Derniers articles

Avril 2011

Dossiers A65   LGV

Autres articles

Les Restos du coeur inquiets

L'appel d'Olivier Berthe

Chapeau bas

Je vis grâce aux dons

Niches fiscales

Bénévoles malgré la crise

le système nous broie

la faillite politique

De plus en plus pauvres

La précarité énergétique

Déclaration d'élus

Une véritable catastrophe

les raisons de la colère

La crise alimentaire

en dessous de la réalité

13,5% de la population

La révolte des abeilles

Persil lave plus blanc

Les supermarchés et l'emploi

Dignité et considération

Collecte alimentaires

Les émeutes de la faim

3,6 Millions de mal logés

mourir à St-Justin

Olivier Besancenot

Eric CANTONA

La 26eme campagne

la population sensible

le Conseil général voit rouge

Maraude d'été

K.O. debout mais ...

Les enfoirés cambriolés

Emmaus en grêve

les restos du coeur lancent une ...

Collecte dans les supermarchés

Carnaval aux Restos du coeur

925 euros pour les Restos du coeur

CIAS : Poisson d'avril ?

Le bon bilan du CIAS

Les restos donnent de la voix

Tout sur les horaires

Déjeuner avec Adrianna Karembeu

Gabaret dans la discrétion

Les Restos du coeur sont anxieux

La grande collecte

Dépassé par la crise

La précarité (11/2008)

La page des restos

 

Actualités diverses

le Marsan à l'horizon 2030

La zone euro

Sortir de l'euro

Replanter de d'avoine

Les maires en panne

Notre compétence première

l'inflation + 2,1%

Qui va payer ?

Victoire pour Ikea

C'est l'Atlantide sud. . .

Non à Atlantisud

Peur sur la ville

Les projets Atlantisud, Ikea

les Mirages F1 rentrent de Libye

Portrait Valérie Cohou

Démographie en aquitaine

Bascule vers la TNT

Saint-Luc le grand truc

Mort à Saint-Justin

Les mariages forcés

Moules frites

Taxés plus pour payer plus

Optimiste pour les Landes

la route de la transhumance

Coup de gueule du 11 septembre

La révolte des abeilles

Les palombières en effervecences

Piqures de guêpe, frelons, abeille

Un nid de frelons asiatiques

Nouveaux arrêtés préfectoraux

Une vie après la mort

le canard se cuisine

Prison pour Jean-Marc Boine

30% d'avions en plus

Malaise et suicide à ONF

les fêtes de Douzvielle

Mourrir pour la forêt des Landes

Nettoyer la fôret

Gaz plus 20% en un an

Les gentils et les méchants

Supermarché menacé

Plus de radars mobiles

Cassé par le conseil d'état

Un corps dans la Douze

Justice sociale

Covoiturage

Caprice du ciel

Un primtemps trés sec

Supermarché recalé

Le Grand Moun

Accident de poids lourd

La fable du gaz et du ..

Le nématode menace la forêt

Passage à la TNT

Mystère de l'empoisonneur

Les anciennes du Gabardan

Elections cantonales

Menace sur le stade Montois

Accident de poids lourd

L'incapacité est un scandale

Intercommunale sur les rails

Entente sur les prix

Ramassage scolaire

Résilier Orange

Téléphone Orange

Un supermarché de trop

Contribution économique territoriale

Tractations sous la table

PLU & Supermarché

PLUIE de recours

Le loto de pôle emploi

On extermine les chats

1500 euros pour Klaus

Peur à Saint-Justin

Nouveaux radars automatiques

Pas de pénurie Landaise

La fôret Landaise

La guerre des chiffres

Stations fermées

Pénurie de carburant

Réforme des retraites

Stop, sens interdit

Visite de la ferme"

Deux supermarchés !!

500.000 Euros pour la salle

scolytes La double peine

Incendie dans les landes, 167ha

Feu vert pour hypermarché

Méchoui de sanglier

Risque d'incendies

Electricité 4% d'augmentation

Augemntation substancielle de

la Taxe d'habitation

la FERIA de Douzvielle

scolytes Le fléau

Hypermarché, les travaux ont c..

