Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Développer Actualités diverses

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Solidarité - Social

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

Dossier A65
Le dossier LGV TGV LGV

Saint Justin : 13,5% de la population en dessous du seuil de pauvreté

Selon l'Insee, la crise a touché l'ensemble des Français, mais a surtout affecté les plus modestes.

 

Euros JAUBERT/SIPA
Photo archives Euros JAUBERT/SIPA

En 2009, 13,5% de la population étaient considérés comme pauvres, c'est-à-dire vivant avec moins de 954 euros par mois, contre 7,84 millions en 2008 (13% de la population), détaille l'Institut de la statistique dans l'étude "Niveaux de vie en 2009" publiée mardi 30 août.

2009 est "vraiment la première année pleine où se ressentent les effets de la crise" amorcée en 2008, a commenté Jean-Louis Lhéritier, chef du département "Ressources et conditions de vie des ménages" à l'Insee.

Pourtant, "malgré la crise, l'évolution du niveau de vie médian est restée positive", a-t-il souligné: la moitié des Français vivait avec moins de 19.080 euros par an (1.590 euros par mois), en hausse de 0,4% par rapport à 2008.

 

Niveau de vie en baisse

Cette progression est toutefois restée très limitée, après une hausse de 1,7% entre 2007 et 2008, a souligné Jean-Louis Lhéritier, qui impute ce ralentissement à la crise.

Ainsi, si cette dernière a "touché tous les ménages, elle a davantage affecté les plus modestes", a-t-il ajouté, ce qui creuse encore les inégalités.

Outre l'augmentation du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (représente 60% du niveau de vie médian), l'Insee note que "le niveau de vie des 10% des personnes les plus modestes (premier décile) est inférieur à 10.410 euros annuels, en baisse de 1,1% par rapport à 2008".

Le "niveau de vie" se calcule en divisant les revenus du ménage par le nombre de personnes qui le composent mais en tenant compte des économies d'échelle (un seul réfrigérateur...) et du fait que les enfants consomment moins que les adultes. Cette notion, qui permet de comparer des ménages de taille différente, ne doit pas être confondue avec le revenu ou le salaire.

Intensité de la pauvreté

Pire, "alors que l'évolution moyenne annuelle relevée entre 2005 et 2008 pour chacun des quatre premiers déciles était d'environ +2%, la tendance s'inverse entre 2008 et 2009 : en euros constants, les quatre premiers déciles diminuent", poursuit l'étude.

Qui plus est, les personnes pauvres le sont encore plus qu'en 2008 : l'intensité de la pauvreté (l'écart entre le niveau de vie médian des personnes pauvres et le seuil de pauvreté) passe de 18,5 à 19%, note encore l'Insee.

A l'autre bout de l'échelle, "les déciles de niveau de vie supérieurs augmentent" et le niveau de vie des 10% les plus aisés est supérieur à 35.840 euros annuels, soit 0,7% de plus qu'en 2008, ce qui marque néanmoins "un ralentissement dans la progression de ce décile".

Sans grande surprise, les chômeurs, plus nombreux du fait de la crise, ont grossi dans les rangs des plus modestes: ils représentent 9,8% des personnes appartenant aux deux premiers déciles contre 8,5% en 2008.

Les non-salariés victimes de la crise

Leur taux de pauvreté a cependant baissé car "plus âgés et plus qualifiés que les chômeurs de 2008, le montant de leur allocation chômage est plus élevé", explique l'Insee.

Parmi ceux qui occupent un emploi, les non-salariés ont particulièrement pâti de la crise avec un niveau de vie médian qui recule de 0,8% (à 22.400 euros) quand celui des salariés augmente de 1,4% (21.150 euros).

L'Institut estime cependant que les prestations sociales (RSA) ou les mesures ponctuelles comme la prime de Noël "atténuent quelque peu la baisse des niveaux de vie" des plus modestes.

Enfin, le niveau de vie médian des retraités augmente de 1,3% à 19.030 euros annuels et leur taux de pauvreté est stable, à 9,9%.

. Pauvreté à Saint-Justin . Seuil à Saint-Justin . Insee à Saint-Justin . crise à Saint-Justin . salariés à Saint-Justin . chômage à Saint-Justin .
extrait du nouvel ObsPublié le 30-08-11 par Le Nouvel Observateur avec AFP 

 

Actualité  :

13,5% de la population en dessous du seuil de pauvreté

 

Votre avis publier ici Votre commentaire ici

Envoyer un commentaire à publier ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Iturria dessinateur visionnaire

Dessin Iturria, cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

L'écart de revenus se creuse de plus en plus entre "pauvres" et "riches" en France

Dans son rapport sur les niveaux de vie en 2009, l'Insee relève que si le niveau de vie médian des Français (1.590 euros par mois) est en hausse, la grande pauvreté progresse

Selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux en 2009 de l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), le niveau de vie médian des Français est en hausse de 0,4% par rapport à 2008 (19.000 euros) et s'élève à 19.080 euros par an, soit 1.590 euros par mois.

Le niveau de vie médian est calculé de telle sorte que la moitié des ménages est en dessous et l'autre moitié au-dessus. A priori, son augmentation est une bonne nouvelle, mais c'est sans compter sur l'écart entre les plus pauvres, de plus en plus nombreux, et les plus riches, qui se creuse encore un peu plus.

Aux extrêmes, les 10% de personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10.410 euros, soit 867,5 euros par mois. Sachant que le seuil de pauvreté correspond à 60% du niveau de vie médian, il est, pour l'année 2009, de 954 euros par mois. 13,5% des ménages vivent en dessous, soit 8,2 millions de personnes, un chiffre qui a pris 0.5% depuis 2008. Et parmi ceux-ci, la moitié vit avec moins de 773 euros par mois, comme cette famille du Lot-et-Garonne qui a témoigné dans Sud Ouest.

Malgré l'augmentation du niveau de vie médian, le niveau de vie ces ménages les plus modestes a baissé de 1,1% depuis 2008... Tandis que celui des plus riches a augmenté de 0,7%, dont les 10% les plus aisées vivent avec au moins 35.840 euros (2.986,67 euros par mois). C'est 3,4 fois plus que ce avec quoi vivent les plus modestes, note l'Insee...

Chômage et pauvreté

L’institut explique que l'augmentation du nombre de personnes pauvres peut être rapprochée de la hausse du chômage, qui vient encore de bondir en juillet.

Il observe chez les ménages les plus modestes une baisse des revenus d'activité de 2,9% contre une augmentation de la part des allocations chômage de 1,3%. Il y a donc de plus en plus chômeurs chez les plus pauvres, mais leur profil a évolué en 2009. Selon l'Insee, ils sont plus âgés et plus qualifiés, ils touchent donc des allocations plus élevées et bénéficient des mesures ponctuelles telles que la montée en charge progressive du RSA (revenu de solidarité active).

Cela ne compense pas la perte d'un emploi, mais cela tout de même permis de faire baisser le taux de pauvreté des chômeurs.

En revanche, les actifs souffrent de plus en plus. 10,1% d'entre eux sont pauvres, contre 9,5% en 2008. Les salariés s'en sortent bien avec un niveau de vie médian en augmentation de 1,4%, mais les travailleurs indépendants touchant des revenus liés à la conjoncture économique ont subi la crise de plein fouet.

Alors certes, les catégories les plus modestes sont les plus touchées par le chômage, mais de plus en plus de travailleurs sont pauvres.

Mardi 30 août 2011
Par Alexandra Tauziac, SudOuest.fr

 

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 31.08.2011

Saint- Justin -  13,5% de la population en dessous du seuil de pauvreté