Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Autres articles

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

 

Plus Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Saint Justin et la pauvreté : Les gens sont KO debout

Le secrétaire général du secours populaire lance un cri d'alarme : la montée de la précarisation est inquiétante.

 

 

La précarité est devenu un modéle de société
Travail, exploitation, précarité, flexibilité, interim, licenciements ... & droits sociaux (Titom ATTAC.be)

De plus en plus souvent sollicité, le Secours Populaire des Landes, réuni dernièrement, s'est inquiété de la montée de la précarité. « Nous rencontrons de plus en plus de personnes résignées », expose Francis Cabanac, secrétaire général. « On voit des gens KO debout. Qui ont eu tellement d'accidents dans la vie qu'ils sont tombés dans une forme de fatalisme. C'est grave. Au bout du rouleau, ils n'ont plus aucun espoir. C'est ce qui nous fait le plus peur », poursuit-il.

 

Des situations de dénuement engendrées par la perte d'emploi, des difficultés administratives, des accidents du travail, la difficulté à se loger… « En cause aussi, les contrats de travail de plus en plus courts, en horaires atypiques ou des contraintes de déplacement coûteuses. »

Une précarité qui engendre la désocialisation. « Parmi les SDF, il y a de plus en plus de jeunes de moins de 25 ans qui en plus n'ont droit à aucune aide, ne trouvent pas de travail. » Parmi ceux qui souffrent le plus, se trouvent aussi les femmes seules avec des enfants à charge et les retraités. Sans oublier les saisonniers, nouveaux nomades, qui sillonnent la France en vivant dans leurs camions à la recherche du minimum pour subsister. Pire, les saisonniers des pays de l'Est, partis travailler en Espagne et qui, touchés par la crise ibérique, refluent vers la France. « Sans carte de travail, sans droits sociaux… »

Résultat, dans le domaine de l'aide alimentaire, le Secours populaire note une augmentation de 20 % du nombre de bénéficiaires pour des cas relevant surtout de l'aide d'urgence. « Par exemple, l'un des plus gros comités du département a dû dépanner 40 personnes en urgence ce vendredi », poursuit le secrétaire général. Sachant que l'association aide régulièrement un peu plus de 3 500 personnes.

Dans ces conditions, on comprendra la montée de l'agressivité chez les bénéficiaires, « psychologiquement démolis, voire même pathologiquement touchés. Du coup, les permanences sont de plus en plus difficiles à gérer. » « Nous sommes très inquiets et nous nous demandons comment l'associatif va pouvoir résister. Sur le plan financier, nous faisons encore face, mais côté fatigue physique et psychologique, cela devient limite. »

Alors, face à cette situation alarmante, le Secours populaire appelle les Landais à être plus que jamais solidaires, et à tendre la main, et l'oreille à son voisin. « La solidarité n'est pas une affaire d'argent mais d'humanité. »

Colluche et les restos du coeur Solidarité :

Les gens sont KO debout

Saint-Justin on Facebook

 

Ecrire votre commentaire Votre commentaire ici

Votre commentaire ici

Femme seule passez votre chemin

Il ne fait pas bon être précaire et femme et mère. Ce cocktail transforme l'accés au logement des femmes en véritable parcours du combatant.

Propriètaires privés frileux et préférant le travailleur précaire de l'A65, ou logements sociaux innacessibles ou volontairement inadaptés à cette demande toujours croissante, les femmes seules ont des réeles difficultés pour se loger.

Bénévole et bénéficiaire à la fois

Perdre son emploi, se retouver rejeté par le monde du travail, abandonné par sa compagne, divorcé aux forceps, exclus du chômage, exclus du travail, ignoré par ses propres enfants voilà le parcours qui nous fait pousser la porte de l'aide sociale.

Agressif envers les bénévoles oui nous le somme tous devant ceux qui n'ont besoin de rien qui ont la volonté de donner de leur temps et qui sont devenus les derniers qui nous adressent encore la parole dignement.

Bénévole et bénéficaire à la fois, c'est retomber dans l'engrenage infernal du travail sans reconnaissance, proche de l'insulte dont on n'a certainement pas besoin.

Avant toute chose le demandeur d'aide sociale à besoin que son statut de pauvre soit reconnu. Trop souvent il sera considéré comme un tricheur, un paresseux avant d'être écouté comme un précaire.

ce message sonne comme un réglement de compte personnel et je ne m'en cacherai pas effectivement je me suis senti insulté indignité.

Je rejoins le journaliste de l'article ci contre "Fatigué de me battre, je ne regarde plus jamais en traversant la rue dans l'espoir d'en finir" "ou que quelqu'un s'interesse encore à moi" ...

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Cliquez ici pour faire un doncolluche

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 26.04.2010

La solidarité et Saint-Justin -  Les gens sont KO debout