La maquette du Cora

Inquiètude dans le bourg

Storim VS Leclerc

Nouveau commerce

budgets municipaux à revoter

Budgets insincères

Le programme de la foire

Deux Maisons Médicales

Y a t'il diffamation ?

Un pavé dans la vitrine

Alerte météo 30 Mars

Au bonheur des dames

Budget "prudent et raisonné"

Tous les résultats second tour

Régionales 2010 second tour

Régionales 2010 1er tour

Saint-Justin au féminin

Un an et toutes ses dents

Esprit du service public

Danger de mort

Organisateurs de loto poursuivis

Agression à Saint-Justin

Distributeur de billets

L'état de la voirie

Trottoir et mâchoire brisée

Le conducteur décède

Taxes locales à la hausse

Taxe professionnelle

Défibrilateur c'est quoi ?

La Poste devient une S.A.

La Bastide d'Armagnac

Pharmacies dans le rouges

Journée TER découverte

Marché Nocturne

La guerre de 100 ans

Vide greniers

Les CHEMINART Font étape

Le club de l'Âge d'or redémarre

Roquefort

Gaz à tous les étages

Gabaret

Les élus votent 14 non 1 oui

Marché de producteurs

Le marché du dimanche

La Maison de la santé est ouverte

 

Tourisme - Sorties

Au pays de l'armagnac

L'armagnac en fête 2011

Les sangsues et les grenouilles

Il pleuvra des étoiles

Cuisson à l'étouffée

La vocation et la Base BA118

à pied ou en vélo

La ronflante est de sortie

La poule au pot

Une journée dans la Lande

Vertige de l'Adour

La plage près d'ici

Le Moulin de Poyaller

Arme Nucléaire

à Cheval à Saint-Justin

Lundi de Pentecôte

Malichecq renaît

Merveille des landes

Sur le circuit de Nogaro

Les jardins de Nonères

Sur le rail dans les landes

Le musée nouveau est arrivé

La base BA118 de Mont de Marsan

Les anciennes du Gabardan

Objectif Paysages des Landes

Merveille des Landes

Les grues cendrées

la blanche d'Armagnac

les fêtes de l'Armagnac

Circulation interdite en forêt

les fêtes de Vielle Soubiran

Le jardin des plantes

la FERIA de Douzvielle

le dernier café

Le retour des fossiles

Journée découverte TER

A la découverte de l'or

Opéra aux fenêtres

Ecomusée de l'Armagnac

La base de loisirs du Marsan

Notre Dame des Cyclistes

Exposition de peintures

Centre Jean Rostand

Du Vatican aux Landes

Tourisme à la ferme

Terre d'Armagnac

Sanguinet à l'âge de bronze

L'Armagnac à 700 ans

Distillation de L'Armagnac

Chemin de Saint-Jacques

A english man on the Road

Les Amis de Saint-Jacques

La Romieu

Le jour de la St Jacques

L'a65 conduit à Compostelle

Des trésors menacés

Landaise des amis de Saint-Jacques

St Avit, Une fresque qui fait vibrer

La halte de Cagnotte

Les pèlerins font le chemin

 

Saint Justin et la pauvreté : Les indignés du coeur en appellent à la raison. Comment résister à l'insécurité sociale ?

Militants des droits de l'homme et associations lancent un appel pour qu'élus et décideurs ne se résignent pas à ce que 10 % de la population soient exclus des droits sociaux.

 

 Yves Saphy (à gauche), de la Ligue des droits de l'homme et les représentants des associations caritatives montoises, toutes logées dans la plate-forme sociale du Marsan.  photo pascal bats
Yves Saphy (à gauche), de la Ligue des droits de l'homme et les représentants des associations caritatives montoises, toutes logées dans la plate-forme sociale du Marsan. photo pascal bats

Les associations humanitaires et caritatives montoises vont pousser ce soir un cri d'alarme à l'attention des responsables politiques et administratifs du département. La Ligue des droits de l'homme, en partenariat avec les sections montoises du Secours populaire, de la Croix-Rouge, des Restos du cœur, de la Banque alimentaire, la Ruche landaise et le Panier montois ont en effet invité le préfet des Landes, le Conseil général et la maire de Mont-de-Marsan à une rencontre-débat sur la précarité (1).

