans le box et je me suis dit : "c'est quoi ce ballon ? » raconte Clément Dufau, maréchal-ferrant installé à Mouscardès. Une boule de 30 centimètres de diamètre qui s'était installée dans un angle de l'écurie. Au fur et à mesure que l'on s'approche du nid, les frelons s'agitent et entament une danse autour de vous. Bientôt, le nid qui a la couleur du bois est recouvert d'insectes jaunes et noirs. « Le frelon asiatique n'est pas plus agressif que notre frelon commun. Ce n'est que lorsqu'il se sent en danger qu'il attaque. En revanche, ils sont plus nombreux à attaquer par rapport au frelon commun. Les piqûres sont donc plus importantes », explique Hervé Larrouy. Calmement, il enfile une combinaison bleue, munie d'une grille au niveau du visage, qui le recouvre de la tête aux pieds. Parfois, pour les nids plus imposants, il porte, en plus, une épaisse tenue de combat militaire. La sécurité passe avant tout, même s'il confesse qu'elle le gêne parfois. « Je suis moins à l'aise dans mes mouvements », reconnaît-il.

Identifier bien les frelons asiatiquesDes gestes qu'il connaît par cœur. La destruction du nid se fait en plusieurs étapes : traitement en périphérie puis directement dans le trou. Le Mimbastais perce ensuite l'enveloppe extérieure afin d'atteindre les différentes strates d'alvéole avec une poudre ou un liquide insecticide. L'effet est immédiat. Les frelons sont paralysés instantanément et meurent. Les autres s'intoxiqueront dès leur retour de mission. Il ne reste plus qu'à décrocher le nid et à le détruire définitivement… en le réduisant en bouillie.

Produits bio ?

Certains clients réclament des produits écolos pour venir à bout du frelon asiatique. « À l'heure actuelle, il n'en existe pas », prévient Hervé Larrouy avant d'ajouter : « Il n'y a qu'un seul produit qui soit véritablement bio, c'est l'acceptation ! ». Le chasseur de frelon utilise avec parcimonie ces produits qui sont tous conformes aux normes françaises et européennes. Une autre différence de taille avec des entreprises non agréées, prêtes à utiliser tout et surtout n'importe quoi.

Pour une intervention, il faut compter entre 100 et 150 euros. « Un professionnel, ça coûte cher mais c'est garanti », assume-t-il. Bien sûr, les particuliers peuvent s'essayer à détruire eux-mêmes ces insectes mais « uniquement si le nid est gros comme une balle de tennis », prévient-il. Au delà, le risque existe. « Il faut s'assurer que tous les frelons sont morts avant d'avoir terminé la bombe insecticide. » Et pas la peine de courir dans ces moments-là, le frelon volera plus vite que vous.

Quelles solutions contre les frelons asiatiques ?

Le premier nid a été filmé en 2004 en Lot-et-Garonne. Depuis, le frelon asiatique a envahi le tiers du territoire français, se nourrissant d'abeilles et désespérant les apiculteurs. Des dispositifs de piégeage sont en place dans certains département.

destruction de nid de frelon asiatique sur le canton de Roquefort
Extrait du Journal le Sud OuestMardi 19 juillet 2011 à 09h38 Par Romain Barucq

 

Actualité  :

Dans un nid de frelons asiatiques

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Référant frelons assiatique pour le canton

Sandrine LEFEVRE
40120 SARBAZAN

Tél 05.58.45.58.05

Intervention nids d'abeilles, guèpes, etc

« L'appât » de Francis

Un apiculteur biscarrossais expérimente un moyen d'empêcher le développement des nids.

 Dans son garage, Francis Ithurburu a testé sa gelée sur deux nids de frelons asiatiques.  photo N. L. L.

Dans son garage, Francis Ithurburu a testé sa gelée sur deux nids de frelons asiatiques. photo N. L. L.

Francis Ithurburu n'en est pas à sa première intervention dans nos colonnes sur ce sujet qu'il affectionne particulièrement : le frelon asiatique (lire « Sud Ouest » du 26 avril dernier). A la retraite, cet habitant de Biscarrosse, apiculteur à ses heures perdues, observe depuis un long moment ce nuisible, très friand d'abeilles, qui fait parler de lui dans les Landes depuis l'an 2006.

L'homme, âgé de 59 ans, a même trouvé une solution pour que les nids cessent de se développer. Une demande de brevet est en cours. Il s'agit d'un « appât régulateur de l'activité du frelon asiatique ». À l'aide d'un produit fabriqué par un laboratoire dont il tait le nom, Francis Ithurburu a mis au point une mixture, une sorte de gelée, contenant « un répulsif pour les abeilles et un attractif pour les frelons ».

Des tests concluants

Le quinquagénaire est parti du constat que l'on doit pouvoir transposer ce qui se fait pour éliminer les fourmis et les termites. « Au début, j'ai bricolé, lance-t-il. J'ai d'abord essayé de faire transporter aux frelons une gélule contenant l'insecticide, sans résultats concluants. Il faut savoir que ces insectes portent leur nourriture selon le principe de trophallaxie : ils ramènent dans leur jabot, leur second estomac, les aliments destinés aux larves. »

Résultat, depuis qu'il l'a testé sur deux nids de frelons asiatiques, ils ont arrêté de croître. Il a laissé se développer le premier pendant deux semaines. « J'ai ensuite utilisé mon appât, et au bout d'un mois, c'était fini, précise M. Ithurburu. Ça a eu pour but d'attaquer les toutes premières ouvrières. » Le second nid a grandi pendant près de trois mois, de mai à juillet. Une fois la gelée utilisée, l'apiculteur observe aujourd'hui que le nid évolue au ralenti. Il voulait voir l'effet de son « appât » sur une colonie plus développée.

Mais que se passe-t-il pour que le nid réagisse de la sorte ? Cette « nourriture » donnée aux larves contient un insecticide de la famille des benzoylurées et a pour effet d'empêcher la croissance des larves, c'est-à-dire la formation de la chitine, l'un des composants principaux de l'exosquelette des insectes.

L'homme est un fervent ennemi, comme tant d'autres, des pièges bouteilles. « Ce genre de système est néfaste pour les autres espèces de frelons et d'insectes », résume le quinquagénaire. Ajoutant qu'avec sa gelée, « on doit tout de même admettre et s'attendre à une incidence collatérale sur la famille des vespidés, mais bien moins importante que la catastrophique généralisation de ces pièges ». Il précise expressément que cet appât est destiné à « un usage vétérinaire et doit être déposé dans et aux abords des ruchers ».

Un argument qui convient à Hervé Thomas, entomologiste et vice-président de la Société linnéenne de Bordeaux : « Je ne peux que porter du crédit à cette expérimentation qui me semble intéressante à creuser. Le fait de l'utiliser dans et aux abords des ruchers ne va pas rompre l'écosystème. »

Enfin, M. Ithurburu est actuellement à la recherche d'une colonie qui développe ses reines afin de tester son produit. Des volontaires ?

Extrait du Journal le Sud OuestMardi 9 août 2011 Par latry

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 16.08.2011

Saint- Justin -  Dans un nid de frelons asiatiques