Il s'agit d'un appel à la raison, explique Yves Saphy, président de la Ligue des droits de l'homme montoise. Nous voulons que tous réfléchissent à la situation actuelle des laissés-pour-compte de la société, qui est dramatique. Qu'ils s'assoient autour d'une table et qu'ils entendent ce que les associations de bénévoles ont à leur dire. Parce que toutes sont très inquiètes de voir augmenter constamment le nombre de victimes de l'insécurité sociale aujourd'hui.

 

L'insécurité sociale

Alors que l'on nous dit que l'économie repart, poursuit Danièle Durou, des Restos du cœur, la précarité et l'exclusion ne font que redoubler, ce qui est inacceptable en cette période. L'économie et le social sont aujourd'hui complètement déconnectés, il y a des salaires et des revenus financiers énormes d'un côté, et des gens complètement abandonnés d'un autre. Ce n'est pas normal.

Françoise Poggi, du Secours populaire, est beaucoup plus critique sur le fonctionnement de la société actuelle. « Au départ, nous n'étions là que pour donner de l'aide à des gens qui vivaient un passage difficile. Or, avec les années, ils sont de plus en plus nombreux, et leur situation, de provisoire, est passée à un stade que tout le monde trouve normal. On a le sentiment que beaucoup de décideurs et de responsables considèrent comme inévitable le fait que 10 % de la population actuelle soient à la marge, qu'ils peuvent juste survivre. Il y a même des bénéficiaires qui nous sont envoyés par les assistantes sociales. De temporaire, c'est devenu durable. Les droits humains ne sont plus respectés. » Bernard Graciannette (LDH), insiste : « On entend des responsables considérer que la précarité est devenue normale, c'est comme un apprentissage qu'il faut affronter pour réussir sa vie. Incroyable ! »

Ces associations humanitaires et caritatives en appellent donc aux textes fondamentaux de notre société, la Déclaration universelle des droits de l'homme et son article 25 (qui assure notamment santé, alimentation, logement, services sociaux et droit à la sécurité d'emploi), et le programme du Conseil national de la Résistance, rappelé il y a quelques mois par le célèbre « Indignez-vous » de Stéphane Hessel.

La dignité de l'être humain

Un des éléments essentiels de la dignité de l'être humain, rappelle Yves Saphy, passe par les droits économiques et sociaux. Nous voulons que les élus et responsables entendent ce message, comprennent réellement ce que c'est que de vivre cela sur le terrain au quotidien. Car ils n'ont peut-être qu'une idée partielle, mais ils n'ont pas de réflexion sur la réalité de la précarité.

Persuadés que la solidarité peut encore marcher, révoltés que le fonctionnement de la société aggrave encore les inégalités, ces « indignés » landais veulent rappeler à tous les partis politiques que c'est maintenant qu'il faut agir. Pour la désignation de leur champion pour les présidentielles, on a encore le temps d'y penser.

(1) Ouverte à tous, la rencontre-débat sur la précarité, les droits, le bénévolat et les associations a eu lieu ce lundi 6 juin, à 20 h 30 à la salle du Petit-Bonheur à Mont-de-Marsan.

 

Extrait du sud Ouest 6 juin 2011 06h00 | Par jean-louis hugon

 

rencontre-débat sur la précarité, les droits, le bénévolat, YOUTube, FACEbook, TWItter, danielle durou, restos mont de marsan
8 juin 2011 06h00 | Par J.-L. H.

 

Beaucoup d'interrogations des bénévoles et des ayants droit restent toujours sans réponse.

Salle comble lundi soir à la salle du Petit Bonheur pour la rencontre-débat sur la précarité, organisée par la Ligue des droits de l'homme et les associations caritatives et humanitaires. Face aux besoins de plus en plus grands, aux jeunes ou retraités de plus en plus nombreux à avoir besoin d'aide pour tenter de surmonter leurs conditions précaires, les six associations présentes à la plate-forme sociale du Marsan s'interrogent. Pourquoi continuer avec un système « qui fait que l'inégalité dans la répartition des richesses engendre l'inégalité dans l'exercice des droits » ?

Les témoignages sont cruels, comme celui d'une femme ayant un revenu inférieur à 10 000 euros par an, privée de l'aide pour se payer sa complémentaire santé, ou encore celui de cette autre, sans emploi malgré un bac + 5, qui veut malgré tout continuer à partager. Une personne qui retrouve du travail perd sa couverture maladie universelle et ne peut plus se soigner, c'est le signe que les solutions imaginées rendent souvent la vie quotidienne encore plus compliquée. Comme cette idée du RMI en 1989, qui ne devait durer qu'un temps mais qui s'est étalé sur deux décennies, avant d'être remplacé par le RSA avec ses bons et ses mauvais côtés. Il y a aussi l'analphabétisme, voire l'illettrisme qui creuse encore plus le fossé entre les uns et les autres, ce qui entraîne que certains ne savent pas remplir un formulaire ni cuisiner les légumes qui leur sont offerts. « La détresse et la souffrance sont telles que les gens n'ont plus la possibilité de se prendre en charge », explique Manu Santos, salarié à la plate-forme.

Pour Bernard Graciannette, de la LDH, « ce n'est pas du lien social, mais de la réparation sociale », et « comme le financement est toujours précaire, ce sont les associations qui font le matelas ». Que se passerait-il si toutes mettaient fin à leur action ?

Le débat est très loin d'être clos.

 

Les restos du coeur par Yannick Noah Solidarité :

Les indignés du coeur en appellent à la raison. Comment résister à l'insécurité sociale ?

 

Ecrire votre commentaire Votre commentaire ici

Votre commentaire ici

Ecrire au webmasterEcrire au webmaster

Cliquez ici pour faire un doncolluche

Voici la honte de la France

Voilà déjà 26 ans, un gars que l'on prenait pour un con (Coluche) lançait les restos du cœur pour un hiver, aujourd'hui en 2010, à l'ère de l'internet, du respect de l'environnement et de la Connerie, des gens meurent toujours de faim et de froid.. Vive le ...progrès!!! Si vous êtes en accord avec ceci,clic sur j'aime et partager

Katia

Dignité et considération

Que de belle parole, mais parlons plutôt des actes. Que se passe t'il réelement sur la plateforme sociale de Mont de Marsan.

La préocupation première de 50% des bénévoles, et spécialement ceux qui ne sont pas du tout dans le besoin est de manger gratuitement à partir des dons ... et oui ... j'ai vu remplir des coffres de voiture de légume ou de pain dans des voitures de luxe comme celle de notre ex président de la république.

Oui on m'a insulté publiquement, oui j'ai refusé d'y retourner si le fautif et il se reconnaîtra n'est pas Chrit... ne me présentait pas des excuses pour son attitude publique méprisante et indigne d'un responsable.

On y pratique également volontiers l'apéritif bien arrosé et ce presque tout les midis, tout en jetant à l'égout des centaines de litre de rouge, venus de la plate forme de Saint perdon, sous prétexte que tous les bénéficiaires sont des ivrognes. Cherchez l'erreur ?

On y entend des propos racistes xénophobes et on y pratique la discrimination raciale, pendant qu'on tolére les bénéficiares en jaguar etc ...

Pauvre Coluche

Ps: Oui je suis en colère parceque j'ai faim dans mon ventre et soif de sociabilisation dans ma tête.

Chercher sur le site www.saint-justin.eu

Saint-Justin© 2007 • Charte de bonne conduite• Mise à jour le 08.06.2011

La solidarité et Saint-Justin -  Les indignés du coeur en appellent à la raison. Comment résister à l'insécurité sociale ? 
Christian Anie Danièle Durou Yves Saphy Que ce passe t'il vraiment ... lire